Sourire amer

Publié le : 23/05/2013 

Madame C., du Loir-et-Cher, accouche dans une maternité du département. Un photographe vient prendre des photos du nouveau-né et les présente peu après au domicile de la maman. Séduite, elle passe commande de plusieurs clichés pour un total de 505 € avec paiement étalé effectué par prélèvements. Après plusieurs mois et alors qu’elle n’a reçu aucune photo, une lettre l’informe qu’il faut désormais payer par chèque, car il y a soi-disant trop de problèmes avec les prélèvements. Elle téléphone plusieurs fois à la société mais le numéro ne répond pas. La cliente suspend alors ses paiements et consulte l’UFC-Que Choisir du Loir-et-Cher. Après recherches, l’association locale constate que la société a changé trois fois d’activité et d’adresse. Après des photos, elle a commercialisé des savons, puis… du conseil en finances ! Elle contacte les gérants pour avoir quelques explications, mais la discussion devient houleuse. Par lettre recommandée, l’UFC-Que Choisir 41 demande que les photos soient livrées ou que la cliente soit remboursée. Peu après, un chèque de 303 € correspondant aux sommes déjà prélevées est adressé à l’attention de madame C.