Renault Espace dCi 160 Energy EDC

Renault Espace dCi 160 Energy EDC

5 portes - Diesel - 160 ch - Boîte robotisée à double embrayage - Commercialisé en janvier 2015

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Manque de garde au toit à l'arrière ;
  • Poste de conduite difficile à prendre en main ;
  • Fortes émission d'oxydes d'azote sur autoroute ;
  • Manque de rangements.

Lancé il y a plus de 30 ans, le Renault Espace s'est rapidement imposé comme une véritable petite révolution. Son succès ne s'est jamais démenti, à tel point que ce monospace est aujourd'hui devenu partie intégrante de nos routes. Avec sa 5e génération apparue début 2015, le nom est resté, mais difficile de reconnaître le pedigree : pour suivre la tendance du marché, l'Espace s'est mué en crossover, mélange de SUV et de monospace, doté d'un équipement riche et luxueux. Le jeu en valait-il la chandelle ?
Trois moteurs de 1,6 l de cylindrée sont présents au catalogue : un essence de 200 ch (TCe 200 Energy) et deux diesels (dCi de 130 ch et 160 ch). En dCi 130, l'Espace n'existe qu'en version d'entrée de gamme « Life » et le moteur est couplé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Les deux autres motorisations sont associées à une boîte de vitesses robotisée à double embrayage EDC (7 rapports pour l’essence, 6 pour le diesel 160 ch). Elles sont proposées en finitions Zen, Intens et Initiale Paris, dans l'ordre croissant de richesse d'équipement et de prix. Pour compléter notre prise en main réalisée lors de la sortie du modèle, nous vous proposons un essai détaillé du Renault Espace dCi 160 Initiale Paris en version 7 places avec toit panoramique.

Le monospace devient crossover.

La mutation est une réussite. Mais il aura fallu faire quelques concessions, notamment au niveau du confort, principalement à cause de la garde au toit qui se voit fortement diminuée. Le véhicule perd ainsi en habitabilité. L'Espace 5 reste toutefois un véhicule parfaitement adapté à la famille, avec notamment la possibilité de transporter 7 personnes et d'installer 3 sièges auto côte à côte sur les places du 2e rang. Motorisé en dCi 160 EDC, l'Espace est parfaitement adapté à la route. De plus, son niveau d'équipement de sécurité et d'aide à la conduite est d'une rare richesse. Question environnement, la consommation n'est pas le point fort de cette motorisation, qui rejette aussi beaucoup d'oxydes d'azote (NOx) à vitesse élevée.

Carrosserie, habitacle, coffre

Carrosserie

De très bonne facture, la carrosserie est assemblée méticuleusement. Le soubassement est bien caréné et de ce fait, il est aérodynamique, tandis que le compartiment moteur possède un isolant acoustique. Bien qu'équipées d'éléments de protection, les portes sont exposées aux petits chocs fréquents lors de l'utilisation en ville, car ils sont placés au bord de la partie basse de l'élément ouvrant. En revanche, un double joint assure une parfaite étanchéité de l'ouverture. En cas de petits dégâts, la réparation du bouclier arrière segmenté se fera simplement par remplacement de l'élément atteint.

Accès à bord

L'ouverture et le verrouillage des portes se fait avec une carte mains libres qui commande aussi l'allumage des feux à l’approche et l'éclairage d'accompagnement. Les portes disposent de solides crans qui les maintiennent efficacement même en côte.

L'accès à l'avant est relativement aisé grâce à la position plutôt élevée des sièges, l'étroitesse de la barre de seuil et malgré la hauteur de celle-ci. Le toit est également bas ce qui peut occasionner une certaine gêne. L'accès aux places arrière est excellent, notamment grâce à la hauteur idéale des sièges et à la faible largeur du seuil des portes. On apprécie également la largeur et la hauteur de l'ouverture. Enfin, l'accès aux 2 places d'appoint n'est pas aussi pénible que l'on pourrait se l'imaginer, les sièges latéraux arrière basculant généreusement vers l'avant. Chaque place latérale dispose d'une poignée de toit pour se tenir dans les virages ou aider à descendre de la voiture.

A toutes les places, même à l'arrière, l'accès est aisé.

