Premières impressions

Opel Insignia

Premières impressions

Publié le : 18/06/2017 

Entièrement nouvelle, l’Opel Insignia gagne en confort, en finition, en ergonomie et en niveau d’équipement. Son prix demeure également intéressant. Mais ses prestations, bien qu’honorables, n’ont rien à voir avec son nouveau nom de baptême, Grand Sport.

 
visu-intro-opel-insignia

L’actualité du segment des voitures routières connaît un coup d’accélérateur ces derniers mois avec la commercialisation de la Renault Talisman, de la Kia Optima et l’arrivée annoncée de futurs modèles comme la Volkswagen Arteon et la nouvelle Peugeot 508 prévue pour 2018. Aujourd'hui, c’est donc Opel qui présente sa nouvelle génération d’Opel Insignia, d’ailleurs rebaptisée pour l’occasion Insignia Grand Sport et Sports Tourer pour la version break. Le constructeur allemand a revu sa copie de fond en comble et sa nouvelle routière utilise une plateforme inédite. La voiture gagne ainsi en agilité et en agrément de conduite.

Qualité de vie à bord

visu1-opel-insignia
L'habitacle de la nouvelle routière d’Opel : sobre et très bien fini.

Un des points forts de l’Insignia est indéniablement l’habitabilité. Les places avant et arrière sont généreuses et offrent suffisamment d’espace pour que chaque occupant puisse s’installer convenablement. Même trois passagers à l’arrière trouveront facilement leurs aises. À l’avant, les réglages (électriques sur notre version) permettent de trouver une excellente position de conduite mais les multiples possibilités (jusqu’à la modification de l’écartement des rembourrages latéraux) demandent un peu d’attention : il n’est pas rare de se tromper dans la manipulation des boutons et il est même parfois pas évident de comprendre à quoi ils servent. Nous avons regretté un accès aux places arrière moyen en raison de la forme plongeante du toit et du débattement limité des portes arrière qui réduisent l’ouverture. Le dernier – petit – grief concerne le manque de rangement avec une boîte à gants et des vide-poches de portière assez réduits. Heureusement, le coffre, avec 490 dm3 au minimum (pour la berline), permet de loger tous les bagages sans aucun souci.

visu2-opel-insignia
L'accès à l'arrière n'est pas des plus faciles mais les places sont très spacieuses et le coffre gigantesque.

Nous avons vraiment apprécié l’ergonomie générale avec une présence limitée de boutons de commande sur la planche de bord. Ainsi, persistent seulement sous l’écran central des raccourcis pour le système multimédia et, encore en dessous, ceux du chauffage. Facilement identifiables et aisément accessibles, ils permettent de modifier certains réglages sans avoir à quitter l’affichage de l’écran : un bon point lorsque la navigation est active. Les autres commandes, placées sur le volant, sont assez faciles à maîtriser et leur manipulation ne pose pas de souci. C’est un peu moins vrai pour celles placées à gauche du conducteur (où l’on trouve par exemple le réglage de l’affichage tête haute) qui obligent à quitter les yeux de la route pour y accéder. La planche de bord, très épurée, est d’une qualité de fabrication d’un haut niveau et tous les matériaux sont de grande qualité, bien rembourrés et très agréables au toucher. L’Insignia fait également le plein d'équipements et dispose désormais de l'affichage tête haute, d’un système multimédia IntelliLink avec Apple CarPlay et Android Auto mais aussi d’un accès Wi-Fi haut débit On Star avec fonction conciergerie (réservation d’hôtel, de restaurant…).

visu3-opel-insignia
L'écran tactile se révèle très ergonomique à l'utilisation.

 

Au volant

Prise en main avec le moteur Diesel le plus puissant, un 2,0 litres de 170 ch couplé à une boîte de vitesses manuelle 6 rapports, l’Insignia Grand Sport s’est montrée très agréable à conduire. Le couple de 400 Nm disponible assez bas évite en effet d’avoir à rétrograder trop souvent et la puissance permet de franches accélérations pour s’insérer facilement dans le trafic. Dommage que le moteur soit un peu bruyant lors des montées en régime. Mais ce bloc nous a aussi séduits par son appétit contenu. Ainsi, lors de notre parcours réalisé sur des autoroutes urbaines et routes de campagne, l’ordinateur de bord n’affiche qu’une moyenne de 6,7 litres aux 100 km. Une valeur plutôt honnête au regard de ses prestations. À noter que le choix des motorisations est assez léger et Opel commercialise en complément deux déclinaisons du diesel 1.6 en version à 110 et 136 ch et deux autres du récent moteur à essence 1.5 turbo (140 et 165 ch).

visu4-opel-insignia
Le moteur 2.0 CDTI de 170 ch est performant et assez sobre.

