Retour au Comparatif Voitures SUV et 4x4 (216 SUV, Crossover et 4x4)

Citroën C4 Cactus PureTech 110 S&S

Citroën C4 Cactus PureTech 110 S&S

5 portes - Essence - 110 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en mars 2014

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Moteur bruyant et source de vibrations
  • Faible charge utile et capacités de remorquage
  • Dossier de la banquette d'un seul tenant

Comme nous l'évoquions dans notre prise en main, la Citroën C4 Cactus est unique en son genre non seulement de par son look extravagant mais aussi parce qu'elle mélange les caractéristiques de plusieurs types de voitures. Au final, sa famille d'accueil dans notre comparatif sera celle des SUV à cause de son côté baroudeur et de la présence des grands panneaux de protection latéraux qui laissent présager de la traversée de terrains hostiles à la carrosserie – en réalité, la ville !
Déclinée selon 4 niveaux de finition et 7 motorisations dont 4 à essence, nous l'avons testée en version haut de gamme Shine avec le moteur à essence le plus puissant de la gamme, le PureTech 110 ch de 3 cylindres (1199 cc) équipé du système Stop & Start.

Look inimitable, avec d'intelligents panneaux de protection contenant des bulles d'air.

La ligne taillée à la serpe donne un aspect robuste à la C4 Cactus. Impossible de la confondre avec une autre dans la rue : ses yeux plissés et les panneaux latéraux ne laissent aucun doute sur son identité. La première impression de robustesse un peu brute laisse place, quand on monte à bord, à un intérieur accueillant et surprenant d'originalité, auquel on reproche principalement les vitres arrière fixes et la banquette d'un seul tenant. Sur la route, la version PureTech 110 possède une bonne réserve de puissance qui permet de s'insérer dans tout type de trafic, mais la motorisation, bruyante et source de vibrations, n'est pas particulièrement plaisante. En dehors de ces défauts, la C4 Cactus est agréable à conduire notamment grâce à sa confortable suspension.

Dans la motorisation testée, la C4 Cactus est accessible à partir de 18 900 euros (février 2015), ce qui est à peu près le prix plancher d'une berline C4. En entrée de gamme, avec le moteur Pure Tech 75, le tarif de la C4 Cactus descend à 13 950 euros (finition unique : Start) mais le niveau d'équipement n'a rien à voir avec celui de notre véhicule d'essai.

Carrosserie, habitacle, coffre

À l'extérieur comme à l'intérieur, la qualité de fabrication est tangible et les éléments sont bien assemblés. Un véritable cloisonnement du compartiment moteur fait cependant défaut, de même que des protections contre les salissures et les rayures au niveau du passage des portes. Par contre, les éléments protecteurs latéraux (également présents sur les tabliers avant et arrière mais de petite taille) s'avèrent très utiles pour l'utilisation en milieu urbain.

L’installation à bord est agréable avec des sièges situés à bonne hauteur mais le seuil des portes est assez éloigné des sièges, et mériterait aussi d'être un peu plus bas. Notons l'absence de poignées de toit pour s'aider à sortir de la voiture. En position ouverte, les portes sont maintenues par deux crans qui sont tout juste assez fermes.

Les sièges sont à bonne hauteur mais le seuil est un peu haut et éloigné de l'assise.

L’intérieur de la C4 Cactus est tout aussi original que l’extérieur. Il est en effet plutôt surprenant par sa planche de bord particulière, sobre et très fine. Un résultat qui a pu être obtenu en plaçant l’airbag passager dans le pavillon, au niveau de la partie supérieure du pare-brise, libérant ainsi l’espace devant le passager. Dommage que l’on ne retrouve pas tout ce volume dans la boîte à gants, elle aussi originale avec son ouverture par le dessus. C’est d’autant plus regrettable que les espaces de rangement se font relativement rares et que leur volume total est assez faible. Par exemple, on aura bien du mal à caser une grande bouteille d’eau dans les vide-poches des portières avant, qui manquent un peu de hauteur pour être véritablement pratiques.

Les sièges avant adoptent le concept banquette que Citroën qualifie « d'esprit sofa ». Ainsi, les 2 places présentent une continuité esthétique qui rappelle celle des DS de première génération, mais avec la sécurité en plus. Le volume de l'habitacle avant est très généreux. Des personnes mesurant 2 m y trouvent place aisément, avec une bonne garde au toit. La largeur est satisfaisante, et le toit panoramique contribue grandement à l'impression d'espace. L'arrière de l'habitacle est évidemment moins spacieux, mais il permet quand même à des personnes de 1m80 d'être installées confortablement, la place étant limitée cette fois-ci par la garde au toit. Aussi, il vaut mieux voyager à 2 plutôt que 3 à l'arrière, au risque de se sentir réellement oppressé. Un regret au niveau des portes arrière où le garnissage intérieur est réalisé en plastique rigide moulé en une seule pièce. Seul un mini-coussin l’agrémente et permet de poser le coude. Également dans un souci d’économie de masse, les vitres arrière ne peuvent pas être descendues mais seulement entrebâillées. Un choix dicté par la chasse aux kilos menée par le constructeur qui participe au style de la voiture et est pleinement assumé par Citroën mais qui ne s’avère pas très pratique au quotidien.

L'éclairage intérieur est assuré par un plafonnier central et deux liseuses à l'avant. La boîte à gants n'est quant à elle pas éclairée.

Côté coffre, le volume de chargement est satisfaisant, avec ses 320 litres (348 annoncés), à comparer aux 285 l pour un Renault Captur. Le volume passe à 605 litres lorsque la banquette est rabattue (975 s'il est chargé jusqu'au plafond). Des crochets de maintien placés aux quatre coins permettent de maintenir les petits bagages, et un espace de rangement (de 20 l) placé sous le plancher permet de loger des petits objets.

Volume satisfaisant mais manque de modularité de la banquette.

L'ouverture d'accès au coffre est haute mais juste assez large. La barre de seuil se situe un peu trop haut, à 78 cm du sol, alors que le plancher se trouve 24 cm plus bas : les opérations de chargement et de déchargement demanderont du muscle.

Notons que la banquette est d’un seul tenant et n’offre pas un plancher plat quand elle est rabattue. L'escamotage ne demande pas d'effort mais il faut actionner simultanément deux leviers qui sont situés de part et d'autre du dossier.

Utilisation quotidienne

Pour diminuer la masse de la C4 Cactus et donc sa consommation, Citroën a fait des choix comme les vitres entrebâillantes aux places arrière ce qui permet de gagner 11 kg (pour les deux portes), la banquette arrière monobloc rabattable (6 kg économisés), le toit panoramique avec son traitement thermique spécifique qui permet de s’affranchir d’un occulteur (6 kg en moins), la présence d’un capot en aluminium et de certaines pièces à l’arrière (gain de 5,4 kg), la plate-forme allégée (issue de celle du Peugeot 2008, elle pèse 175 kg de moins)... En tout, la C4 Cactus pèse environ 300 kg de moins qu’une berline C4. Dans le même but, la charge utile est plutôt faible, et ne dépasse pas 425 kg selon nos calculs. La capacité de remorquage est également faible (825 kg freinés, 545 non freinés). Enfin, la charge d'appui vertical arrière de 55 kg maxi permet à peine de transporter deux vélos, même si un porte-vélo à 3 emplacements est proposé en option.

L'autonomie est en revanche très correcte puisque les 50 l d'essence contenus dans le réservoir plein permettent de parcourir 975 km. Sur ses barres de toit livrées de série, la C4 Cactus peut être équipée d'un vaste choix d'accessoires de transport : porte-skis, galerie en aluminium, coffre de toit, porte-kayak, etc. Le toit peut supporter 80 kg de charge maximum.

Poste de conduite

Une fois installé au volant, la première chose qui frappe est la sobriété du poste de conduite : peu de commandes, peu d'instruments. Mais l’ergonomie est bonne : les pédales sont idéalement placées et le volant tombe parfaitement entre les mains même s'il n'est réglable qu'en hauteur.

Cockpit sobre et instruments réduits au minimum.

Le levier de vitesses, ergonomique également, peut cependant sembler un peu bas. Le combiné d'instruments, exclusivement digital, est également réduit à sa plus simple expression, n’indiquant, en permanence, que la vitesse et le niveau de carburant. Le cas échéant, l'allumage des feux est également bien signalé. Par contre, pas de compte-tours... dommage.

Au volant se trouvent les commandes du volume radio, très pratiques, et celles du régulateur-limiteur de vitesse.

Les commandes au volant sont particulièrement pratiques.

