Opel Corsa 1.3 CDTI 95 ecoFLEX Start/Stop

Opel Corsa 1.3 CDTI 95 ecoFLEX Start/Stop

3 portes - Diesel - 95 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en octobre 2014

Mis à jour le : 07/02/2023

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Moteur bruyant ;
  • Diamètre de braquage.

L'Opel Corsa 5e génération (août 2014) s'allonge de quelques millimètres comparée à sa devancière. Sa robe adopte les nouveaux codes de la marque ce qui lui donne un air de famille, particulièrement avec l'Adam, sa petite sœur en taille mais déjà âgée de 2 ans. La nouvelle Corsa est toujours déclinée en 3 et 5 portes, avec un choix parmi 4 motorisations à essence et 2 diesels déjà existantes mais mises au goût du jour pour satisfaire la norme antipollution Euro 6. Notre exemplaire à 3 portes est muni du moteur Diesel 1.3 CDTI 95 ch ecoFLEX Start & Stop, couplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports. Elle est ainsi proposée selon 3 niveaux de finition : Edition, Color Edition et Cosmo.

La nouvelle Opel Corsa (à gauche) comparée à l'ancienne (à droite) : les évolutions sont flagrantes.

L'Opel Corsa est une citadine agile, confortable et économique. L'équipement d'aide à la sécurité et à la conduite disponible est impressionnant pour une voiture de cette taille : caméra avant avec contrôle de la distance et alarme anticollision, reconnaissance des panneaux de signalisation, alarme de franchissement de ligne, feux de route bi-xénon adaptatifs, détecteur de présence dans l'angle mort, etc. Il ne manque qu'un système de freinage autonome... Le moteur Diesel est toujours assez puissant mais une 6e vitesse aurait été appréciable. La consommation mesurée est cependant très raisonnable, avec 4 l/100 km en moyenne. On ne reprochera presque qu'une seule chose : son prix, puisqu'en version 3 portes, la Corsa 1.3 CDTI 95ch ecoFLEX Start & Stop n'est accessible qu'à partir de 17 390 € (tarif novembre 2014).

Carrosserie, habitacle, coffre

L'assemblage de la carrosserie est satisfaisant, avec quelques ajustages améliorables. Les protections contre les petits dégâts sont malheureusement inexistantes : pas de baguettes sur les portes ni sur les pare-chocs, et le soubassement n'est pas aérodynamique, notamment au niveau du moteur non cloisonné. Nous avons cependant apprécié la protection du seuil des portes contre les rayures et les salissures provenant de l'extérieur. Un toit ouvrant est disponible en option (800 €) sauf en finition Essentia (indisponible avec la motorisation testée).

Les ouvrants se verrouillent/déverrouillent à l'aide d'une télécommande dont les boutons se distinguent mal. L'accès à l'habitacle avant est aisé grâce au seuil des portes étroit et une hauteur agréable, mais les crans qui maintiennent les portes ouvertes (3 positions) ne sont pas assez rigides pour être efficaces en pente, et le premier cran est trop ouvert (problématique pour le stationnement serré en épi, par exemple). L'accès à l'arrière est un peu serré, mais se fait sans trop de difficulté.

L'accès est aisé à l'avant et correct à l'arrière.

Plutôt attractif, l'habitacle ressemble à celui de l'Opel Adam, tout comme l'avant de la voiture. Les garnitures intérieures sont bien assemblées et d'un bel aspect, avec la planche de bord moussée et des inserts chromés. À partir de la finition Color Edition, le volant est gainé de cuir. En y regardant de plus près, on constate que certains éléments sont mal ébarbés et que d'autres, en plastique dur, risquent de vieillir assez rapidement.

Le volume avant est satisfaisant. L'espace pour les jambes est suffisant pour une personne de 1m90, avec encore une bonne garde au toit. La largeur est généreuse mais la console centrale est un peu envahissante. L'arrière plus exigu ne peut accueillir que des personnes mesurant moins de 1m75 dans de bonnes conditions de confort, limitées par la place disponible pour les jambes.

