Maladie de Lyme Des recommandations, enfin

Maladie de Lyme

Des recommandations, enfin

Publié le : 20/06/2018 

La Haute autorité de santé, attendue sur la prise en charge de la maladie de Lyme, vient de publier de nouvelles recommandations de prise en charge. Elle entérine la possibilité d’un traitement par antibiotiques en cas de symptômes persistants peu évocateurs de la maladie, même en cas de test négatif.

 

Finalement, la Haute autorité de santé (HAS) a tenu les délais. En dépit de désaccords persistants au sein du groupe de travail qui planche depuis un an et demi sur la maladie de Lyme, elle a publié de nouvelles recommandations de prise en charge très attendues. C’était d’autant plus nécessaire, a plaidé la HAS lors de sa conférence de presse, que la saison des tiques bat son plein. Et que le nombre de cas signalés de la maladie a, selon les chiffres récents de Santé Publique France, fortement augmenté en 2016.

Il fallait, a souligné la Pr Dominique Le Guludec, présidente du collège de la HAS, apporter une réponse concrète aux médecins de premier recours. Même pour les malades les plus problématiques, c’est-à-dire les personnes persuadées d’être touchées par un Lyme, mais dont les symptômes – fatigue intense, troubles du sommeil, douleurs, troubles cognitifs – sont peu évocateurs de la maladie. Parmi elles, certaines ont déjà été traitées pour un Lyme par le passé mais estiment, contre l’avis des médecins en général, ne pas être encore guéries. D’autres présentent les mêmes signes cliniques mais les tests actuellement utilisés pour le diagnostic de Lyme ont toujours été négatifs. Quelle que soit la sérologie, la HAS a décidé de regrouper tous ces cas « chroniques » sous le terme « symptomatologie/syndrome persistant polymorphe après une possible piqûre de tique » (SPPT). Pour eux, la conduite à tenir, a détaillé le Dr Cédric Grouchka, membre de la HAS, « consiste d’abord à les prendre au sérieux. Puis à mener un bilan complet pour rechercher une autre maladie. » Si aucun diagnostic n’est trouvé et que les symptômes sont toujours là, alors un traitement dit « d’épreuve » pourra être prescrit. Il s’agit de donner des antibiotiques pendant 28 jours, pour voir s’ils ont un impact sur les signes cliniques.

C’est la grande nouveauté de ces recommandations : la possibilité de donner un traitement y compris en cas de test négatif. Toutefois, sa durée est encadrée, et il devra être répertorié et supervisé par un des cinq centres spécialisés dans les maladies vectorielles à tiques (MVT) prévus par le plan Lyme.

Polémiques immédiates

Sans surprise, le positionnement de la HAS n’a pas calmé la guerre qui fait rage sur la maladie de Lyme. La Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), pourtant partie prenante du groupe de travail, a manifesté dans un communiqué son opposition au SPPT, « qui pourrait conduire à des excès de diagnostics susceptibles d’orienter les patients vers des prises en charge inadéquates ». L’association de patients ChroniLyme, elle, déplore l’absence de mesures d’urgence et l’impossibilité de cures d’antibiotiques longues. La Fédération française des maladies vectorielles à tiques (FFMVT), constituée de médecins plus proches des malades, pointe de nombreux manques mais salue tout de même l’avancée que constitue, selon elle, la reconnaissance du SPPT.

Produits antitiques 

Concomitamment aux recommandations de la HAS, nous publions notre premier test de produits antitiques. Il s’agit, en majorité, de produits antimoustiques qui ont un effet sur les tiques.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane