Retour au Comparatif Voitures SUV et 4x4 (209 SUV, Crossover et 4x4)

Opel Mokka 1.7 CDTI 130 4x2 ecoFLEX Start&Stop

Opel Mokka 1.7 CDTI 130 4x2 ecoFLEX Start&Stop

5 portes - Diesel - 130 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en septembre 2012

Mis à jour le : 14/03/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Moteur bruyant ;
  • Diamètre de braquage.

Lancé fin 2012, le Mokka est le premier petit SUV de la marque Opel. Destiné à la ville, il est principalement proposé avec roues avant motrices, mais quelques versions 4x4 sont disponibles en essence et en diesel pour une utilisation en dehors des sentiers battus. Le véhicule de notre essai est équipé du moteur Diesel 1.7 CDTI ecoFLEX développant 130 ch maxi, avec boîte manuelle à 6 rapports, en version à 2 roues motrices. Cette configuration est disponible dans les 3 niveaux de finition que l'on trouve sur toutes les gammes Opel, à savoir : Edition, Cosmo et Cosmo Pack.

Très similaire au Chevrolet Trax qui a été commercialisé quelques mois plus tard, le Mokka possède un équipement plus étoffé que ce dernier, avec notamment la possibilité de l'équiper de l'éclairage bi-xénon adaptatif et directionnel d'une efficacité remarquable, et de l'Opel Eye, système utilisant une caméra pour lire les panneaux et les lignes de marquage au sol et mesurer la distance du véhicule qui précède. Le petit SUV est confortable, notamment s'il est équipé des sièges ergonomiques. Le moteur est cependant trop bruyant, ce qui entache notablement l'agrément de conduite. Tenue de route et performances sont satisfaisantes mais le moteur manque de souplesse en 6e vitesse. La direction, trop neutre, fait aussi l'objet de critiques car elle ne restitue pas suffisamment le contact avec la route. En revanche, elle se manie sans effort ce qui est idéal pour l'utilisation urbaine à laquelle le Mokka est destiné. Toutefois, le diamètre de braquage de 11,8 m est trop grand pour un véhicule de cette taille.

Le Mokka est destiné à la ville malgré son look de baroudeur.

Carrosserie, coffre, habitacle

Carrosserie, accès à bord

Le Mokka est habillé pour la ville : sa carrosserie possède une jupe avant et arrière non peinte et déformable et des protections latérales en cas de petits chocs. L'assemblage est de qualité satisfaisante et le compartiment moteur est totalement cloisonné ce qui le met à l'abri des projections et salissures. Haut sur pattes, il offre un accès aux places aisé d'autant plus que les sièges sont proches des portes, mais les seuils élevés obligent à faire un grand pas en hauteur au moment de monter à bord.

L'accès à bord est aisé, à l'avant comme à l'arrière.

Habitacle

Une fois installés, nous découvrons un bel intérieur agrémenté d'inserts chromés. Planche de bord et garnitures supérieures de portes sont doublées de mousse ce qui les rend agréables au toucher. En revanche, certains éléments décoratifs placés plus bas sont constitués de plastique rigide et fragile.

L'espace avant dispose de suffisamment d'aménagements pour ranger divers objets et d'une boîte à gants éclairée de taille raisonnable. Une seconde boîte à gants est placée plus haut, au niveau de la planche de bord. Les passagers arrière ont également à disposition des rangements spécifiques comme un porte-gobelets au niveau de l'accoudoir central, des poches aumônières au dos des sièges avant et des petits vide-poches dans les portières.

L'habitacle avant volumineux permet d'accueillir des personnes de 2 m, avec encore une bonne garde au toit. La sensation de volume peut être encore accrue si l'on adopte le toit ouvrant électrique optionnel (750 euros). L'espace arrière est moins généreux mais il reste toutefois confortable si les personnes mesurent moins de 1m84 et surtout si elles ne voyagent qu'à 2. En effet, mieux vaut n'utiliser l'inconfortable place centrale qu'occasionnellement. Deux liseuses sont installées à l'avant et les places arrière disposent d'un éclairage central efficace.

Poste de conduite

En s'installant derrière le volant, la première chose qui attire l'attention est le nombre de touches et de boutons répartis sur le volant et la console centrale. Celle-ci héberge l'équipement multimédia (GPS, radio, etc.) et la climatisation. Rien à voir avec le Chevrolet Trax dont la console centrale est plutôt dépouillée.

Toutefois, passée une petite période d'utilisation, le cockpit du Mokka se révèle ergonomique et simple à utiliser. Commandes principales et instruments sont bien distribués. Très complets, ces derniers comprennent l'affichage de l'ordinateur de bord qui indique la consommation moyenne et instantanée ainsi que le réglage du régulateur de vitesse. Là aussi, peu de points communs avec les instruments du Trax dont les affichages sont en majorité digitaux.

L'écran multifonction couleur de 7" (qui sert aussi à afficher les images de la caméra de recul) est bien contrasté et positionné de manière optimale mais son panneau de commande est situé un peu trop bas et il est truffé de touches. Heureusement, leur répartition logique combinée avec leur grande taille les rend au final plutôt simples d'utilisation. Les commandes au volant permettent également d'accéder aux fonctions de l'autoradio. Le système de navigation « Europe 950 » qui peut lui aussi être commandé depuis le volant, possède une fonction de reconnaissance vocale.

Placée en bas de la console centrale, la climatisation (manuelle ou automatique bi-zone, selon la finition) est un peu loin du conducteur, mais son utilisation est simple.

Les feux sont à allumage automatique et peuvent aussi être commandés par la molette placée à gauche sur le tableau de bord.

Le poste de conduite est ergonomique ; les instruments sont complets et bien lisibles...

… mais la console centrale est envahie de boutons.

Le Mokka possède une double boîte à gants.

Visibilité

Le champ de vision du conducteur est satisfaisant grâce à la hauteur du siège, mais les larges montants de toit sont gênants pour la visibilité vers l'arrière. Les obstacles sur la chaussée sont bien visibles à l'avant mais pas à l'arrière : radar et caméra de recul (à partir de la finition Cosmo) apportent une aide précieuse. L'éclairage halogène adaptatif (passage code/phare automatique) à allumage automatique possède des performances convenables. À partir de la finition Cosmo, il peut être remplacé avantageusement par l'éclairage directionnel (statique et dynamique) adaptatif bi-xénon (AFL+ d’Opel) qui procure un excellent éclairage de la route (en option, 1000 euros). Des feux diurnes à LED et les phares antibrouillard équipent le Mokka de série dès l'entrée de gamme.

Visibilité diagonale arrière médiocre à cause du large montant.

Coffre

Le coffre possède un seuil placé haut (72 cm) ce qui rend le chargement difficile. En revanche, son plancher, qui abrite un compartiment supplémentaire, se situe à la même hauteur que le seuil, ce qui facilite le déchargement des bagages puisqu'il n'y a pas de hauteur à franchir. Le volume, correct, de 260 l s'étend à 745 l une fois la banquette arrière asymétrique rabattue. Pour ce faire, il faut retourner dans le véhicule et passer par le compartiment arrière, mais l'opération ne demande pas d'effort. L'assise des sièges doit d'abord être rabattue, puis c'est le tour des dossiers. Le plancher ainsi prolongé ne présente pas discontinuité ce qui permet de faire glisser le chargement sans avoir à le soulever.

Opel propose en accessoire un porte-vélo appelé FlexFix qui s'arrime facilement au véhicule par un système de glissière. Il a l'avantage, entre autres, de s'escamoter rapidement afin de pouvoir ouvrir le coffre. Il peut être équipé d'une extension pour transporter 2 vélos supplémentaires.

Le plancher du coffre dissimule un compartiment qui peut accueillir une roue de secours « galette » optionnelle.

Confort

Suspensions et amortisseurs absorbent très efficacement les longues bosses. La cabine est cependant assez sensible aux changements d'allure et s'incline de façon marquée dans les virages serrés. Elle a tendance à osciller pour les vitesses élevées. Les petites bosses sont bien absorbées et les routes à l'état de surface irrégulier ou en mauvais état sont parcourues sans inconfort. C'est à faible vitesse que le Mokka est le plus agréable.

Les sièges ergonomiques avant en cuir et chauffants qui équipent notre véhicule (disponibles selon finition) procurent un grand confort. Ils sont réglables en hauteur et en inclinaison et possèdent un réglage du soutien lombaire dans deux directions. De plus, l'assise est réglable en longueur ce qui permet d'adapter le support des cuisses selon la taille du conducteur. Ces sièges chauffants sont accompagnés d'un volant gainé cuir, lui aussi chauffant, mais la commande de cette fonction n'est pas facilement identifiable (elle est située au centre du bouton de gestion de la température côté conducteur). Bien dessinés, les sièges avant procurent un maintien latéral convenable dans les virages, mais toutefois perfectible au niveau des épaules. La banquette arrière manque quant à elle de maintien latéral et de support des jambes mais la position assise est confortable, tout comme à l'avant.

Pour les finitions Cosmo et Cosmo pack, le conducteur dispose d'un accoudoir central.

En entrée de gamme, le Mokka est livré avec la climatisation manuelle, mais notre exemplaire est équipé de la climatisation automatique bi-zone. La durée de montée en température à l'avant est satisfaisante, mais très longue à l'arrière.

Le niveau de bruit mesuré à 130 km/h est satisfaisant, 68,2 dB(A), mais l'impression subjective ressentie à bord est moyenne : en effet, le bruit perçu du moteur est omniprésent et devient vite agaçant ; de plus, il est fort voire très fort dès que le régime augmente.

Moteur et transmission

Le moteur Diesel de 130 ch possède des performances satisfaisantes. Il permet des dépassements suffisamment vifs (5,5 s pour passer de 6 à 100 km/h) et fait preuve d'une bonne souplesse en 4e et 5e vitesses. Mais lors des accélérations et à haut régime, le moteur devient réellement bruyant ce qui le rend assez peu agréable. La boîte de vitesses est agréable et permet de passer les rapports en douceur, mais elle autorise également une utilisation sportive avec des passages rapides. Sur autoroute, le régime à 130 km/h est faible (2250 tr/min) ce qui permet d'économiser sur la consommation de carburant, mais de ce fait, la 6e vitesse manque de souplesse et il faut rétrograder assez souvent pour accélérer, au moment de doubler, ou en montée.

Le Mokka possède une aide de démarrage en côte, un indicateur de changement de vitesses et un limiteur de vitesse en descente.

Comportement routier

En cas de manœuvre brusque, le train arrière du Mokka a une nette tendance à zigzaguer, heureusement sans atteindre une situation dangereuse, grâce à l'intervention de l'ESP. Plus ou moins affectée par les ornières et les irrégularités du bitume, la stabilité directionnelle est satisfaisante en ligne droite ; dans les longs virages, une correction au volant est parfois nécessaire, à cause du manque de retour de la direction. Cette dernière est cependant plutôt précise, et très réactive. Elle est également très démultipliée (presque 3 tours de volant séparent les positions extrêmes) ce qui rend les manœuvres aisées, mais le diamètre de braquage est trop grand (11,8 m) pour un véhicule destiné à une utilisation urbaine.

Au final, la tenue de route du Mokka est convenable, mais perfectible.

Le freinage est efficace, avec 37,1 m pour s'arrêter à 100 km/h, et contrôlable avec précision, par petits incréments. Dans les virages, un freinage violent provoque une légère instabilité au niveau du train arrière.

Sécurité

Le Mokka possède un équipement de sécurité et d'assistance à la conduite complet : airbags frontaux et latéraux, airbags rideaux, pédales rétractables en cas de choc, régulateur-limiteur de vitesse, ESP, aide de démarrage en côte, limiteur de vitesse en descente.

Pour les finitions Cosmo et Cosmo Pack, le Mokka peut recevoir l'éclairage directionnel (statique et dynamique) adaptatif bi-xénon (AFL+ d’Opel), qui a été récompensé par un prix Euro NCAP advanced en 2011. En combinaison avec l'éclairage bi-xénon, le Mokka peut être équipé du pack Opel Eye, système utilisant une caméra qui lit les panneaux de limitation de vitesse et d’interdiction de dépassement, observe les lignes de marquage au sol et prévient en cas de franchissement involontaire, mesure la distance du véhicule qui précède et avertit en cas de risque de collision.

En cas de crevaison, le Mokka est équipé d'un kit de réparation qui peut être remplacé par une roue de secours galette optionnelle, logée sous le plancher du coffre.

Testé par l'Euro NCAP en 2012, l'Opel Mokka a obtenu un très bon résultat :
- 5 étoiles 2012 ;
- 96 % pour la protection des occupants adultes ;
- 90 % pour la protection des enfants ;
- 67 % pour la protection des piétons ;
- 100 % pour l'aide à la sécurité.

La protection des adultes est de très haut niveau, même lors du sévère test contre un poteau. Celle des piétons n'est que satisfaisante car le bord avant du capot est trop rigide dans toute sa largeur.

Environnement

L'Opel Mokka motorisé en 1.7 CDTI n'est pas trop gourmand, avec un taux de CO2 mesuré à 138 g/km (pour 124 g annoncés par le fabricant) et une consommation moyenne qui s'établit à 5,3 l/100 km dont 5,5 l/km en ville (grâce au Stop & Start), 4,6 l/km sur route et 6,2 l/km sur autoroute. Cela permet de parcourir environ 1025 km avec un plein complet.

Les rejets polluants mesurés sont plutôt bas, avec toutefois une valeur de NOx (oxydes d'azote) ayant tendance à grimper lors du cycle de type autoroute, réputé sévère sur ce critère.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité