Contrôle technique Un site pour comparer les prix

Contrôle technique

Un site pour comparer les prix

Publié le : 13/10/2020 

Le gouvernement a mis en ligne un site pour comparer les prix du contrôle technique pratiqués par les différents centres. Un moyen efficace de faire des économies ? Pas si sûr.

 

Le site officiel lancé par le gouvernement, Prix-controle-technique.gouv.fr, permet désormais aux automobilistes de comparer les prix des prestations des centres de contrôle technique automobile, visite initiale ou contre-visite. Si l’initiative part d’un bon sentiment, le bénéfice pour le consommateur n’est pas certain.

Principal écueil auquel risquent d’être confrontés les automobilistes : les prix indiqués ne seront pas forcément ceux appliqués. Plusieurs raisons à cela. Déjà, ils ne tiennent pas compte des remises souvent accordées par les professionnels qui adressent régulièrement à leurs clients des offres de réduction. De même, les gestes commerciaux octroyés par les professionnels à leurs clients dans le cadre de partenariats (assureurs, comités sociaux et économiques…) ne sont pas non plus pris en compte. Enfin, certains centres de contrôle technique pratiquent le yield management, c’est-à-dire la gestion fine des tarifs : dès lors, les prix d’une même opération peuvent varier au cours d’une journée (tarification du type heures creuses/heures pleines, par exemple). Autant de facteurs qui rendent la comparaison peu évidente et surtout, qui peuvent au final réserver de mauvaises surprises aux consommateurs.

Le prix, un critère vraiment déterminant ?

Le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) s’interroge, pour sa part, sur l’efficacité d’une telle plateforme. L’organisation avance que le premier critère cité par les automobilistes dans le choix de leur centre de contrôle technique n’est pas celui du prix mais celui de la proximité. Et avec une moyenne nationale de 77,60 € pour une validité de deux ans, soit 38,80 € par an, l’équivalent d’un peu plus d’un demi-plein de carburant, il paraît peu probable que les automobilistes s’imposent des dizaines de kilomètres supplémentaires pour grappiller quelques euros, qui seront aussitôt perdus en carburant et en temps.

Recherche commune par commune

De notre côté, nous avons constaté une liste des centres non exhaustive. Elle ne contient que 4 500 professionnels parmi les 6 404 agréés sur le territoire. Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance assure toutefois que ce retard devrait rapidement être comblé.
Autre détail agaçant, le site ne propose que les centres de la ville sélectionnée et pas ceux situés à proximité. Ainsi, si vous sélectionnez une ville qui ne possède pas de centre, comme c’est le cas par exemple à Eaubonne (95), la réponse sera : « Aucun centre trouvé. » Pourtant, il en existe un dans la ville limitrophe, Soisy-sous-Montmorency. Et à Soisy-sous-Montmorency, il n’existe qu’un seul centre donc pas de comparaison possible. Il faudra alors que les Eaubonnais et les Soiséens cherchent dans toutes les communes voisines, une par une, notent eux-mêmes les prix pour ensuite les comparer… Fastidieux. Ce sera plus facile pour un Toulousain qui dispose, selon le site, de 19 centres.

Yves Martin