Habitacle

Une fois à bord, rien ne rappelle l'ancien Espace : le style intérieur a changé de fond en comble. L’habitacle est plus moderne, et un nouvel écran large de 8,7 pouces trône au centre de la planche de bord. Toujours agréable à vivre, il jouit d'une finition d’un bon voire très bon niveau. Les matériaux utilisés sont de bonne qualité et plaisants au regard comme au toucher, comme les sièges en cuir marron, les inserts en faux bois, les baguettes chromées et les garnitures dont la majorité sont moussées. Selon les options choisies, l'Espace peut être équipé d'une planche de bord bi-ton au look moderne, ou d'un intérieur dont tous les éléments sont noirs, ce qui peut s’avérer un peu sombre. Heureusement, l’éclairage est efficace (avec plusieurs choix de couleurs d'ambiance) et le toit panoramique (ouvrant, électrique, avec occultation par vélum) en option amène de la luminosité. En outre, plusieurs liseuses équipent l'habitacle.

L'intérieur est moderne et luxueux.

L'habitabilité est bonne, grâce notamment à la très généreuse largeur de la cabine, mais elle n'est pas impressionnante pour ce type de véhicule. À l'avant, la hauteur de la base des vitres, le plafond plat et la grosse console centrale diminuent l'impression subjective de volume.

La console centrale est un peu encombrante.

Les places avant peuvent cependant héberger des personnes mesurant jusqu'à 1m90, si l'on recule les sièges au maximum. À l'arrière, la grande largeur permet d'installer confortablement 3 adultes mais la garde au toit limite leur taille. Avec le toit panoramique, elle ne doit pas excéder 1m80. Pas mieux qu'une Dacia Lodgy qui mesure 35 cm de moins. L'appréciation étant indexée par la taille, l'Espace n'est donc jugé que moyen pour l'habitabilité arrière.

À l'arrière, le Renault Espace est un peu bas de plafond.

Notons qu'elle est un peu meilleure si la voiture est équipée du toit standard. Au 3e rang, la taille des passagers ne doit pas excéder 1m70.

La modularité du nouvel Espace innove aussi avec le système One-Touch, qui permet de rabattre à la demande et en un seul clic n’importe quel siège, ou tous ensemble, quelle que soit la position de l’appui-tête. Il est donc possible de le replier depuis le poste de conduite via l’écran tactile ou depuis le boîtier de commande situé dans le coffre à bagages, voire directement en actionnant le levier manuel placé sur le côté de chaque siège. Les sièges doivent être remis en place manuellement.

Panneau de commande des sièges arrière situé dans le coffre.

En option, les occupants du 2e rang peuvent disposer d'écrans vidéo intégrés à l'appui-tête des sièges avant.

Écran vidéo intégré à l'appui-tête avant.

Les rangements dans l’habitacle sont assez rares et parfois peu pratiques. C’est le cas par exemple des bacs de portières réduits à leur portion congrue et de la boîte à gants. Cette dernière, qui s’ouvre en coulissant, comme sur le Renault Captur, est spacieuse mais il risque d’être compliqué d’aller attraper quelque chose au fond. Un autre volume de rangement est aménagé dans l’accoudoir central, et les versions à boîte de vitesses automatique bénéficient d’un espace sous la console centrale. Comme aucune possibilité n’est donnée pour poser quelque chose sur la planche de bord, c’est, au final, un peu juste.

Coffre

Le coffre de l'Espace 5 offre un bon volume, qui se situe dans la moyenne de sa catégorie. 500 l de chargement peuvent être logés jusqu'au cache-bagages en configuration 5 places, et 895 jusqu'au toit. Avec la 2e rangée de sièges rabattue, le volume augmente à 920 l sous les fenêtres et 1 690 l jusqu'au toit. Avec les 2 places d'appoint redressées, le volume redescend à 170 l. L'accès au coffre se fait par une vaste ouverture dont le hayon est motorisé (1), avec un seuil situé à 69 cm de la route donc un peu haut, mais qui se prolonge directement par le plancher du coffre, rendant le chargement et le déchargement plus commodes. D'ailleurs, le plancher reste bien plat quand les sièges des 2e et 3e rangs sont escamotés. Remarque : les sièges optionnels du 3e rang s'escamotent dans le plancher mais ne peuvent pas être enlevés.

Le coffre possède un très bon éclairage mais à l'instar de l'habitacle, il dispose de pas ou peu d'aménagements, avec quelques points d'ancrage et une prise 12 V.

Volumineux et pratique, le coffre manque toutefois d'aménagements (disponibles en option).

