Retour au Comparatif Voitures SUV et 4x4 (216 SUV, Crossover et 4x4)

Nissan Juke 1.5 dCi 110

Nissan Juke 1.5 dCi 110

5 portes - Diesel - 110 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en juin 2010

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Accès à bord ;
  • Volume arrière ;
  • Volume du coffre.

Mélange de coupé sport et de crossover, le Nissan Juke ne laisse pas indifférent, il est d'ailleurs reconnaissable du premier coup d’œil. Mais en y regardant de plus près, il ne s'agit pas d'un coupé mais bel et bien d'une berline 5 portes, les poignées arrière étant astucieusement camouflées dans le montant peint en noir. À l'instar de la Mini Countryman, le Juke est disponible en « simple » traction avant mais aussi en version 4x4 ce qui en fait un véritable baroudeur, contrairement aux Peugeot 2008 et Renault Captur, uniquement disponibles avec 2 roues motrices.

Notre essai a été réalisé sur un Juke équipé de l'unique moteur Diesel de 1461 cc, développant 110 ch, et muni de la boîte manuelle à 6 rapports. Malgré des petits défauts, ce Juke est un véhicule confortable et agréable à conduire. Son châssis sportif lui confère une très bonne tenue de route et la motorisation Diesel possède des performances tout à fait suffisantes pour se faire plaisir sur tout type de parcours, tout en restant très sobre. On lui reproche un accès aux places assez peu commode à cause de la hauteur du seuil des portes, un coffre trop petit et un volume arrière trop exigu pour les passagers adultes.

Qualité de vie à bord

Extérieur/intérieur

La carrosserie aux formes rondes et musclées du Juke est de bonne qualité : les éléments sont bien ajustés et les éléments ouvrants sont efficacement protégés contre la pénétration des salissures. Cependant, le soubassement aurait mérité plus d'attention : le compartiment moteur n'étant pas cloisonné, il laissera les éclaboussures souiller les éléments mécaniques, alors que le châssis est tout sauf aérodynamique.

Mi-coupé, mi-crossover, le Juke possède une carrosserie originale et soignée.

Malgré la hauteur optimale des sièges, accéder à bord et sortir du véhicule n'est pas très confortable : il faut lever les jambes bien haut pour franchir l'ouverture, et les sièges sont assez éloignés du seuil. À l'arrière, le passage est un peu étroit. En position ouverte, le blocage des portes n'est pas assez ferme.

L'accès aux places arrière n'est pas des plus aisés.

À l'intérieur de l'habitacle, le volume avant est satisfaisant, avec notamment une très bonne garde au toit, mais la sensation de volume est quelque peu atténuée par la petitesse des fenêtres latérales et la grosse console centrale, rappelant un réservoir de moto, qui héberge levier de vitesses, frein à main et quelques espaces de rangement. À l'arrière, le volume est à peine suffisant pour 2 passagers. La garde au toit est faible à cause de sa forme plongeante et les fenêtres sont encore plus petites qu'à l'avant. Le transport de 3 passagers arrière doit donc rester occasionnel et pour de courtes distances.

L'intérieur au design agréable et attractif reprend les formes arrondies de la carrosserie. La console centrale peinte est du plus bel effet. Dommage que la planche de bord ne soit pas doublée de mousse, ce qui la rendrait plus agréable au toucher. Les espaces de rangement sont en nombre suffisant à l'avant mais trop rares à l'arrière, et seul l'habitacle avant dispose d'un éclairage.

Bel intérieur, en harmonie avec la carrosserie.

Poste de conduite

La conduite et l'utilisation du cockpit sont globalement simples mais nécessitent une petite période d'adaptation.

Les instruments sont bien lisibles de jour comme de nuit, le contraste étant très bon. Les commandes principales sont ergonomiques mais le volant n'est réglable qu'en hauteur, avec une plage assez faible. Les boutons de commande de l'ordinateur de bord sont en revanche très mal placées, derrière le volant, au niveau des instruments, et mal éclairées. On y accède à travers le volant, ce qui peut être dangereux. Certaines commandes ne sont pas éclairées du tout, comme le Neimann dont la position est déjà difficile d'accès.

La radio et le système de navigation sont simples d'utilisation et bien placés. La qualité audio est très bonne. L'utilisation du régulateur de vitesse est également très intuitive.

À part l'ordinateur le bord, le cockpit est ergonomique.

Le système NDCS (Nissan Dynamic Control System, monté de série mais indisponible en finition Visia) permet de choisir le mode de conduite : Eco, Normal ou Sport et agissant sur le fonctionnement de l'accélérateur et de la direction. Il gère également le fonctionnement de la climatisation automatique, elle-même installée de série dès le niveau de finition Acenta. Un certain temps est nécessaire pour comprendre son fonctionnement.

Confort

3 types de sièges sont disponibles, selon le niveau de finition : tissu, tissu sport et cuir. Notre exemplaire est muni de sièges standards en tissu. À l'avant, le siège du conducteur est réglable en hauteur mais pas celui du passager, et il n'y a pas de soutien lombaire. Agréablement dessinés, ils procurent un bon maintien latéral et un bon support des jambes. Revêtement et mousses sont confortables. À l'arrière, les places sont suffisamment confortables et les dossiers agréablement inclinés mais elles manquent clairement de maintien latéral dans les virages, et le support des jambes est à peine suffisant.

Le châssis très rigide transmet nettement toutes les imperfections de la chaussée à l'habitacle, et les revêtements irréguliers provoquent une vibration faible mais constante. En contrepartie, la caisse s'incline très peu dans les virages même à grande vitesse, et aucun rebond n'est à déplorer sur les longues bosses, même lorsque le véhicule est complètement chargé.

L'insonorisation de l'habitacle n'a rien d'exceptionnel. À 130 km/h, le bruit est mesuré à 70 dB(A) et les bruit caractéristiques du moteur Diesel (bourdonnement, cognements) se font entendre quelles que soient les conditions d'utilisation.

Chauffage et ventilation sont performants mais peu sophistiqués. Le système de chauffage plutôt réactif permet d'atteindre une agréable température (22°C) assez rapidement : seulement 16 minutes à l'avant et 18 minutes à l'arrière sont nécessaires. La climatisation automatique livrée de série à partir de la finition Acenta (sinon, il s'agit d'une climatisation manuelle) est efficace et précise mais la température côté conducteur et passager ne peut pas être réglée séparément.

Enfin, le choix de la distribution du flux d'air est sommaire et les aérateurs centraux ne peuvent pas être fermés.

Coffre

L'accès au coffre se fait par une vaste ouverture mais le seuil est bien haut (78 cm à franchir pour charger les bagages). Par contre, le plancher est directement dans sa continuité ce qui est fort pratique au moment de décharger des bagages, et quand la banquette arrière est rabattue, il ne présente aucune discontinuité, ce qui permet de faire glisser le chargement. Question volume, peut mieux faire ! En effet, nous n'avons mesuré que 190 l jusqu'à la base des parties vitrées, et 510 l avec la banquette arrière (asymétrique) rabattue. Notons que le mécanisme de cette dernière est simple à mettre en œuvre mais qu'il faut veiller à ne pas coincer la ceinture de sécurité au moment où l'on remet la banquette en place.

Avec 190 l, le coffre manque de volume.

Banquette rabattue, le plancher est complètement plat.

Au volant

Visibilité

Le champ de vision du conducteur est satisfaisant, grâce notamment aux grands rétroviseurs extérieurs, et malgré les gros montants arrière qui gênent la vue en diagonale. La position d'assise du conducteur assez haute permet de bien dominer le trafic et offre une bonne visibilité vers les obstacles proches à l'avant.

Visibilité correcte à part en diagonale arrière.

Pour les manœuvres, la visibilité arrière est aidée par la caméra de recul disponible dès le niveau de finition Acenta dans le pack Nissan Connect. L'image restituée est cependant un peu floue.

Côté éclairage, le Juke n'est pas très bien loti, avec ses phares à ampoules halogène H4 et en l'absence d'éclairage dynamique et d'angle.

Performances

Le moteur 1.5 dCi de 110 ch est tout à fait adapté au Juke. Les reprises sont plutôt vives et la motorisation se montre bien souple. On regrette juste les bruits et vibrations perçus en permanence, mais ceux-ci ne deviennent pas irritants à la longue. La course du levier de vitesses est faible et le passage des rapports peut être fait rapidement si l'on prend garde à positionner le levier avec précision, sinon, le changement de vitesses peut devenir un peu brutal. L'étagement des rapports est parfait et le régime relativement faible à 130 km/h se situe aux alentours de 2800 tr/min ce qui permet au Juke diesel de limiter sa consommation sur autoroute à 6 l/100 km.

Tenue de route, direction

Le châssis rigoureux et l'ESP (installé de série) confèrent au Juke une très bonne stabilité directionnelle et une tenue de route sans faille. En cas de contre-braquage suite à un coup de volant d'urgence, le Juke subit un léger survirage et dans les courbes négociées à vitesse élevée, il amorce un sous-virage toujours préférable pour les conducteurs novices, que l'ESP corrige tôt et efficacement. Une coupure des gaz en virage n'a quasiment aucun effet sur la stabilité du véhicule.

La direction est douce et généreusement démultipliée : les manœuvres ne nécessitent pas d'effort. Elle restitue bien le contact avec la route, notamment en mode Sport où l'assistance est légèrement réduite, mais perd une bonne partie de sa précision lors des accélérations en sortie de virage serré.

Freinage

Le comportement en freinage est parfait : pas du tout d'effet d'échauffement, très bonne stabilité directionnelle, freinage modulable. Mais avec 39 m, la distance de freinage à 100 km/h n'est que moyenne.

Sécurité

Le Juke a été testé par l'Euro NCAP en 2011. Son très bon score se décompose ainsi :
- 5 étoiles sur 5 ;
- 87 % pour la protection des adultes ;
- 81 % pour la protection des enfants ;
- 41 % pour la protection des piétons ;
- 71 % pour l'aide à la sécurité.

Le score relativement bas en protection des piétons est dû à la rigidité de la base du pare-brise et du bord avant du capot. Le Juke est équipé d'appuie-tête avant actifs qui se rapprochent automatiquement de la tête en cas de choc. Pourtant, l'essai Euro NCAP a montré que la protection contre le coup du lapin n'est que marginale.

L'équipement de sécurité installé de série sur le Nissan Juke comprend notamment les airbags frontaux, latéraux et rideaux, l'ESP et le limiteur de vitesse.

Les clignotants sont à impulsion mais ni ceux-ci, ni les feux de détresse ne se déclenchent en cas d'urgence. En outre, les vitres arrière n'ont pas de fonction antipincement alors que la force de fermeture est trop élevée.

Environnement

Le Juke diesel est sobre et peu polluant. Annoncé avec un taux de CO2 de 134 g/km parcouru, nous obtenons effectivement 138 g/km au terme de nos essais, une valeur très proche de l'annonce, ce qui est rare lors de nos tests. La consommation moyenne mesurée est de 5,2 l/100 km, avec 5,9 l/100 km en ville et 4,1 l/100 km sur route. Notons que le Juke diesel existe aussi en version équipé du Stop & Start (109 g/km de CO2 annoncés).

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité