Carapelli Bio - Huile d'olive

Carapelli Bio - Huile d'olive

Vierge extra - UE et non UE

Mis à jour le : 24/06/2021

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

L’huile d’olive vierge extra Carapelli Bio est obtenue de la pression d’olives cultivées et récoltées conformément aux critères de l’agriculture biologique. La gamme se décline en plusieurs versions : Vivace, Delicato, Classico. Notre test porte sur cette dernière huile dont l’origine affichée est Union européenne et hors Union européenne. Conditionnée dans une bouteille de verre foncé joliment travaillée, elle est vendue environ 10 € le litre dans la plupart des grandes surfaces.

Huile d’olive vierge extra dans le cadre des déterminations physicochimiques et organoleptiques effectuées.

L’acidité oléique et la teneur en esters éthyliques d’acides gras sont faibles. Ces résultats attestent notamment d’une bonne qualité des olives avant leur trituration. L’absorbance UV spécifique à la longueur d’onde 232 nm est en revanche un peu élevée, traduisant un début d’évolution de l’huile.

Tous les résultats obtenus pour les paramètres de pureté sont conformes. On ne peut donc pas suspecter la présence d’huiles étrangères dans l’échantillon testé. Les analyses montrent également que l’huile ne contient pas d’huile raffinée.

Côté contaminants, l’échantillon testé ne présente aucune trace des pesticides ni des plastifiants recherchés. L’analyse des huiles minérales montre la présence de MOSH/POSH(1). Les MOAH(2) sont absentes. Compte tenu du profil de résultats obtenus pour cette analyse, le laboratoire évoque une possible contamination de l’échantillon par des huiles blanches de qualité alimentaire.

À la dégustation, le fruité s’avère léger et l’huile ressort plutôt douce.

(1) Les MOSH (mineral oil saturated hydrocarbons) sont une famille d’huiles minérales saturées. Analytiquement, elles ne peuvent être différenciées des POSH (polyolefin oligomeric saturated hydrocarbons). Les MOSH et les MOAH (mineral oil aromatic hydrocarbons) constituent les deux grandes familles d’huiles minérales surveillées par le biais de nos analyses.

(2) Les MOAH, suspectées d’être cancérigènes, sont considérées comme les plus à risques.

Domitille Vey

Domitille Vey