Réunir deux, trois ou quatre périphériques en un seul est le pari gagné des imprimantes multifonctions, dont le prix en baisse permanente. Mais avant de vous équiper, posez-vous les bonnes questions pour trouver le modèle qu’il vous faut : combien de pages de texte, de documents avec des graphiques ou de photos voulez-vous imprimer chaque mois ? Avec quel niveau de qualité ? La vitesse d’impression est-elle déterminante ? Serez-vous seul ou plusieurs à l’utiliser ? Possédez-vous déjà un scanner ? La fonction télécopie est-elle réellement indispensable ?

 
SOMMAIRE

 

Test Que Choisir : Comparatif Imprimantes multifonctions

Monofonction, multifonction ou 4 en 1 ?

 

Les avantages des multifonctions sont nombreux. Citons en premier lieu le gain de place permis par la réunion de plusieurs périphériques en un seul appareil. L’encombrement est un peu supérieur à celui d’une imprimante traditionnelle, mais demeure intéressant au regard de la multiplicité des fonctions. D’autant que nombre de câbles d’alimentation et de connectique disparaissent du même coup !

Le deuxième avantage est d’ordre financier, puisque le prix d’une multifonction sera toujours inférieur à celui, cumulé, de tous les appareils qu’elle remplace. Concrètement, si les tarifs s’échelonnent entre 50 et 450 €, pour un usage classique, vous trouverez certainement les fonctions qui vous conviennent entre 80 et 200 €.

Enfin, certaines fonctionnalités, comme la photocopie ou l’impression photo à partir d’une carte, sont accessibles sans devoir allumer le PC.

 

Jet d’encre ou laser ?

 

Autre point fort des jets d’encre auprès du grand public : leur prix de vente ! Les modèles couleurs sont plus abordables (à partir de 40 €) que les imprimantes lasers couleurs (à partir de 100 €). Si vous pouvez faire l’impasse sur la couleur, les imprimantes lasers monochromes sont un peu plus accessibles. Mais ce prix d’achat est à mettre en parallèle avec les coûts d’impression. Les coûts à la page des imprimantes à jets d’encre sont loin des chiffres annoncés par les fabricants, seul un usage intensif permet de s’en rapprocher en limitant l’utilisation d’encre pour le nettoyage des têtes d’impression. Si vous utilisez peu votre imprimante, vous serez régulièrement invité à effectuer un nettoyage complet des têtes d’impression pour éviter qu’elles se bouchent. Ces cycles de nettoyage sont très gourmands en encre. Ainsi, comme nous avons pu le vérifier lors d’un test spécifique, moins vous imprimez, plus ça vous coûte cher.

Les imprimantes lasers sont réputées pour leur productivité : leur vitesse d’impression est élevée, le toner a une plus grande capacité que les cartouches d’encre et le bac à papier dispose d’une plus grande réserve, on perd moins de temps à le recharger. Plutôt orientées vers un usage bureautique, les imprimantes lasers ne sont pas destinées à imprimer des photos – de toute façon, elles n’acceptent pas les papiers très épais comme les papiers photo haut de gamme. Enfin, ces modèles sont plus encombrants, surtout les lasers couleurs, et le bruit de la ventilation est permanent (tant que l’imprimante est allumée), bien que discret. La technologie laser a besoin de chaleur pour fixer le toner sur le papier, d’où une consommation électrique largement supérieure à celle des imprimantes à jets d’encre. Les lasers sont conçues pour une utilisation plus intensive que les jets d’encre, c’est pourquoi les entreprises et les associations sont principalement équipées en imprimantes lasers. Reste à prendre en compte les consommables autres que le papier et l’encre lorsque l’on imprime vraiment beaucoup : tambour, four, tête d’impression…

Basée sur une technologie d’impression très différente des jets d’encre, les imprimantes lasers n’utilisent pas de toner pour effectuer des nettoyages réguliers, et il n’y a pas de risque de se retrouver avec une tête d’impression bouchée empêchant toute impression. En revanche, le prix des toners est assez élevé. En contrepartie, ils permettent d’imprimer beaucoup plus de pages qu’une cartouche d’encre. Les coûts d’impression des imprimantes lasers sont donc généralement plus faibles que ceux des imprimantes à jets d’encre. Les lasers sont ainsi plus rentables à long terme.

