Calculateur nutritionnel

Connaître la qualité des aliments

Publié le : 05/12/2015 

Notre calculateur permet à chacun, grâce à un code couleur simple, d’évaluer la qualité nutritionnelle des produits alimentaires à partir des données chiffrées présentes sur leur emballage. 

 

Avoir enfin, en un clin d’œil, un aperçu clair de la qualité nutritionnelle d’un produit, c’est l’objectif de l’étiquetage nutritionnel simplifié. Loin des tableaux abscons, le code couleur permet aux non-spécialistes de se faire une idée rapidement et de comparer aisément entre deux références a priori similaires. Notre calculateur permet d’évaluer facilement la qualité nutritionnelle des produits que vous achetez en reportant les chiffres présents sur l’emballage de la quasi-totalité d’entre eux (et de la totalité, à partir de fin 2016, en application de la réglementation européenne).

Ce calculateur est basé sur le système proposé par le président du Programme national nutrition santé (PNNS), Serge Hercberg, complété suite à différentes observations des autorités de santé. Il repose sur un système de code à cinq couleurs, allant du vert pour les aliments les plus recommandables au rouge pour ceux à consommer avec modération, en passant par le jaune, l’orange et le fuchsia. De savants calculs portant sur les différents nutriments présents dans le produit permettent d’aboutir à une des cinq couleurs. Ce système proposé fin 2013 au ministère de la Santé est le seul validé par les autorités sanitaires à ce jour. Ainsi, en juin dernier, le Haut Conseil de la santé publique rendait un avis précisant :  « après avoir passé en revue la faisabilité des différents scores et systèmes proposés au niveau national et international, et après l’avoir testé sur les bases de données sur la composition nutritionnelle des aliments du marché français, le HCSP considère que seul [ce] système répond aux critères de pertinence et de faisabilité. »

Les grandes surfaces font de la résistance

De son côté, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), qui regroupe la plupart des grandes enseignes d’hypermarchés (Auchan, Carrefour, Casino, Monoprix, Système U) se prononce contre ce système, notamment parce que la couleur rouge ne lui plaît guère… Elle propose donc un modèle alternatif : les calculs permettant de classer les produits ne sont pas les mêmes, les couleurs choisies non plus et des conseils de fréquence allant de « très souvent » à « occasionnellement » figurent sur les pictogrammes. Mais jusqu’ici, la FCD refusait de publier son mode de calcul. Elle a finalement promis de le faire fin octobre et le directeur de la Direction générale de la santé, Benoît Vallet, a annoncé dans la foulée son intention de saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour avis.

Un rebondissement qui risque de compromettre la mise en œuvre de l’étiquetage nutritionnel simplifié prévu par la loi de Santé publique actuellement en discussion. Rappelons que le gouvernement ne pourra pas imposer aux industriels d’apposer un code couleur sur leurs produits. Une telle obligation serait contraire à la réglementation européenne. Mais la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé son intention de se prononcer pour un système qui deviendrait l’unique référence en matière d’étiquetage nutritionnel simplifié. 

Fabienne Maleysson

fmaleysson@quechoisir.org