Crise humanitaire en Ukraine L’UFC-Que Choisir demande la baisse rapide des tarifs des frais de transfert d’argent

Crise humanitaire en Ukraine

L’UFC-Que Choisir demande la baisse rapide des tarifs des frais de transfert d’argent

Publié le : 09/03/2022 

Alors que la Banque mondiale s’attend à une forte augmentation des transferts d’argent vers l’Ukraine, l’UFC-Que Choisir interpelle les établissements financiers et les pouvoirs publics sur la « cherté immorale » (1) de ces envois. Saluant la décision de quelques banques européennes de renoncer à percevoir ces frais, dont le coût total dépasse le montant de l’aide humanitaire européenne allouée à l’Ukraine, l’association appelle à une baisse rapide des tarifs.

 

900 millions d’euros de frais de transferts d’argent vers l’Ukraine en 2020

Depuis la crise en Ukraine, les consommateurs sont nombreux à venir en aide à ses ressortissants par des dons. C’est plus particulièrement le cas de ceux qui réalisent des transferts d’argent à leurs proches qui n’ont pas encore pu fuir la guerre ou qui souhaitent rester dans leur pays.

Alors qu’on attendrait que ces sommes profitent pleinement à ceux qui en ont le plus besoin, cet impératif ne sera pas respecté. Sur la seule année 2020, les frais de transfert d’argent vers l’Ukraine ont atteint plus de 900 millions d’euros (2), soit près de deux fois le montant de l’aide humanitaire annoncée par la Commission Européenne (3). En effet, pour un envoi de 180 euros de l’UE vers l’Ukraine (4), les banques et les sociétés de transfert d’argent prélèvent près de 11 euros, en moyenne.

En France, jusqu’à 24 % de frais pour un envoi vers l’Ukraine

L’UFC-Que Choisir estime que les transferts d’argent de France vers l’Ukraine ont rapporté environ 5 millions d’euros (5) aux établissements financiers dans l’Hexagone en 2020, avec des écarts de prix significatifs.

Parmi les différentes offres du marché, les frais de transferts bancaires sont de loin les plus chers. A 30 euros en moyenne (6), la disparité des tarifs, qui atteignent jusqu’au quart du montant envoyé au Crédit Agricole Pyrénées Gascogne (24 %), ne peut qu’interroger sur le niveau des marges pratiquées. Pire, par ce canal, des frais peuvent même être facturés au bénéficiaire même si près d’une banque sur deux permet à l’émetteur de les prendre à sa charge contre un supplément de 20 euros en moyenne.

Si les envois par le biais des sociétés de transfert d’argent restent beaucoup plus compétitifs puisqu’ils atteignent 5 euros en moyenne, la vigilance s’impose toutefois concernant les frais de change cachés, comme le montre le tableau suivant.

Frais de transfert

Parmi notre panel, seule Wise affiche clairement percevoir des frais. Or, sous couvert de proposer la gratuité de l’envoi, les autres sociétés de transfert ponctionnent des frais de change qui peuvent être très élevés. En conséquence, parmi ces dernières les tarifs varient du simple (2,60 euros chez PaySend) au triple (7,40 euros chez MoneyGram).

Seules quelques banques européennes ont annoncé un moratoire sur les frais de transfert

S’il est difficile d’attendre des consommateurs qu’ils soient pleinement en mesure de faire jouer la concurrence durant de pareils évènements, la question du maintien de ces tarifs prohibitifs doit être posée à l’échelle française et européenne alors que les transferts d’argent de l’UE vers l’Ukraine devraient atteindre au moins 12 milliards d’euros en 2022 (7).

En effet, sur la base d’une étude de la Banque mondiale, une baisse de 2 points de pourcentage des frais de transfert pourrait permettre aux Ukrainiens de bénéficier d’un complément d’aide de 350 millions d’euros cette année (8). A cet égard, s’il faut saluer l’initiative de quelques banques européennes (9) notamment la Banque postale depuis le 8 mars (10), qui ont annoncé un moratoire, on ne peut que regretter que cette démarche ne fassent pas encore des émules, notamment au sein des autres banques françaises.

En conséquence, l’UFC-Que Choisir demande que la présidence française du Conseil de l’Union Européenne se saisisse de l’enjeu des frais de transferts d’argent vers l’Ukraine pour qu’elle obtienne des établissements financiers a minima une baisse rapide des tarifs.

Parallèlement alors qu’elle a épinglé précédemment le secteur, l’association rappelle qu’elle met à la disposition de tous une liste de conseils pratiques pour aider les consommateurs à y voir plus clair sur ce marché nébuleux.

Mise à jour du 11/04/2022

Premières victoires dans notre combat contre l’immorale cherté des frais de transfert d’argent vers l’Ukraine !

En effet, concomitamment à notre alerte sur le fait que les établissements financiers ponctionnaient chèrement les transferts d’argent vers ce pays en guerre (jusqu’à 24% du montant envoyé), en complet décalage avec l’élan de solidarité attendu, Paypal a annoncé que ces opérations sont désormais gratuites jusqu’à fin juin. Ces initiatives viennent s’ajouter à celles d’autres banques européennes ayant mis en place un tel moratoire sur les frais. Si ces actions répondent à l’appel des consommateurs, les pouvoirs publics, à commencer par la présidence française de l’Union européenne, seraient bien inspirés de mettre la pression pour que cela soit généralisé.

Télécharger la version anglaise

Notes

(1) Citation de Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations-Unis à l’occasion de la remise du rapport annuel

de la Fondation pour le développement de l’Afrique en 2014. Traduction de l’anglais « unethically expensive ».

(2) Russia-Ukraine Conflict : Implications for Remittance flow to Ukraine and Central Asia, Policy Brief 17, 4 mars 2022, KNOMAD.

(3) 500 millions d’euros. Discours de la Présidente von der Leyen à la plénière du Parlement européen sur l’agression de l’Ukraine par la Russie, 1er mars 2022, Commission Européenne.

(4) Russia-Ukraine Conflict : Implications for Remittance flow to Ukraine and Central Asia, Policy Brief 17, 4 mars 2022, KNOMAD. Le montant de 180 euros d’un transfert est l’équivalent aux 200 euros utilisés par la Banque Mondiale pour calculer les tarifs. Le tarif moyen est calculé par l’UFC-Que Choisir à partir des tarifs relevés par le KNOMAD pondérés par les poids des principaux États européens dans les transferts d’argent vers l’Ukraine.

(5) Estimation à partir des volumes envoyés de France vers l’Ukraine selon le canal d’envoi (banque ou société de transfert d’argent) rapportés par la Banque centrale d’Ukraine en 2020.

(6) Relevé des tarifs à partir des brochures de 16 des 21 établissements bancaires représentatifs du secteur bancaire d’après l’Observatoire des tarifs bancaires du CCSF. 5 établissements ne sont pas retenus dans cette moyenne dans la mesure où ils ne précisent pas le montant de leur frais de change.

(7) Russia-Ukraine Conflict : Implications for Remittance flow to Ukraine and Central Asia, Policy Brief 17, 4 mars 2022, KNOMAD. La Banque mondiale prévoit une augmentation des transferts d’argent vers l’Ukraine de 8 % en 2022. Les deux-tiers des envois étaient réalisés à partir d’un pays membre de l’UE en 2021. Cette proportion devrait toutefois fortement croître.

(8) Ibid. Plus précisément, une baisse de 2 points de pourcentage des tarifs permettrait aux émetteurs des transferts d’économiser 350 millions d’euros selon la Banque mondiale. Cette économie pourrait alors abonder les sommes qu’ils adressent à leurs proches.

(9) Revolut, Bank of Ireland, AIB, Caixa Geral de Depósitos, Santander Totta.

(10) Les transferts initiés à La Banque Postale dans le cadre de son partenariat avec Western Union sont gratuits depuis le 7 mars.