Des mastodontes pris la main dans la fausse promo

Rabais sur Internet

Des mastodontes pris la main dans la fausse promo

Publié le : 25/02/2017 

19 sites marchands, dont Amazon, Zalando, Grosbill et H&M, ont été sanctionnés pour avoir bidonné des rabais. L’enquête menée par la Répression des fraudes confirme les conclusions d’une étude de l’UFC-Que Choisir sortie un an plus tôt.

 

En décembre 2015, l’UFC-Que Choisir publiait une grande enquête sur les fausses promotions dans laquelle elle pointait du doigt le fait que les rabais affichés sur les sites Internet et en magasins ne permettaient pas forcément aux consommateurs de bénéficier des prix les plus bas. Suite à cette étude, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lançait une série de contrôles chez les e-commerçants. Au final, la pêche a été bonne. Jeudi dernier, à l’occasion de son bilan 2016, la DGCCRF a annoncé avoir dressé 19 procès-verbaux à l’encontre de sites marchands. Et pas des moindres. Amazon.fr, Zalando.fr, Grosbill.com ainsi que le site du vendeur de vêtements H&M font partie des sociétés visées, tout comme Vente-privee.com et Showroomprive.com dont les locaux ont été perquisitionnés. Au final, des sanctions financières ont été prononcées pour un total de 2,4 millions d’euros. La DGCCRF a détecté des rabais qui n’en étaient pas vraiment, des promotions présentées comme exceptionnelles alors qu’elles étaient appliquées toute l’année et des hausses de prix artificielles avant le début des soldes afin qu’une fois la réduction affichée, le prix final du produit reste le même.

En matière de rabais, la législation est pourtant souple. Chaque marchand doit pouvoir être en mesure de justifier la réalité du prix d’origine (ou prix de référence). C’est le cas par exemple si celui-ci a déjà été appliqué sur une grande période par le site lui-même ou par un concurrent. Mais les agents de la DGCCRF ont constaté qu’il n’était pas rare que des marchands gonflent artificiellement leurs prix de référence pour pouvoir afficher des pourcentages de réduction plus élevés. Ils ont également observé que certains allaient jusqu’à contraindre leurs fournisseurs d’afficher des « prix de vente conseillés » plus élevés voire créaient de faux sites Internet destinés uniquement à afficher des prix plus élevés et pouvoir ainsi justifier les prix de référence qu’ils appliquaient.

Malgré les amendes infligées et les promesses de certains sites de mieux contrôler leur circuit de vente, il ne faut pas se leurrer : les faux rabais ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Les consommateurs doivent donc redoubler de vigilance et plus que jamais prendre le temps, avant d’acheter, de comparer en tenant compte non pas de l’ampleur du rabais, mais du prix final réellement payé.

Nos conseils pour limiter les risques lors d’un achat en ligne.

Cyril Brosset

cyrilbrosset