Un écran tactile pratique, relativement grand (7 pouces) et idéalement placé permet de gérer tous les paramètres du véhicule, le GPS (d'un fonctionnement irréprochable), l’ordinateur de bord, etc. Il possède 7 touches de fonctions qui donnent accès à des sous-menus auxquels il faudra s'habituer afin que leur utilisation n'affecte pas l'attention du conducteur.

Console centrale, sobre, avec l'écran 7" qui centralise de nombreuses fonctions.

La C4 Cactus surfe également sur la vague des voitures connectées et peut recevoir l’option Citroën Multicity Connect (379 euros avec un an d’abonnement puis ensuite 100 euros par an). Il fonctionne à l’aide d’une clef USB 3G qui permet une connexion au réseau. Les applications, qui utilisent les informations du véhicule (vitesse, kilométrage, autonomie…), se gèrent ensuite depuis l’écran tactile. Actuellement, 18 applications sont disponibles comme l’avertisseur de zone dangereuses Coyote, l’information Trafic ViaMichelin, la météo, les pages jaunes... Un équipement appréciable dont le coût sera vite amorti.

Confort

C’est une vraie bonne surprise que nous a réservée la C4 Cactus sur la route. La voiture s’est en effet montrée très agréable à conduire. Dotée de suspensions et d’amortisseurs efficaces, elle permet de voyager dans d’excellentes conditions sans souffrir du changement de revêtement au sol. Sur les revêtements très irréguliers comme les rues pavées, quelques vibrations se font tout de même ressentir dans le volant. La caisse s'incline un peu quand la voiture accélère ou freine, et les virages dynamiques provoquent juste un peu de roulis.

De série dès l'entrée de gamme, la C4 Cactus possède un siège conducteur réglable en hauteur, mais celui du passager ne l'est pas. En outre, l'assise n'est pas réglable en inclinaison. Bien dessinés, avec un dossier de grande taille, les sièges avant procurent un bon maintien latéral. Les mousses bien souples offrent un très bon confort mais un bourrelet situé à l’angle de l’assise et du dossier s’avère un peu gênant.

À l’arrière, la position des passagers est correcte. Cependant, le maintien latéral fait défaut à cause d'un manque de relief des rembourrages. Le dossier de la banquette possède une bonne hauteur, mais l'assise manque de longueur, n'assurant pas un support optimal des jambes.

Le bruit perçu dans l'habitacle est d'un niveau raisonnable, avec 69,4 dB(A) mesurés à 130 km/h. Le moteur à 3 cylindres se fait toutefois entendre à tous les régimes, surtout pendant les accélérations. Les bruits de roulement et de contact avec la route ne sont pas excessifs, sauf sur les très mauvaises routes où le train arrière devient bruyant.

En finition Shine, la climatisation automatique (1) installée de série offre 3 modes de fonctionnement : Soft, Normal ou Fast, qui correspondent au réglage de l'intensité, mais l'ajustage de la température et de la distribution d'air est commun à toutes les places. En mode chauffage, la vitesse de montée en température est satisfaisante, et plus rapide au niveau des pieds qu'ailleurs.

Visibilité, éclairage

La visibilité est correcte. Le conducteur, assis un peu en hauteur, domine bien le trafic mais son champ de vision à 360° est seulement acceptable, à cause de la hauteur de la lunette arrière et de la largeur des montants.

Champ de vision à 360° du conducteur.

La visibilité vers l'arrière est médiocre.

La vision de l'encombrement du véhicule est bonne et les manœuvres se feront sans stress. La finition Shine ici testée bénéficie en plus du pack City Camera incluant la caméra de recul dont l'image est restituée sur la tablette 7", et une aide sonore au stationnement arrière. L'éclairage à ampoule halogène remplit bien sa mission ; on regrette toutefois l'indisponibilité d'un système au xénon. Par contre, des feux d'angle sont inclus dans les antibrouillards. En finition Shine, l'allumage des feux est automatique, de même que la mise en marche des essuie-glaces. Ces derniers embarquent le système « Magic Wash » censé diffuser le produit lave-glace de manière optimale, ce qui permet de réduire le volume de son réservoir pour gagner encore du poids (environ 1,5 kg). Mais l'efficacité n'est pas convaincante : le temps de réaction est un peu long et la répartition du produit perfectible.

Pour le stationnement nocturne, la C4 Cactus possède un éclairage d'accompagnement.

Performances

Nous avons testé la version du moteur 3 cylindres essence (le 1.2 PureTech) « poussée » à 110 ch, censée être la plus « pêchue ». Notre C4 Cactus s’est en effet montrée très volontaire, procurant de bonnes accélérations et permettant des dépassements faciles. Six secondes seulement sont nécessaires pour passer de 60 à 100 km/h (en utilisant les 2e et 3e rapports) ; la souplesse est quant à elle correcte. Son principal défaut sera de se manifester un peu trop bruyamment dans l’habitacle lorsqu’il monte en régime. On reproche aussi des vibrations désagréables dans le volant et les pédales.

Avec un peu d'habitude, la boîte de vitesses à 5 rapports se manie sans difficulté malgré le levier qui oppose une certaine résistance au moment d'enclencher les vitesses, et qui manque un peu de précision. On reproche aussi des vibrations désagréables lors de l’enclenchement du système Stop & Start : lorsqu’il se coupe à l’arrêt, on a la désagréable impression que le moteur a des ratés. Un phénomène qui est certainement dû à sa configuration 3 cylindres.

Les 5 rapports sont bien étagés mais une 6e vitesse, que le moteur aurait pu gérer sans difficulté, aurait permis de mieux répartir la démultiplication.

Tenue de route, freinage

La C4 Cactus se comporte sainement sur la route et possède une bonne stabilité directionnelle. La direction, relativement ferme en ligne droite lorsque la vitesse est élevée, restitue bien le contact avec la route et devient très assistée en ville pour des manœuvres en douceur. Le train arrière montre une certaine lenteur à établir l'accroche latérale, ce qui nécessite des petites corrections fréquentes quand on roule à grande vitesse, par exemple dans les longs virages sur autoroute. On remarque que les irrégularités de la route sont parfois ressenties un peu brutalement.

En cas de coup de volant brutal, la réaction n'est pas immédiate et s'accompagne d'un léger départ du train arrière, qui est rapidement stabilisé grâce à l'ESP. Notre test d'évitement d'obstacle est passé avec succès. L'intervention de l'ESP au moment du contre-braquage provoque un sous-virage et le freinage de la voiture jusqu'à stabilisation.

L'approche d'une situation dangereuse est ressentie assez tôt par le conducteur qui peut ainsi réagir avant que la sécurité ne soit en jeu, notamment dans les virages négociés à grande vitesse.

La distance de freinage est satisfaisante : la C4 Cactus lancée à 100 km/h s'arrête en 37,5 m sur route sèche. La force de freinage est contrôlable aisément et la voiture reste bien stable mais nous avons constaté une légère perte d'efficacité en cas de freinages répétés, d'où la note seulement moyenne.

Sécurité

L'équipement de sécurité de la C4 Cactus est complet puisqu'en plus de la liste déjà complète d'équipements obligatoires, il embarque des airbags rideaux de tête (avant et arrière), l'avertisseur d'oubli de bouclage de ceinture de sécurité pour les places avant et arrière, un régulateur-limiteur de vitesse, deux places arrière compatibles i-Size (la nouvelle norme pour les sièges enfant), la Connect Box (1) qui appelle automatiquement le centre de secours en cas d'accident, etc. De plus, les feux de détresse se mettent en route automatiquement en cas de freinage d'urgence. Un regret toutefois : ces derniers rendent inopérants les feux de clignotants. Une autre fonctionnalité manque : celle qui empêche de démarrer le moteur lorsqu'une vitesse est engagée.

La C4 Cactus a obtenu un bon score lors de son test Euro NCAP de 2014 :
- 4 étoiles sur 5 ;
- 82 % pour la protection des adultes ;
- 79 % pour la protection des enfants ;
- 80 % pour la protection des piétons ;
- 56 % pour l'aide à la sécurité.

La protection est donc d'un bon niveau mais l'absence de tout système de freinage autonome et d'alarme de franchissement involontaire de ligne empêche la C4 Cactus de remporter la 5e étoile puisque son score en aide à la sécurité est ainsi inférieur aux 65% requis.

Environnement

Donné pour une consommation mixte de 4,7 litres aux 100 km, ce moteur a avalé, selon l’ordinateur de bord, 6 litres sur notre trajet avec une conduite un peu vive, et 5,1 litres selon nos mesures réalisées en laboratoire lors de 3 cycles bien déterminés : la C4 Cactus PureTech 110 ch est donc assez peu gourmande. De plus, les faibles mesures d'émissions de rejets polluants montrent que le véhicule est très propre.

Notes

(1) De série, en option ou non disponible, selon le niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité