Associations de patients

Sous perfusion des labos

Publié le : 19/10/2012 

L’UFC-Que Choisir le constatait déjà il y a deux ans : les associations de patients reçoivent beaucoup d’argent des laboratoires. En 2011, le montant total des aides s’est élevé à 5,8 millions d’euros.

 

Depuis trois ans, la loi exige des entreprises du secteur de la santé, notamment les laboratoires pharmaceutiques, qu’elles déclarent le montant des aides qu’elles versent aux associations de patients. La Haute Autorité de santé (HAS), chargée de synthétiser les données, vient de publier les résultats pour 2011. L’an dernier, ce sont 5,8 millions d’euros qui sont tombés dans l’escarcelle des associations, contre 5,1 millions d’euros en 2010. Le groupe Johnson and Johnson a été le plus généreux, avec 776 538 € partagés entre 25 associations différentes. Sanofi est loin derrière, avec un peu plus de 500 000 €.

L’association qui bénéficie le plus des largesses de l’industrie est l’Association française des diabétiques (AFD), avec plus de 350 000 € au plan national et 150 000 € en plus pour les antennes départementales.

Les sommes sont sans doute sous-estimées, les donateurs ne consentant que progressivement à livrer leurs chiffres. Pour autant, les montants sont loin d’être anodins, surtout pour des associations qui touchent peu des pouvoirs publics et encore moins de leurs adhérents. Reste à savoir si cette dépendance vis-à-vis des labos n’est pas préjudiciable à leur liberté d’expression. Un rééquilibrage des ressources serait le bienvenu pour garantir une représentation indépendante des malades et des usagers du système de soins.

Les aides aux associations de patients en chiffres

L’intégralité des données relatives au financement des associations de patients,  détaillées par industriel et par groupe industriel, par association et fédération d’associations est disponible sur le site de la HAS.

Anne-Sophie Stamane