Coronavirus La téléconsultation facilitée

Coronavirus

La téléconsultation facilitée

Publié le : 10/03/2020 

À partir d’aujourd’hui, en raison de l’épidémie de Covid-19, les téléconsultations sont remboursées, même celles réalisées en dehors du parcours de soins.

 

Mise à jour du 6 avril 2020

Le gouvernement a fait évoluer les règles de la téléconsultation : le remboursement n'est plus conditionné à la suspicion de Covid-19, les personnes atteintes de maladies chroniques notamment verront leurs téléconsultations prises en charge. Les téléconsultations par téléphone sont également autorisées et couvertes par l'assurance maladie, pour celles et ceux qui ne disposent pas de liaison vidéo.

Jusqu’ici, pour être remboursé d’une téléconsultation, il fallait consulter son médecin traitant, ou un médecin vu dans les douze mois. Bref, respecter le parcours de soins. L’actuelle épidémie de Covid-19, provoquée par le coronavirus venu de Chine, vient d’obliger les autorités sanitaires à bousculer les règles. Dès aujourd’hui, après signature d’un décret en ce sens hier, les contraintes sont levées pour la prise en charge d’une téléconsultation, à condition de consulter pour une suspicion de Covid-19, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. On pourra désormais se connecter à n’importe quelle plateforme de téléconsultation, se créer un compte, et solliciter un rendez-vous avec n’importe quel médecin disponible : le coût de 25 € sera couvert par l’assurance maladie. L’usage d’autres moyens de communication est également facilité : il est possible de recourir à des outils quotidiens comme FaceTime ou Skype.

L’objectif, logique, est d’éviter que des personnes malades et potentiellement porteuses du coronavirus n’aillent s’entasser dans les salles d’attente des cabinets médicaux et contaminer d’autres patients.

Les plateformes de téléconsultation, béquille du gouvernement

Les plateformes de téléconsultation ont flairé la bonne occasion, et proposent pour la plupart aux médecins de s’abonner gratuitement à leurs services. Dans le contexte pandémique, le geste est tout à leur honneur, bien que l’opportunité de fidéliser une clientèle future soit évidente.

De son côté, le syndicat de médecins MG-France a mis en garde contre les dérives de la téléconsultation à tout-va. Il rappelle d’abord une évidence : la téléconsultation ne créera pas de temps médical supplémentaire. Mais surtout, la téléconsultation ne permettra pas d’apprécier la gravité de l’infection. Pour un coup de fièvre chez une personne jeune en bonne santé, l’outil peut être utile. Mais pour une personne âgée inconnue du téléconsultant, dont il ne maîtrise pas les antécédents et les traitements en cours, la téléconsultation « augmente le risque dans la prise de décision », souligne MG-France. Les retours des médecins montrent que la téléconsultation est surtout utilisée pour éviter que des personnes fragiles atteintes de maladies chroniques ne se déplacent au cabinet, et ne prennent le risque inutile d’être contaminées.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)