Couverture 4G

SFR épinglé

Publié le : 10/07/2014 

Alors qu’il connaît un retard dans le déploiement de la 4G par rapport aux opérateurs Bouygues Télécom et Orange, SFR vient d’être mis en cause par l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep), qui l’accuse de survendre sa couverture sur son site Internet.

 

SFR aurait-il enjolivé sa communication autour de la 4G ? Aurait-il fait à ses clients détenteurs de smartphones des promesses qu’il n’était pas capable de tenir ? C’est en tout cas ce que croit savoir le journal économique « Les Échos » qui, dans son édition de mercredi, révèle que l’opérateur s’est fait remonter les bretelles par l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep). D’après nos confrères, l’Arcep aurait demandé à l’opérateur mobile de modifier sa communication autour de la 4G au motif que celle-ci induirait le public en erreur. Des tests réalisés sur le terrain auraient en effet montré un écart « important » entre ce qu’affiche l’opérateur et la réalité sur le terrain, même si, précisent « Les Échos », « ce problème de communication ne préjuge en rien de la qualité du réseau 4G de SFR, encore en construction ».

S’il refuse pour l’heure de communiquer sur le sujet, SFR a tout de même modifié, ce week-end, la présentation de sa couverture 4G sur son site Internet. Quant à l’Arcep, elle doit dévoiler ce soir les cartes de couverture 4G des quatre opérateurs mobiles.

Une fois n’est pas coutume, l’Arcep ne s’est pas contentée de vérifier que les opérateurs respectaient bien leurs obligations en matière de couverture – à savoir, pour la 4G, couvrir 25 % de la population en octobre 2015 puis 40 % en janvier 2017. Vu la rapidité des déploiements et la guerre acharnée que se livrent les opérateurs, l’Autorité a décidé de procéder à des tests complémentaires, comme le lui demandait d’ailleurs l’UFC-Que Choisir en novembre dernier après avoir constaté que la couverture sur Paris annoncée par certains opérateurs était loin de la réalité. Deux plaintes avaient par ailleurs été déposées à l’époque contre Orange et SFR.