Sur route, l’Insignia a rempli parfaitement son rôle, offrant un très bon confort aux occupants. Les suspensions apportent juste ce qu’il faut de souplesse pour gommer les défauts de la route, évitant ainsi d’être secoués à l’intérieur. Par contre, si le rythme s’accélère un peu sur des routes sinueuses, elles manquent un peu de réactivité et de tempérament. Au final, contrairement à ce que laisse évoquer sa nouvelle appellation commerciale Grand Sport, l’Insignia n’a pas grand-chose à voir avec une voiture sportive. En ville, la visibilité arrière un peu limite et le long capot à l’avant feront un peu transpirer le conducteur au moment de réaliser une manœuvre trop serrée. Heureusement, les caméras avant et arrière permettent de visualiser les environs de la voiture (vision à 360°) et éviteront les problèmes. Malgré tout, l’Insignia est moyennement à l’aise dans l’exercice car elle dispose d’un rayon de braquage assez grand. Il n’est alors pas rare de devoir s’y reprendre à plusieurs fois pour réaliser une manœuvre délicate.

visu5-opel-insignia
Les caméras avant et arrière se révéleront rapidement indispensables, surtout en ville.

 

Sécurité

La nouvelle Insignia est désormais richement dotée et de nombreux équipements de sécurité et d’aide à la conduite font leur apparition. Comme par exemple les feux matriciels à LED (ils permettent d’adapter encore plus précisément les diverses formes des faisceaux de lumière en fonction des conditions de trafic), l’affichage tête haute (la vitesse du véhicule, les panneaux de signalisation, la vitesse de consigne du limiteur/régulateur adaptatif ou les indications de navigation sont projetés sur le pare-brise, directement dans le champ de vision du conducteur) ; la caméra 360° (composée de quatre caméras individuelles, une sur chaque côté de la voiture, elle permet une vue panoramique à 360 degrés et facilite ainsi les manœuvres de stationnement et les évolutions à basse vitesse) ; le régulateur de vitesse adaptatif (ACC) avec freinage d’urgence automatique ; l’alerte de changement intempestif de voie avec correction automatique de la trajectoire et alarme de dérive ; l’alerte de recul dangereux (le système utilise les capteurs radars placés dans le bouclier arrière pour détecter les objets en mouvement jusqu’à 20 mètres à 90 degrés sur les côtés gauche et droit de l’arrière du véhicule), le pare-brise chauffant…

visu6-opel-insignia
L’affichage tête haute permet de consulter des informations directement sur le pare-brise.

L’Opel Insignia en résumé

L’Opel Insignia Grand Sport gagne indéniablement en confort de conduite, en qualité de fabrication et voit son niveau d’équipement technologique fortement enrichi. Mais, sur ce dernier point, la future Volkswagen Arteon devrait lui faire de l’ombre avec ses aides plus poussées comme la conduite autonome dans les embouteillages ou son régulateur de vitesse prédictif qui anticipe le relief de la route pour réduire la consommation. L’Opel reprend toutefois l’avantage en termes de tarif avec un budget de 37 600 € pour notre modèle d’essai (Insignia Grand Sport 2.0 BlueInjection 170 ch) contre 42 940 € pour une Renault Talisman Initiale Paris dCi 160 EDC et, au minimum, 40 360 € pour une Arteon 2.0 TDI 150 ch.

 

Les +

  • Habitabilité
  • Finition
  • Ergonomie
  • Niveau d’équipement
  • Confort de conduite

 

Les –

  • Visibilité en ville
  • Rayon de braquage
  • Accès aux places arrière
  • Volume de rangement

 

visu-fin-opel-insignia
À gauche l’Opel Insigina Sports Tourer (la version break) et à droite l’Insignia Grand Sport.