Tri sélectif

Pensez aux papiers

Publié le : 14/06/2013 

Tous les papiers se recyclent, les envoyer en décharge ou en incinération est aberrant. Le bon geste, c’est le conteneur ou la poubelle de tri sélectif, même s’il n’indique bêtement que « journaux et magazines » !

 

Image

« Triez vos journaux, revues, magazines », c’est la consigne qui figure encore sur une multitude de conteneurs et de poubelles de tri sélectif. Pourtant, les techniques de désencrage et de recyclage ont beaucoup évolué depuis les débuts du tri sélectif en 1992 et elles acceptent aussi bien les feuilles de papier, les cahiers, les enveloppes, les annuaires, les catalogues et les prospectus que les journaux et les magazines.

Mais jusqu’à présent, les consignes de tri n’ont pas suivi cette évolution technologique, si bien que le taux de recyclage du papier reste à la traîne en France, 47 %, contre 64 % en Espagne, 69 % au Royaume-Uni, 72 % en Suède, et même 75 % en Allemagne. Ce gâchis qui consiste à brûler et à enfouir une majorité de papiers au lieu de les recycler aurait pourtant pu être évité, puisque selon un récent sondage TNS Sofres, 90 % des Français jugent que le papier est le déchet le plus simple à trier. Il aurait suffi de leur dire que c’était faisable !

Enfin mieux vaut tard que jamais. Écofolio, l’équivalent d’Éco-Emballages pour les papiers, va lancer une campagne de pub sur le thème « Tous les papiers se trient et se recyclent », et faire écrire cette consigne sur les bacs de tri sélectif et dans les guides de tri distribués localement.

Reste à optimiser les coûts de collecte et de tri, bien plus élevés en France que chez nos voisins plus performants en recyclage. La faute à la poubelle de tri sélectif qui collecte à la fois les emballages et les papiers. Cette collecte en mélange dégrade la qualité des papiers et impose un tri plus poussé. Imposée par Éco-Emballages aux premiers temps du tri sélectif, cette solution coûte très cher. 500 € la tonne de papier en mélange contre 200 € si le papier n’est pas mélangé aux emballages, et même 100 € seulement si on le collecte en apport volontaire plutôt qu’en porte-à-porte. Malheureusement, 57 % de la population est desservie par le système le plus onéreux et le moins efficace, la collecte en mélange ! Les élus locaux ont du grain à moudre pour réduire les coûts...

En attendant cette optimisation, jeter tous ses papiers dans le bac sélectif ou les porter au conteneur « journaux et magazines » est un geste environnemental utile. Le papier se recycle en papier 5 fois, c’est autant d’arbres qu’on n’arrache pas.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)