Arnaques en ligne La plateforme Thésée et l’application Ma Sécurité lancées

Arnaques en ligne

La plateforme Thésée et l’application Ma Sécurité lancées

Publié le : 19/03/2022 

Le ministère de l’Intérieur a donné naissance à plusieurs outils numériques destinés à faciliter les démarches de la population, et notamment les victimes d’escroqueries en ligne, avec le dispositif Thésée.

 

La place Beauvau vient de lancer son application Ma Sécurité, à destination du grand public. Elle vise à renseigner ses utilisateurs sur les services de police ou de gendarmerie près de chez eux, ainsi qu’à leur délivrer des conseils et informations en cas de besoin (numéros d’urgence, démarches administratives, prévention…). Il est même possible de tchater avec un policier !

Image
Sur l’application Ma Sécurité, il est possible d’entrer en conversation avec un policier via la fonction « Contact ».

L’administration met également en avant son outil Thésée, pour « traitement harmonisé des enquêtes et signalements pour les e-escroqueries ». Projet engagé il y a plusieurs années, et en phase d’expérimentation depuis le mois d’octobre 2021, cette plateforme est aujourd’hui disponible en version bêta. Venant compléter des solutions de signalement et de préplainte en ligne déjà existants, elle permet de déposer plainte à distance, sans se rendre au commissariat. Cet outil s’adresse aux victimes de six catégories d’e-escroqueries listées par le ministère de l’Intérieur :

  • piratage de messagerie ;
  • chantage ;
  • rançongiciels ;
  • arnaque sentimentale ;
  • petite annonce ;
  • sites de vente frauduleux.

Utiliser la plateforme Thésée

L’accès à Thésée se fait via Service-public.fr. Cette dénomination n’est pas clairement indiquée sur le site, vous trouverez la page dédiée en vous rendant dans la rubrique Justice > Arnaque sur Internet. Vous devez d’abord répondre à un parcours de questions précisant l’escroquerie dont vous êtes victime. Selon vos réponses, vous êtes redirigé vers le dispositif adapté (plainte ou signalement en ligne). La connexion s’effectue par l’intermédiaire de France Connect (outil proposé par l’État pour simplifier les démarches administratives en ligne). Vous pouvez alors remplir votre plainte en ligne, que vous signez virtuellement. Vous recevez ensuite un récépissé et une copie du document.

Attention, le phishing, ou hameçonnage, n’est pas inclus dans ce service de plainte en ligne. Cette attaque est la plus répandue chez les particuliers selon le rapport d’activité 2021 de Cybermalveillance qui vient de paraître (1). Si vous en êtes victime, en fonction de vos réponses, vous serez renvoyé soit vers la plateforme de signalement en ligne de fraude à la carte bancaire Perceval (également accessible depuis Service-public.fr), soit vers le site Phishing-initiative.fr.

Le ministère annonce enfin qu’une solution de dépôt de plainte en visioconférence, Visioplainte, « est en cours de création au sein des services de la police nationale ». Elle concernera « majoritairement des atteintes aux biens matériels ».

Image
Simulation d’un dépôt de plainte pour piratage de messagerie via la plateforme Thésée.

(1) En 2021, le phishing représente 31 % des recherches d’assistance des particuliers sur la plateforme gouvernementale Cybermalveillance. Tous publics confondus (particuliers, entreprises et associations, collectivités et administrations), cette arnaque est en hausse de 143 %.

Marie Bourdellès