Eco+ (Leclerc) Huile d'olive

Eco+ (Leclerc) Huile d'olive

Vierge - Espagne

Mis à jour le : 24/06/2021

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

L’huile d’olive vierge extra Eco+ est distribuée dans les magasins Leclerc. Vendue moins de 5 € le litre, elle fait partie des huiles d’olives vierges extra les moins chères distribuées en grandes surfaces. Conditionnée en bouteille plastique transparente, elle est obtenue à partir d’olives d’origine Espagne.

L’échantillon testé est classé en catégorie « vierge » dans le cadre des déterminations physicochimiques et organoleptiques effectuées.

En effet, deux jurys d’experts, agréés par le Comité oléicole international, concluent au classement « vierge » de l’échantillon après l’avoir dégusté. Le défaut majoritaire identifié est « chômé-lies ». Cette flaveur est caractéristique d’une huile issue d’olives entassées ou stockées dans un état avancé de fermentation anaérobie (chômé) ou d’une huile restée en contact avec les « boues » de décantation ayant elles aussi subi un processus de fermentation anaérobie dans les piles ou les cuves (lies).

Tous les résultats obtenus pour les paramètres de pureté sont conformes. La présence d’huile(s) étrangère(s) dans l’échantillon testé n’est donc pas suspectée. Les analyses montrent également que l’huile ne contient pas d’huile raffinée.

Côté contaminants, l’échantillon analysé ne présente aucune trace des plastifiants recherchés. Une seule molécule pesticide est retrouvée, à un très faible taux. Enfin, s’agissant des huiles minérales, seules des MOSH/POSH(1) sont décelées, à des teneurs si faibles que nous devons être mesurés dans notre interprétation.

Le conditionnement en bouteille de plastique transparente est a priori un inconvénient. La transparence risque en effet de favoriser la dégradation de l’huile sensible à la lumière et le plastique, microporeux, n’est pas adapté à la conservation d’un produit sujet à l’oxydation.

(1) MOSH signifie mineral oil saturated hydrocarbons. Il s’agit d’une famille d’huiles minérales saturées. Analytiquement, elle ne peut être différenciée des POSH (polyolefin oligomeric saturated hydrocarbons). Les MOSH et les MOAH (mineral oil aromatic hydrocarbons) constituent les deux grandes familles d’huiles minérales surveillées par le biais de nos analyses. Les MOAH, suspectées d’être cancérigènes, sont considérées comme les plus à risques.

Domitille Vey

Domitille Vey