Les imprimantes qui utilisent la technologie de la sublimation thermique ou transfert thermique sont principalement des modèles dédiés à l’impression de photos au format 10×15cm. Ces petites imprimantes photo fonctionnent avec des kits de ruban thermique contenant un nombre donné d’impressions (encre et papier inclus). Les coûts à la page sont donc maîtrisés (entre 30 et 50 centimes la photo 10×15), tout en restant plus élevés que les impressions issues des bornes en magasin ou des sites de photos en ligne. Ces imprimantes sont monotâches : en dehors de vos impressions de photos 10×15, il faudra compléter votre équipement avec une imprimante à jets d’encre ou laser pour les documents bureautiques.

 

Résolution, vitesse et coût à la page : la guerre des chiffres

Le premier des critères à examiner pour choisir une multifonction est la qualité d’impression. Si elle ne se mesure pas, elle varie théoriquement selon la résolution, qui s’exprime en points par pouce (ppp ou dpi, pour « dot per inch », en anglais). L’imprimante à jets d’encre de base doit se situer à 4800 × 1200 ppp pour une qualité tout à fait acceptable, mais monter à 5760 × 1440 ppp ne sera pas inutile pour imprimer des photos, ce qui engendrera un petit surcoût. Les imprimantes lasers ont des résolutions plus basses, mais les documents bureautiques ressortent avec les caractères bien nets.

Dans le même esprit, la qualité du scanner doit aussi être prise en compte. Vérifiez la résolution annoncée par le constructeur, en sachant qu’il s’agira probablement d’une résolution « interpolée » et non d’une résolution « optique » (l’interpolation consiste à ajouter des pixels intermédiaires entre les pixels réels, en calculant la moyenne des couleurs des pixels alentours). Avec une résolution de 1200 × 2400 ppp, vous scannerez avec une bonne qualité les photos de 10×15 cm et pourrez les agrandir jusqu’à 1,5 fois sans dégrader le rendu à l’œil. Bien sûr, en ce qui concerne la fonction photocopieuse, l’efficacité dépendra des deux critères précédents.

Malheureusement, la résolution n’est pas le seul paramètre qui entre en compte dans la qualité d’impression : le papier, le logiciel, l’encre sont également en jeu. Par exemple, une résolution élevée ne garantit pas le respect des couleurs, l’absence de défaut dans les dégradés…

La vitesse d’impression peut également être un critère sélectif si vous utilisez votre imprimante de manière intensive. Dans ce cas, il ne faut pas oublier que le nombre de pages par minute est souvent indiqué pour des pages brouillons (de qualité réduite) en noir et blanc : les scores seront beaucoup plus faibles en plus haute qualité et en couleurs. Pour comparer plus facilement les vitesses d’impression d’un modèle à l’autre, une récente norme a été créée, l’ISO/IEC 24734, mais elle n’est pas d’application obligatoire. Fiez-vous donc aux vitesses se référant à cette norme pour avoir des chiffres plus proches de la réalité. Ne soyez pas surpris de voir certains modèles revendiquer des vitesses maximales d’impression de plus de 30 pages par minute alors que la « vitesse ISO » n’est que de 10 pages par minute.

Les coûts à la page se calculent aisément a posteriori en divisant le prix d’achat par le nombre de pages imprimées mais avant d’acheter, vous pouvez vous référer, quand l’information est disponible, au nombre de page pour lequel les cartouches ou toners sont prévus. Cependant, il est rare d’atteindre les quantités annoncées. Tout d’abord, cela dépend du type de document que vous imprimez : plus il y a de textes et d’images, plus vous réduisez le nombre d’impressions possibles avec vos cartouches ou toner. Ensuite, il faut prendre en compte vos habitudes : si vous imprimez de manière occasionnelle avec votre imprimante à jets d’encre, le nettoyage des têtes d’impression gaspillera une part importante de votre réserve d’encre à chaque allumage. Les imprimantes lasers ne procèdent pas à ce type de nettoyage, c’est pourquoi il n’y pas de surcoût en utilisation occasionnelle avec une imprimante laser.

Pour réduire les coûts à la page, il existe plusieurs options : acheter des cartouches XL, privilégier les imprimantes avec cartouches couleurs séparées, baisser la qualité d’impression, modifier la police d’impression (Garamond est plus économe en encre que Times New Roman), n’imprimer que l’essentiel (supprimer les publicités, les images…), réduire le document à imprimer (2 pages réduites sur 1 seule feuille), tester des cartouches compatibles, etc. Et, avec les imprimantes à jets d’encre, il faut imprimer régulièrement pour éviter que les têtes d’impression se bouchent, sous peine de devoir réaliser des nettoyages plus poussés friands en encre.

À noter que, pour afficher un prix de vente réduit, les imprimantes sont parfois vendues avec des cartouches de démarrage qui contiennent moins d’encre ou de toner que les versions standards que vous achèterez par la suite.

 

La connectivité : Wi-Fi, Wi-Fi direct, Bluetooth, NFC…

imprimante wifi

Toutes les imprimantes récentes se connectent à un ordinateur par un câble USB, généralement non fourni. Si vous préférez supprimer ce lien, vous pouvez opter pour une connexion Wi-Fi : grâce à cette liaison sans fil, l’imprimante peut être partagée avec plusieurs utilisateurs. Le Wi-Fi s’est démocratisé et cette fonctionnalité devenue très abordable est disponible sur de nombreuses multifonctions d’entrée de gamme.

À noter qu’il est parfois nécessaire de connecter l’imprimante à l’ordinateur par câble USB lors de l’installation avant de pouvoir utiliser la connexion Wi-Fi.

Le « Wi-Fi direct » permet de connecter facilement des périphériques Wi-Fi tels que smartphone, tablette ou ordinateur directement à l’imprimante sans passer par un routeur ou point d’accès. Il est inutile d’allumer l’ordinateur pour imprimer directement depuis le périphérique.

Certains points d’accès (routeur ou box) disposent d’un bouton de connexion automatique nommé WPS (Wi-Fi Protected Setup) : si vous possédez une imprimante prenant en charge ce protocole, la mise en réseau se fera aisément par un simple appui sur un bouton ou en entrant un mot de passe.

La dernière mode est le NFC (Near Field Contact) : il suffit de rapprocher les deux appareils pour que la connexion s’effectue. C’est très simple mais pour l’instant, les appareils compatibles sont rares.

Quelques imprimantes, notamment les imprimantes mobiles sur batterie, peuvent se connecter par Bluetooth à d’autres périphériques. Le Bluetooth permet un échange sans fil de proximité.

Si vous êtes plusieurs à partager l’imprimante, et que vos périphériques ne sont pas Wi-Fi, il faut peut-être envisager une mise en réseau filaire via Ethernet.

Les imprimantes multifonction 4 en 1 intègrent un fax. Vous pouvez configurer l’appareil pour recevoir les télécopies sans allumer l’ordinateur.

Grâce à diverses applications (avec une imprimante compatible), vous pouvez imprimer directement à distance sans installer de pilote au préalable sur votre smartphone ou tablette. Par exemple, avec Airprint (Apple), vous imprimez sur une imprimante qui est sur le même réseau local (Wi-Fi) ; avec Google Cloud Print de Google, vous pouvez imprimer depuis l’extérieur, l’échange se fait via Internet et le cloud. Des fabricants proposent même d’attribuer une adresse e-mail à votre imprimante pour lui envoyer directement un courrier électronique avec les documents à imprimer.

 

Quels sont les équipements utiles ?

Le recto-verso manuel existe sur toutes les imprimantes mais se pose toujours la question du sens d’introduction des feuilles imprimées au recto. Pour éviter ce moment d’hésitation, l’option du recto-verso automatique, très pratique, permet de réaliser facilement des économies de papier et d’obtenir des documents moins épais.

Avec un grand écran tactile couleurs, vous prévisualisez les documents à imprimer et naviguez aisément dans le menu de l’imprimante.

Si vous scannez ou copiez souvent de nombreuses pages, le chargeur de documents vous facilitera la tâche : plus besoin de manipuler le capot entre chaque page. Certaines imprimantes ont même un chargeur de documents capable de scanner recto-verso automatiquement.

Les photographes apprécieront les imprimantes et les appareils photo compatibles PictBridge, car cette norme permet d’imprimer directement depuis son appareil photo numérique soit en le branchant à l’imprimante soit en le connectant par Wi-Fi (pas besoin de passer par un ordinateur).

Un lecteur de carte mémoire permet d’utiliser l’imprimante sans passer par un ordinateur. Dans ce cas, un écran de prévisualisation est apprécié avant de lancer l’impression.

Numériser vers une clé USB ou le cloud sans passer par un ordinateur peut représenter un gain de temps.

Les imprimantes proposent de nombreuses fonctionnalités accessoires. Entre celles équipées de bacs à papier spécifiques (pour le papier photo 10×15, par exemple), capables de personnaliser des CD/DVD ou d’imprimer jusqu’au format A3… vous trouverez certainement un modèle qui vous conviendra, mais plus l’imprimante est polyvalente, plus son prix grimpe.

 

→ Test Que Choisir : Comparatif Imprimantes multifonctions

 

Gabrielle Théry

Rédactrice technique