Obésité

Merci saint McDo !

Publié le : 04/01/2007 

Commissaire européen à la Santé et à la Protection des consommateurs, Markos Kyprianou félicite certaines entreprises de l'agroalimentaire (Coca-Cola, McDonald's, Kraft Foods) de leurs efforts contre l'obésité infantile. Un paradoxe déplorable.

 

L'obésité infantile est devenue un fléau mondial. L'OMS (Organisation mondiale de la santé) se penchait récemment sur la situation européenne, soulignant qu'à l'horizon 2010 un enfant sur dix serait obèse. Convoquant ministres et autres responsables de la santé publique des différents États, elle annonçait une mobilisation sans précédent en collaboration, notamment, avec la Commission européenne. Au même moment ou presque, Markos Kyprianou, commissaire européen à la Santé et à la Protection des consommateurs, citait en exemple « des entreprises qui s'engagent » dans la lutte contre l'obésité. À savoir, Coca-Cola, McDonald's, Kraft Foods (Suchard, Côte d'Or, Toblerone, Milka...) et Unilever (glaces Magnum, Cornetto, Carte d'or...). Que leur vaut cette distinction ? Coca bannit la pub pour les moins de douze ans, McDonald's fournit des informations nutritionnelles (1), Unilever « promet de modifier la composition de certains de ses produits » (c'est vague !) et Kraft de « ne pas proposer directement aux enfants certains de ses produits au profil nutritionnel inadéquat », ce qui ne veut pas dire grand-chose, surtout quand on vend essentiellement du chocolat. Que ces entreprises puissent nous proposer des produits plaisir, c'est une chose, que le représentant de l'Union leur décerne un brevet de lutte contre l'obésité serait du plus haut comique si la santé de nos enfants n'était pas en jeu.

(1) Un pas dans la bonne direction mais avec encore une grosse lacune : la confusion entre sucres complexes et simples.