Utilisation quotidienne

L'utilisation quotidienne est excellente grâce aux 7 places disponibles et aux volumes de chargement. La 2e rangée compte 3 sièges individuels, et en option (pack), le coffre en contient deux autres, mais de taille réduite et dont l'emploi sera de préférence occasionnel. L'autonomie, elle aussi largement suffisante, a été mesurée à 970 km avec le plein de 58 litres (diesel). La charge utile est généreuse (656 kg) et le toit peut transporter 80 kg. Également élevées, les capacités de remorquage sont annoncées à 2 tonnes pour une remorque freinée, et 750 kg sans cela. Enfin, les 80 kg de charge d'appui verticale permettent le transport de 2 vélos de poids élevé (vélos électriques par exemple).

En cas de crevaison, l'Espace 5 dispose d'un kit de gonflage et de réparation complet, et en option, d'une roue de secours.

Poste de conduite

Les commandes principales sont ergonomiques et bien placées, avec un volant réglable en hauteur et en profondeur et le levier de vitesses (boîte auto) à portée de main. Son utilisation est cependant d'utilisation assez peu intuitive et son maniement demande un peu d'habitude. Les pédales sont bien distribuées mais l'accélérateur manquant un peu d'espace, un temps d'adaptation est ici encore nécessaire car le pied droit peut s'accrocher dans le tapis ou encore freiner involontairement.

Les principales commandes sont ergonomiques.

Levier de vitesse d'un maniement peu habituel.

Quasiment toutes les commandes sont éclairées. Le démarrage se fait sans clé grâce à la carte mains libres dont la proximité suffit à permettre de prendre la route. Les rétroviseurs extérieurs sont électriques, dégivrants et rabattables électriquement. Sur notre exemplaire haut de gamme, les sièges avant sont réglables électriquement et massants. Capteurs de pluie et de luminosité sont installés de série, de même que le régulateur-limiteur de vitesse. Avec le pack Technologie (1), ce dernier devient adaptatif et la voiture est équipée d'un affichage tête haute constitué d'un disque rétractable. Ce choix peut paraître surprenant car il existe des systèmes plus sophistiqués (projection des données sur le pare-brise) qui semblent mieux correspondre au standing du Renault Espace.

Écran tête haute rétractable.

Le nouvel écran large, de 8,7 pouces, trône au centre de la planche de bord. C'est le véritable centre névralgique de la voiture qui permet, grâce au système connecté R-Link2, de gérer tous les paramètres. Fonctionnant comme une tablette tactile, il est possible de zoomer, de faire défiler les pages, de « déposer » une nouvelle icône… Il est même personnalisable (six profils différents peuvent être mémorisés) pour afficher, par exemple, sur l’écran d’accueil la navigation et la radio.

L'écran tactile héberge la majorité des fonctions.

Si l’utilisation s’avère assez intuitive pour une personne habituée à ces nouvelles technologies, elle risque toutefois de perturber ceux qui n’ont jamais utilisé de tablette et il faudra alors une certaine dose d’entraînement afin d’en maîtriser toutes les subtilités. R-Link2 propose également une commande vocale pertinente pour gérer le téléphone ainsi que la navigation. Si cette dernière, fournie par TomTom, est facile à programmer, nous avons trouvé que la voix très synthétique utilisée pour les annonces vocales ne correspondait pas au standing de la voiture.

L’autre bénéfice de l’écran tactile est de limiter le nombre de commandes et de boutons divers pour une meilleure sobriété de la planche de bord. Mais cela peut aussi devenir un inconvénient quand un bouton ou une molette est préférable, comme dans le cas du réglage de la climatisation. Les rares touches disponibles sur la console centrale (mode automatique de la clim, dégivrage de la lunette arrière...) sont trop petites et difficiles à reconnaître. On trouve en revanche une bonne ergonomie au niveau du volant dont les commandes sont simples d’utilisation. Celles de la radio qui s'y trouvent offrent cependant trop peu de fonctions et celles du volume sont trop peu sensibles.

Le combiné d’instruments, entièrement numérique, est lui aussi assez épuré, ce qui le rend très lisible. On risque toutefois de confondre la jauge de carburant et la température du moteur qui sont affichés de la même manière de part et d'autre du combiné.

Vue générale du combiné d'instruments.

Confort

Suspensions et châssis

Notre exemplaire en finition Initiale Paris est équipé du châssis adaptatif Multi-Sense. Cet équipement modifie le fonctionnement des amortisseurs et permet de choisir entre plusieurs modes de conduite : Eco, Confort, Neutre, Sport et personnalisé. Très fermes en compression (lorsque la voiture « s’enfonce ») les amortisseurs deviennent très souples à la détente (lorsque la voiture remonte), ce qui peut surprendre. C'est le mode Neutre qui offre le meilleur compromis et un bon niveau de confort.

Le système Multi-Sense agit également sur d’autres paramètres (10 au total) comme la réactivité du moteur, de la boîte de vitesses, la direction, l’éclairage d’ambiance et même la sonorité du moteur (via le système audio de la voiture) ! Le mode personnalisé permet de programmer soi-même tous les critères selon ses préférences.

Sièges

Notre voiture possède de série des sièges avant électriques, massants et chauffants avec fonction mémoire pour le conducteur. Ils sont réglables en hauteur et en inclinaison et possèdent un réglage lombaire. Le massage se fait grâce à des coussins gonflables.

Ces sièges offrent un bon niveau de confort. Leur dossier bien dessiné assure le support latéral, alors que les assises réglables en longueur s'adaptent à toutes les tailles. Elles manquent cependant de maintien dans les virages pris à grande vitesse. Le revêtement en cuir nappa optionnel se montre agréable à l'usage et respire même bien quand il fait chaud, malgré l'absence de ventilation.

Les sièges du 2e rang possèdent de bons rembourrages mais sont moins confortables que les sièges avant. Leur dossier mériterait d'être un peu plus large, les ailes exerçant une pression sur les épaules des personnes d'un certain gabarit, mais leur relief assure malgré tout un bon support latéral. L'assise manque en revanche de longueur et ne maintient pas bien les jambes des personnes de grande taille. Les places au 2e rang sont malgré tout parfaitement adaptées aux longues distances.

Les sièges du 3e rang sont quant à eux trop durs, trop plats et inconfortables. Ils ne conviennent pas aux personnes de grande taille même pour de courtes distances.

Bruit

L’insonorisation du nouvel Espace est très bonne. En finition Initiale Paris, le système audio Bose Surround System installé de série possède la fonction Active Noise Control qui émet des contre-fréquences à la manière d'un casque antibruit et réduit la perception de celui du moteur. Ce dernier est effectivement à peine audible sauf à régime élevé. Les bruits de roulement sont également peu, voire pas du tout audibles, et le châssis reste discret quel que soit l'état de la route. Nous avons mesuré seulement 67,1 dB(A) à 130 km/h.

Chauffage et ventilation

La climatisation automatique bizone est installée de série sur toutes les versions. Une seconde climatisation optionnelle équipe les versions à 7 places (présente sur notre véhicule). La performance en chauffage est moyenne. Rapide à l'avant, la montée en température est lente à l'arrière, surtout au niveau des pieds.

Le filtre à charbon débarrasse l'air des mauvaises odeurs et le système R-Link permet d'afficher une courbe de la qualité de l'air.

Visibilité, éclairage

La visibilité est bonne, notamment grâce à la position du conducteur en hauteur et aux doubles montants de pare-brise qui offrent une bonne vision en diagonale vers l'avant. En revanche, les montants arrière sont plutôt massifs et empiètent sur le champ de vision. Les rétroviseurs intérieur et extérieurs offrent un bon champ de vision. Celui de l'intérieur est de type jour/nuit automatique.

Très efficace, le système d'éclairage adaptatif utilise la technologie LED qui produit une lumière blanche agréable. Il n'est cependant pas directionnel et se trouve démuni d'éclairage d'angle.

Notons que nous avons remarqué la présence de reflets gênants dans le pare-brise, notamment selon le type d'ambiance intérieure choisie (la planche de bord grise, par exemple, se reflète plus que celle de couleur marron foncé).

De série, l'Espace est équipé d'une aide au parking avant, arrière et latérale (capteurs de proximité). Selon la finition, il dispose aussi d'une caméra de recul et du système Easy Park Assist qui stationne la voiture sans intervention du conducteur.

Performances

Les deux moteurs Diesel disponibles sont assez semblables, avec 4 cylindres et 1,6 l de cylindrée. Le dCi 130 possède un turbocompresseur à géométrie variable alors que le dCi 160 est équipé de deux compresseurs : le plus petit pour les bas régimes, et l'autre pour les régimes élevés. Ainsi la courbe du couple est-elle plus régulière.

À l'essai, le dCi 160 se montre plein d'énergie et, combiné avec la boîte automatique à double embrayage, délivre des accélérations vives et continues. Mais malgré les deux turbocompresseurs, le moteur a besoin d'un temps de réaction initial quand on accélère pleinement. Le couple maxi de 380 Nm est atteint à 1 750 tr/min et le dépassement (60 à 100 km/h sur banc) s'effectue en un temps raisonnable (6,8 s).

Très agréable, le moteur ne crée pas de vibration importante. Un bourdonnement se fait sentir vers les 1 500 tr/min mais la boîte automatique évite ce régime, que l'on ne rencontre qu'en mode manuel en pleine accélération.

La boîte de vitesses EDC est globalement satisfaisante et d'un usage doux et agréable. Le passage des rapports est un peu lent, surtout quand on accélère pleinement. Le levier de commande peut surprendre un peu et son maniement demande un peu d'habitude. Les 6 rapports sont assez longs et s'adaptent bien au moteur dCi 160. À 130 km/h, le régime s'établit à 2 250 tr/min.

Il n'y a pas de position parking, mais le frein électrique est automatiquement engagé dès que l'on coupe le moteur.

La voiture est équipée de l'assistance au démarrage en côte et d'un excellent système de Stop & Start.

Tenue de route, freinage

L'Espace est équipé du système 4Control : les 4 roues sont directrices. Les roues arrière interviennent en effet dans la prise de virages, de manière adaptée à la vitesse et au mode de conduite choisi. À faible vitesse, elles s'orientent (3,5° maxi) de manière opposée aux roues avant afin d'améliorer la maniabilité, pour atteindre 12 m de rayon de braquage. À grande vitesse, elles s'orientent dans le même sens, afin d'améliorer la stabilité directionnelle. Bon résultat au test d'évitement d'obstacle où le lourd véhicule très réactif au coup de volant se voit freiné par l'ESP au moment du contre-braquage. Dans les virages rapides, le sous-virage est présent mais la trajectoire reste sous contrôle, avec intervention de l'ESP s'il le faut ; la sécurité n'est jamais mise en cause. La décélération dans les virages n'a quasiment pas d'effet sur la trajectoire.

Réactive aux coups de volant, la direction l'est aussi pour les petites sollicitations, même en position neutre, et le mode Sport rend le train arrière encore plus actif. Mais étant fortement démultipliée, elle manque d'un peu de précision. La trajectoire doit aussi être corrigée fréquemment dans les virages, particulièrement pour de petits angles.

Le freinage est efficace et fiable, et la distance pour stopper la voiture à 100 km/h est courte : 35 m seulement. Très réactif, le freinage est facilement modulable et ne perturbe pas la stabilité directionnelle dans les virages.

Sécurité

Commutation automatique des feux de route/croisement, alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation, freinage d’urgence autonome, alerte de distance de sécurité sont des équipements de sécurité installés de série sur le nouvel Espace (sauf en dCi 130 où ils sont en option).

L’éclairage entièrement opéré par des LED est également de série tout comme les aides au stationnent avant, arrière et latérale. Le système de stationnement automatique proposé en option est également utilisé pour sortir de sa place. Pour assurer une protection optimale des occupants, le véhicule est équipé d’airbags frontaux (adaptatif pour le passager), d’airbag de bassin et de thorax à l’avant, d’airbags rideaux de tête à l’avant et à l’arrière.

Aux crash tests Euro NCAP réalisés en avril 2015, l'Espace 5 a obtenu un excellent score avec 5 étoiles 2015 :
- 82 % pour la protection des occupants adultes ;
- 89 % pour la protection des enfants ;
- 70 % pour la protection des piétons ;
- 80 % pour l'aide à la sécurité.

Environnement

Lors de notre prise en main, l'ordinateur de bord de l'Espace dCi 160 avait affiché une consommation moyenne de 6 l/100 km. Nous retrouvons exactement le même chiffre sur notre banc d'essai. On reste donc assez loin des 4,7 l/100 km annoncés, avec un résultat médiocre pour un véhicule diesel. En ville, la consommation, limitée par le Stop & Start, s'établit à 6,5 l/100 km. Elle s'envole à 7,5 l/100 km sur autoroute, où les émissions d'oxydes d'azote sont élevées (0,9 g/km) : le piège à NOx du convertisseur catalytique permet certes de respecter les exigences de la norme Euro 6, mais celles-ci ne tiennent pas compte des émissions à grande vitesse. Par contre, les autres rejets polluants sont rejetés en faible quantité même sur autoroute.

Notes

(1) De série, en option ou non disponible, selon niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité