Casques vélo Port du Kask déconseillé !

Casques vélo

Port du Kask déconseillé !

Publié le : 18/07/2022 

Bien qu’il ne soit pas obligatoire, les cyclistes ont pris le réflexe de porter un casque pour renforcer leur sécurité à vélo. Sans doute séduits par sa visière et son look résolument urbain, des milliers d’entre eux ont choisi le Kask Urban Lifestyle à 150 €. Pourtant, nos tests en laboratoire révèlent que ce casque protège beaucoup moins bien que d’autres modèles vendus moins cher.

 

Difficile de le rater quand on prête attention au casque vélo des cyclistes urbains. Avec une croissance de 1 100 % entre 2015 et 2021, le Kask Urban Lifestyle s’est hissé parmi les casques de vélo les plus populaires en France et ailleurs en Europe. Il faut dire que son design réussi, avec ses formes rondes, ses couleurs vives, sa jugulaire en cuir et sa visière offrant une protection UV, rend les modèles de la concurrence un peu ringards. Une chose est sûre, son succès n’est pas dû à son prix : même à 149 € (il coûtait 199 € lors de son lancement), le Kask Urban Lifestyle reste l’un des modèles les plus chers du marché. En 2021, les 2,7 millions de casques vendus en France affichent un prix moyen de 38 € (source Union Sport & Cycle, avril 2022). Un bon point quand même pour ce Kask : il est fabriqué en Italie, à Bergame (Lombardie).

Image
Le modèle Lifestyle de Kask est proposé en de nombreux coloris.

Un beau casque vendu au prix fort… C’est logiquement avec le sentiment d’être bien protégés tout en préservant leur look que les cyclistes convaincus s’élancent sur les routes. Hélas, ils se trompent. Lors de notre dernier test de casques de vélo pour adultes, nous avons mis 12 nouveaux modèles à l’épreuve (portant à 33 le nombre total de casques évalués). Et le Kask Urban Lifestyle est arrivé… bon dernier des nouveautés. En cas d’accident, le cycliste a presque 1 chance sur 2 d’être sévèrement blessé. Le risque de blessure grave atteint en effet 47 %, nettement supérieur à tous les autres. Plusieurs casques vendus moins cher (40, 60 ou 105 €) présentent un niveau de risque inférieur. Et ce risque tombe à 18 % avec le meilleur du test, vendu 100 €.

Il faut préciser que nos tests ne suivent pas la norme applicable, car elle n’est pas représentative des accidents tels qu’ils se produisent dans la vie réelle. En collaboration avec le ­laboratoire ICube de ­l’université de Strasbourg, dirigé par le Pr Rémy Willinger, les casques ont été évalués selon une méthode qui prend aussi en compte des chutes sur surface penchée, et pas seulement sur surface plane. Ce type de choc, qui provoque une rotation de la tête et occasionne des lésions neurologiques spécifiques, s’avère plus conforme à ce qui se passe lors d’une collision.

Image
Mise en place du casque vélo lors de nos essais avec une fausse tête du poids de celle d’un adulte.

Le mauvais résultat de ce Kask cache toutefois une nouvelle plutôt rassurante : si, lors des chocs à 20 km/h tels que nous les simulons, les commotions cérébrales sont parfois inévitables avec certains casques, tous réduisent considérablement les risques de fracture du crâne. Attention, l’efficacité d’un casque ne doit pas non plus être surestimée : quand on est renversé par une voiture, aucun n’est assez solide pour absorber l’énergie de l’impact avec un véhicule de plus de 1 tonne, même à 50 km/h.

Le Kask Lifestyle en résumé

  • Risque important de commotion de 47 %
  • Pas de risque de fracture du crâne
  • Très prisé en raison de sa ligne travaillée
  • Note QC : 10,6/20 -
  • Prix : 150 €

Camille Gruhier