Tables à repasser

Sécurité insuffisante

Publié le : 03/06/2012 

Les brûlures ne constituent pas le seul risque du repassage. Les tables à repasser elles-mêmes peuvent s’avérer dangereuses. Manque de stabilité, bords tranchants et absence de consignes de sécurité sont à l’origine de plaies, voire de fractures. Saisie par l’UFC-Que Choisir, suite à un accident qui a coûté une phalange à une fillette de 2 ans, la Commission de sécurité des consommateurs (CSC) met en garde les utilisateurs.

 

Repasser son linge peut virer au cauchemar. Contusions, plaies, fractures… Selon l’Institut de veille sanitaire, 77 accidents ayant entraîné un passage à l’hôpital sont survenus entre 2004 et 2010. Dans 35 % des cas, les victimes étaient des enfants de moins de 5 ans. L’une d’elles, une fillette âgée de 2 ans au moment de son accident, avait même perdu une phalange après avoir introduit son index dans un trou situé dans le rail de rabattement tout en actionnant la manette.

Ce drame avait poussé l’UFC-Que Choisir à saisir, en mars 2011, la Commission de sécurité des consommateurs (CSC). Laquelle a fait analyser 17 modèles de tables à repasser (de 7,90 à 90 €) pour vérifier qu’elles respectaient les quelques obligations imposées par la réglementation en vigueur (toutefois jugées insuffisantes par la CSC). Conclusions : la finition des produits, avec les arêtes saillantes de leur plateau en métal ou leurs crans trop lisses, est souvent insuffisante ; plusieurs modèles manquent par ailleurs de stabilité ; et enfin, les consignes de sécurité sont trop rares (il n’est pas souvent précisé si la table peut supporter une centrale vapeur, dont le poids peut atteindre 7 kg).

Ces constats, l’UFC-Que Choisir les partage. En 2010, nos tests sur les tables à repasser mettaient également en lumière l’importance de la stabilité pour la sécurité. 

Fabricants et distributeurs ne sont pas toujours d’accord sur la responsabilité de chacun. Pour les réconcilier, la CSC demande à ce que soient engagés des travaux de normalisation propres aux tables à repasser (1), tenant compte de leur stabilité, de leur résistance à l’usage, du soin apporté aux finitions et de l’efficacité des systèmes de réglage en hauteur. Elle recommande aussi aux consommateurs d’éloigner les enfants. Et donne quelques conseils de bon sens qu’il est toujours bon de rappeler, comme de ne pas utiliser le levier de réglage lorsque le fer ou la centrale sont posés sur la table (encore moins branchés !), ou de ne pas repasser en position assise avec les jambes sous la table.

 

(1) Les tables à repasser ne sont encadrées par aucune norme nationale ou européenne.

Camille Gruhier