Rachat de dette Les victimes d’Ader Capital contactées par de faux avocats

Rachat de dette

Les victimes d’Ader Capital contactées par de faux avocats

Publié le : 17/04/2019 

Déjà éprouvées par les promesses trompeuses de la société Ader Capital qui devait rembourser à leur place leur crédit, les victimes sont maintenant confrontées aux propositions de soutien de faux avocats ou de courtiers peu scrupuleux.

 

Si c’est une plaisanterie, elle est de très mauvais goût. De nombreuses victimes de la société de rachat de dettes Ader Capital ont reçu le courrier d’un soi-disant cabinet d’avocats, Me Dupond & associés. La lettre, datée du 1er avril 2019, prétend avoir pour objet « le regroupement à la procédure collective de la société Ader Capital ». Elle offre de représenter gratuitement les clients devant le tribunal de grande instance de Paris à l’audience du 16 avril 2019. Cette missive constitue au pire une escroquerie, au mieux un canulard. Aucune action judiciaire n’est en effet pour l’instant ouverte devant le tribunal de Paris contre la société Ader. Cette dernière, qui a empoché l’argent de centaines de particuliers dont elle était censée reprendre les dettes, est actuellement en liquidation judiciaire. Son patron, Éric Guilloteau, a quitté les lieux pour l’Île Maurice sans laisser d’adresse. Une enquête judiciaire a bien été ouverte contre les dirigeants d’Ader, mais elle est toujours en cours et est menée par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Nantes. Il faut attendre que le juge renvoie les responsables d’Ader devant le tribunal de Nantes pour que les victimes puissent se constituer partie civile. Il s’avère qu’aucun cabinet du nom de Dupond et associés n’est répertorié au barreau de Paris. En outre, le numéro Siret et l’adresse postale de la société indiqués sur le courrier sont faux tandis que le numéro de téléphone renvoie sur une société de grossiste à Rungis, intitulée Bermudes Fresh Food.

courrier-faux-avocat-ader-capital
Le courrier reçu par des victimes d’Ader Capital.

Ne pas se fier aux démarchages spontanés

Reste plusieurs questions. Comment l’expéditeur du courrier a-t-il pu avoir accès au fichier des victimes d’Ader et posséder autant de détails sur l’affaire ? Et si c’est une plaisanterie, pourquoi dépenser autant d’argent en frais d’envoi ? Une chose est sûre, les victimes d’Ader doivent se montrer très prudentes vis-à-vis d’autres tentatives d’approche. Il a notamment été constaté que plusieurs anciens commerciaux d’Ader Capital tentaient d’utiliser la page Facebook du Collectif de soutien aux victimes d’Ader pour entrer en contact avec elles et leur proposer des solutions de rachat de crédit. L’un d’entre eux s’est même servi du compte d’une pseudo-victime d’Ader pour conseiller ses propres services aux autres membres du collectif. Ce compte Facebook a, depuis, soudainement disparu. Dans tous les cas, il est recommandé de ne pas se fier aux démarchages spontanés d’avocats ou de courtiers. Demandez plutôt conseil directement à l’association locale de Nancy de l’UFC-Que Choisir qui suit de près le dossier ou aux responsables du Collectif de soutien aux victimes d’Ader Capital.

Élisa Oudin