L'habitacle avant dispose d'un bon éclairage et de liseuses mais rien n'est prévu aux places arrière.

Aux places avant : éclairage et deux liseuses.

Les espaces de rangement comptent à l'avant un petit vide-poches et un porte-bouteille dans chaque porte, deux porte-gobelets et une petite boîte à gants non éclairée. L'arrière offre des vide-poches latéraux et des poches aumônières au dos des sièges avant.

Le coffre est bien fini, mais les éléments latéraux en plastique dur, forcément exposés au contact avec les bagages, risquent eux aussi de mal vieillir. Grâce à la banquette arrière rabattable deux tiers/un tiers et au double plancher (optionnel, 40 €) qui permet d'isoler les petits objets, le coffre est assez modulable.

Coffre avec double plancher installé : le volume est plutôt faible.

En tout, le volume n'est que de 235 l (140 l sans le double fond), mais une fois la banquette arrière rabattue, il atteint un bon 560 l. Un des autres avantages de ce double plancher est de restituer un plancher uniformément plat une fois que la banquette arrière est rabattue, et de réduire (à moins de 2 cm, dans le cas présent) la distance avec la barre de seuil initialement de 19 cm, rendant moins pénible le déchargement des bagages. En revanche, le chargement demandera un peu de muscles puisqu'il faut soulever les bagages à 71 cm de haut.

En retirant le double fond, on gagne en volume mais on perd la continuité du plancher.

Utilisation quotidienne

La Corsa possède des caractéristiques satisfaisantes en termes d'utilisation quotidienne : 525 kg de charge utile, 75 kg de capacité de transport sur le toit, 1150 kg de poids tractable freiné et 580 kg non freiné. L'autonomie est estimée à 1116 km selon nos mesures de consommation. 4 personnes peuvent voyager confortablement, la 5e place (arrière centrale) devant être considérée comme une place d'appoint.

La roue de secours optionnelle coûte 120 € en 14 et 15" (roue de taille normale), et 130 € en 16 et 17" (roue de taille réduite).

Poste de conduite

Le cockpit est relativement dépouillé ce qui le rend simple à prendre en main. Le volant est réglable en hauteur et en profondeur et les pédales sont idéalement placées. Le levier de vitesses est par contre un peu bas et loin du volant, tout comme le sont les commandes de la climatisation, très basses, dont l'utilisation risque de perturber l'attention du conducteur.

La prise en main est rapide.

Chauffage, climatisation et levier de vitesses sont placés un peu bas.

Les instruments sont clairs et très bien lisibles à l'exception de la température du liquide de refroidissement et de la jauge à carburant, qui sont assez peu précis. L'ordinateur de bord affiche ses données sur le petit écran logé entre le compte-tours et le tachymètre.

Les instruments sont bien nets et dans le champ de vision.

La radio-CD avec Bluetooth, prises USB et aux-in, commandes au volant et 6 haut-parleurs, est livrée de série. En option (ou de série en finition Cosmo), l'Opel Corsa est munie du système multimédia « Intellilink » : utilisant un écran tactile de 7 pouces, l'Intellilink est compatible Bluetooth et équipé d'une prise USB. Il permet le streaming audio et l'utilisation de certaines applications smartphones dont le GPS, le pilotage iPhone et iPod, et enfin possède une reconnaissance vocale. L'écran tactile multifonctions de l'Intellilink est très bien situé mais demande un doigté précis et l'utilisation du système est complexe, tout en restant logique. La navigation connectée se fait via un smartphone (application BringGo sur iPhone ou depuis Android) et les appels sont en mains libres grâce au Bluetooth.

Console centrale avec Intellilink.

Volant cuir multifonctions avec commande du régulateur/limiteur de vitesse installé à partir de la finition Color Edition (sinon en option pour 150 €).

Confort

La raideur des suspensions est en assez bonne harmonie avec les amortisseurs. Les longues bosses provoquent toutefois un rebond systématique, et les virages brusques s'accompagnent d'une prise de roulis conséquente. Lors du freinage, le nez de la voiture plonge de façon plutôt marquée. Les petites bosses sont en revanche bien absorbées. Le mauvais état des routes et les sections pavées se ressentent clairement dans la cabine, tout en restant supportables. Globalement, le confort du châssis est correct à basse vitesse, c'est-à-dire en ville.

Les sièges sont assez fermes mais procurent une bonne positon. L'assise est un peu courte pour les occupants de grande taille. À l'arrière, le manque de relief des rembourrages est la cause d'une absence de support latéral dans les virages. Les sièges avant possèdent un dossier de grande taille avec un relief bien marqué sauf au niveau des épaules. L'assise est ergonomique mais trop courte et les rembourrages mériteraient un peu plus de relief. Le support latéral est cependant satisfaisant. Notons que le siège du conducteur est réglable en hauteur (sauf en finition Essentia non disponible avec la motorisation testée).

Le bruit de 69,7 dB(A) mesuré dans la cabine à 130 km/h est acceptable mais le moteur 1.3 CDTI 95 ch est assez bruyant, notamment lors des accélérations. Les bruits de roulement sont au contraire raisonnables, sauf sur les routes en mauvais état.

Les finitions Edition et Color Edition possèdent une climatisation manuelle (celle testée), alors que le haut de gamme Cosmo est équipé de la climatisation automatique avec affichage de la température extérieure (option à 350 € pour les deux autres finitions). En option ou selon le niveau de finition, le volant, le pare-brise et les sièges avant peuvent être chauffants.

Les réglages du système sont rudimentaires et nécessitent un ajustement fréquent. Les performances en chauffage sont décevantes : la montée en température est très lente à l'arrière.

Visibilité, éclairage

Le champ de vision du conducteur est satisfaisant malgré les larges montants arrière. La vision de l'encombrement est bonne grâce à la compacité, mais les obstacles à l'arrière sont peu visibles à cause de la hauteur de la lunette arrière.

La visibilité vers l'arrière est moyenne.

La caméra de recul (Cosmo, option à 350 €) permet de régler ce problème. L'aide au stationnement arrière (option, 300 €) permet également de se garer sans heurts, alors que l'aide au stationnement avant et arrière avancée (500 €) permet de faire des créneaux ou de se garer en épi sans toucher au volant : il suffit d'accélérer et de freiner quand il faut, la voiture manoeuvrant toute seule.

L'éclairage diurne équipe la nouvelle Corsa de série sur toutes les versions. À partir de la finition Color Edition, elle possède des phares antibrouillard avant. La finition Cosmo peut être munie d'efficaces phares bi-xénon avec éclairage d'intersection (option à 600 €), mais ils ne sont pas directionnels. Ils sont en revanche adaptatifs grâce à l'Opel Eye : l'éclairage bascule en feu de croisement lorsqu'un véhicule arrivant en sens inverse est détecté.

Le pack Visibilité LED (de série pour Cosmo, sinon 230 €) comprend un détecteur de pluie, l'allumage automatique des phares, des feux diurnes à LED et un rétroviseur intérieur électrochromatique.

Les rétroviseurs extérieurs sont à réglages électriques, et dégivrants à partir de la finition Color Edition.

Performances

Le moteur Diesel 1.3 CDTI 95 ch ecoFLEX Start & Stop est plutôt bruyant et provoque des vibrations dans l'habitacle, à froid comme à chaud et surtout lors des accélérations, mais il possède de bonnes performances et se montre bien souple en 4e et 5e vitesses. La reprise est satisfaisante et permet de passer de 60 à 100 km/h en 7,1 s (test de dépassement).

Le passage des vitesses mériterait un peu plus de douceur, surtout s'il est fait rapidement, mais les rapports s'engagent assez facilement malgré une précision du levier perfectible. Les 5 rapports sont bien étagés ; cependant une 6e vitesse n'aurait pas été superflue pour étaler un peu plus les rapports. Le régime à 130 km/h s'établit à 2700 tr/min, ce qui est raisonnable. La marche arrière est efficacement verrouillée et son passage est doux. La voiture est équipée d'un indicateur de changement de vitesses qui ne suggère que les passages vers le haut. Elle possède aussi une aide au démarrage en côte qui maintient le freinage un petit laps de temps une fois que la pédale a été relâchée. L'embrayage est bien modulable et le système Start & Stop est excellent.

Tenue de route, freinage

La tenue de route est globalement bonne mais la stabilité directionnelle perfectible. Un coup de volant brusque provoque une prise de roulis et un départ du train arrière en zigzags jusqu'à la reprise de l'adhérence latérale. On note aussi que la trajectoire est déviée quand la Corsa franchit des surfaces manquant de planéité. Enfin, les ornières affectent elles aussi la stabilité directionnelle. Par contre, le test d'évitement d'obstacle donne de très bons résultats. Les virages pris à grande vitesse et en limite d'adhérence déclenchent un sous-virage, et un départ du train arrière si l'on ralentit, mais la voiture reste bien contrôlable et l'ESP intervient pour parfaire la correction si nécessaire.

La direction très réactive rend la conduite une peu agitée ce qui n'est pas pour améliorer la stabilité directionnelle. Très légère au neutre, elle est peu informative en ligne droite. En conséquence à un coup de volant brusque, l'adhérence latérale du train arrière met un peu de temps à se rétablir ce qui peut nécessiter des corrections au volant. On remarque que plus la sollicitation au volant est musclée, plus la direction devient informative, mais elle reste au mieux acceptable.

De par la démultiplication de la direction et de l'existence d'un mode « City » qui réduit encore l'effort de braquage (activé avec un bouton situé sur la console centrale), les manœuvres en ville se font sans aucune peine mais le diamètre de braquage est trop grand (11,1 m) pour une voiture citadine.

Notre exemplaire équipé de jantes de 16" et de pneumatiques Continental ContiEcoContact (195/55 R16 87H) freine très efficacement. La distance sur route sèche à 100 km/h est de 36,6 m, avec une excellente modulation et quasiment pas d'effet d'échauffement.

Sécurité

L'équipement de sécurité est complet et comprend, de série, les airbags classiques obligatoires (frontaux et latéraux avant) plus un airbag rideau de tête sur toute la longueur, l'alerte de sous-gonflage des pneumatiques, ainsi que les équipements de sécurité devenus obligatoires depuis début novembre 2014, notamment le correcteur de trajectoire électronique (ESP). Le pack Opel Eye (650 €) inclut une caméra avant qui permet de contrôler la distance avec le véhicule qui précède et déclenche éventuellement une alarme en cas de risque de collision. Cette caméra reconnaît les panneaux de signalisation et sert aussi à détecter un franchissement de ligne involontaire, ce qui déclenche une alerte sonore. Si la voiture est équipée de phares bi-xénon, l'Opel Eye commande le basculement automatique de feux de route à feux de croisement quand une voiture se présente en sens contraire.

Pour démarrer le moteur, l'embrayage doit être enfoncé, ce qui évite tout risque d'accident avec un piéton dans le cas où une vitesse serait restée engagée.

Un régulateur/limiteur de vitesse commandé depuis le volant est installé à partir de la finition Color Edition, sinon il est en option à 150 €.

Testée par l'Euro NCAP dès sa sortie, la nouvelle Opel Corsa obtient un bon score avec un résultat global de 4 étoiles selon le protocole 2014, et un prix « Euro NCAP Advanced » grâce à son détecteur de présence dans l’angle mort. Ce système envoie un signal dans le rétroviseur extérieur (droit ou gauche) si le conducteur a signalé son intention de déboîter en mettant le clignotant alors qu’un usager de la route se trouve du côté concerné.

Environnement

La consommation de gazole est faible, notamment en ville grâce au système Start & Stop, avec seulement 3,9 l/100 km parcourus. Elle descend à 3,6 l sur route et ne grimpe qu'à 5 l/100 km sur autoroute, ce qui nous donne une consommation moyenne de 4 l/100 km et un taux de CO2 de seulement 106 g/km (87 g/km annoncés). Répondant à la norme Euro 6, le moteur 1.3 CDTI 95 ch ecoFLEX Start & Stop n'émet que très peu de rejets polluants.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique