Mediator

Le volet médical

Les patients ayant pris du Mediator (benfluorex) doivent rapidement consulter un médecin afin qu’il repère les éventuelles complications. Explications et démarches.

 

Consulter

Si vous avez pris du Mediator (benfluorex), la priorité est de consulter un médecin pour repérer d’éventuelles complications. Heureusement, celles-ci sont rares. Mais comme elles peuvent être graves – une atteinte des valves peut épuiser le muscle cardiaque –, mieux vaut en avoir le cœur net. Une consultation est impérative si vous constatez que vous êtes essoufflé en marchant ou au repos, si le traitement a été initié entre 2006 et 2010 et a duré 3 mois ou plus.

Chez quel médecin se rendre ?

L’Assurance maladie et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recommandent aux personnes qui ont pris du Mediator (benfluorex) de consulter avant tout leur médecin traitant. À charge ensuite pour ce dernier d’adresser son patient, si nécessaire, à un cardiologue pour réaliser une échographie cardiaque.

Reste que, si le médecin traitant est aussi celui qui a prescrit le Mediator (benfluorex), vous pouvez légitimement ne pas avoir confiance dans le suivi qu’il peut assurer, et douter de sa bonne volonté à rechercher les complications qui seraient la conséquence de sa prescription. Se sentir mis en cause pourrait en effet l’amener à relativiser le risque. Dans ce cas, plusieurs solutions.

– Changer de médecin traitant, en utilisant le formulaire de déclaration du médecin traitant de l’Assurance maladie. Cela vous permet de voir un autre médecin avec qui vous vous sentirez plus à l’aise, tout en respectant le parcours de soins. Mais ce praticien sera alors identifié comme votre nouveau médecin traitant, et c’est lui qu’il faudra ensuite consulter en premier pour tout problème de santé. Mieux vaut bien le choisir.

– Rien ne vous empêche de vous rendre chez un autre médecin généraliste, voire directement chez un cardiologue, sans pour autant changer de médecin traitant. En théorie, en procédant ainsi, vous dérogez au parcours de soins, donc vous serez moins bien remboursé. En pratique, l’affaire du Mediator étant considérée comme un cas exceptionnel, l’Assurance maladie devrait faire preuve d’indulgence. Le mieux est de contacter sa caisse d’assurance maladie et de préciser la démarche envisagée, afin de négocier une prise en charge à 100 %.

Quels examens seront réalisés ?

Le médecin procède normalement à une auscultation classique, à la recherche d’un souffle qui pourrait être le signe d’une fuite valvulaire. Il vous interrogera sur la durée du traitement par le Mediator (benfluorex) et sur son ancienneté. En fonction de tous ces paramètres, et dans tous les cas si une anomalie est détectée, une échographie cardiaque peut être demandée. Certains médecins adressent systématiquement leurs patients au cardiologue en vue d’une échographie, d’autres statuent en fonction de l’auscultation. N’hésitez pas à leur demander de justifier leur décision et à faire part de vos inquiétudes.

Quelle surveillance pour les patients atteints ?

Si les examens montrent que tout va bien, il n’y a plus lieu d’être inquiet : l’état de santé ne se dégradera pas. Des petites « fuites » resteront également telles quelles. Si l’atteinte d’une ou plusieurs valves est importante, le cardiologue met en place une stratégie en fonction de la gravité de la situation. Cela peut aller d’une simple surveillance annuelle à l’intervention chirurgicale.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane