Médicaments à éviter La liste noire 2020 de Prescrire

Médicaments à éviter

La liste noire 2020 de Prescrire

Publié le : 03/12/2019 

Douze médicaments ont été ajoutés à la liste noire de la revue médicale indépendante Prescrire, dont plusieurs sont en vente libre. Des spécialités utilisées dans les troubles et douleurs intestinales sont pointées du doigt, en raison de leur contamination par du plomb.

 

L’actualisation de la liste des médicaments à éviter vient d’être publiée (1). La revue médicale indépendante Prescrire, qui l’édite chaque année (2), en dénombre cette fois 105, dont 92 commercialisés en France (les autres le sont en Belgique ou en Suisse).

Une dizaine de spécialités a été ajoutée par rapport à l’an dernier. La plupart sont en vente libre dans les officines, il est donc important d’attirer l’attention sur leur balance bénéfices-risques insuffisante. Il s’agit notamment des argiles médicamenteuses « utilisées dans divers troubles intestinaux dont la diarrhée », les brûlures gastriques ou le reflux, comme :

  • Actapulgite ou Gastropulgite (attapulgite) ;
  • Smecta (diosmectite) ;
  • Rennieliquo (hydrotalcite) ;
  • Bedelix ou Gelox (monmectite) ;
  • Gastropax ou Neutroses (kaolin).

Leur contamination par du plomb justifie de les éviter au maximum, surtout dans des affections qui ne sont pas graves et peuvent être prises en charge autrement. Que Choisir avait déjà évoqué cette situation dans une étude publiée en 2015. Le problème n’a pas changé et touche également les compléments alimentaires et quelques dispositifs médicaux.

Le Maxilase plus en accès libre

Autre médicament épinglé, à cause du risque d’allergie, Maxilase et génériques, en comprimés ou en sirop, utilisé dans les maux de gorge. L’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a d’ailleurs décidé qu’il ne serait plus en libre accès, mais à demander au comptoir. En cas de douleur trop forte, le paracétamol fonctionne bien, et comporte moins de risques s’il est utilisé à la bonne posologie.

Dans la toux, les produits à base de pentoxyverine (Vicks sirop pectoral 0,15 % ou Clarix toux sèche pentoxyverine) présentent certes l’avantage de ne contenir ni antihistaminique ni opioïde, comme d’autres sirops, mais ils sont tout de même susceptibles d’entraîner des problèmes cardiaques ou allergiques, mieux vaut s’en passer.

Tilcotil, Feldène, Tanakan, Primalan…

Au rayon des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, Tilcotil (tenoxicam) rejoint Feldène (piroxicam) dans les médicaments pas plus efficaces que d’autres, mais comportant des risques digestifs et cutanés parfois gravissimes. Enfin, Tanakan (ginkgo biloba) et ses génériques, qui visent les troubles cognitifs chez les personnes âgées, n’a pas d’efficacité supérieure à un placebo, et expose « à des hémorragies, des troubles digestifs ou cutanés, des convulsions et des réactions d’hypersensibilité ».

Ces « nouveautés » s’ajoutent à toutes les autres spécialités qui, en dépit du danger qu’elles représentent, sont toujours sur le marché. Rappelons la présence constante, sur la liste, des anti-Alzheimer, aujourd’hui déremboursés, de l’antiallergique Primalan, et d’un nombre important d’antidiabétiques.  

(1) La liste complète est à consulter ici : https://www.prescrire.org/fr/3/31/58116/0/NewsDetails.aspx
(2) Le bilan de Prescrire pour 2019, 2018 et 2017.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane