Crash tests de voitures sans permis

La sécurité mise en défaut

Publié le : 04/06/2014 

Les quadricycles lourds, également appelés « voitures sans permis », sont petits, consomment peu, ne nécessitent qu'un permis de conduire allégé et ne coûtent pas cher, d'où leur succès grandissant. Mais contrairement aux « vraies voitures », ils ne sont soumis à aucune exigence en termes de sécurité. Les crash tests Euro NCAP réalisés sur les Renault Twizy, Club Car Villager, Ligier Ixo JS et Tazzari Zero en montrent les conséquences néfastes en cas d'accident.

 

quadricycles

Le budget limité nécessaire à l'acquisition d'une « voiture sans permis » de type quadricycle lourd et à l'obtention du permis de conduire B1 (obligatoire depuis janvier 2013 pour les conduire), combiné à la possibilité d'utiliser ces véhicules dès l'âge de 16 ans, expliquent le succès croissant de ces petits véhicules. Principalement destinés à une utilisation urbaine, les quadricycles lourds sont utiles dans les zones mal desservies par les transports en commun. Cependant, avec une vitesse qui peut atteindre 100 km/h, il n'est pas rare d'en croiser en dehors des villes. Mais qu'en est-il de la sécurité à bord ? L'Euro NCAP, à laquelle est associée l'UFC-Que Choisir, a mené une série d'essais sur 4 de ces « voitures sans permis », les Renault Twizy, Club Car Villager, Ligier Ixo JS et Tazzari Zero. Le résultat est alarmant : aucune d'entre elles n'atteint la moitié du score maximal. La sécurité à bord semble avoir été complètement négligée, ou presque, par les fabricants. La faute probablement à l'absence d'obligation législative.

Au regard de ces résultats et de l'utilisation toujours croissante de ce type de véhicule, notamment par les jeunes, l'homologation des quadricycles lourds doit être revue et soumise à des exigences sévères en termes de sécurité.

Protocole de test

logo
Contrairement aux quadricycles légers, d’une puissance de 4 kW max (5,6 ch) et d’une vitesse de 45 km/h max ne nécessitant qu’un permis AM (7h de formation), les quadricycles lourds peuvent atteindre un poids de 400 kg et une puissance de 15 kW (20 ch). Leur vitesse n'est pas limitée et leur conduite nécessite la détention du permis B1, un permis de conduire « allégé ». Les quadricycles lourds ont ainsi des caractéristiques relativement proches de celles des plus petits véhicules classiques. C'est la raison pour laquelle nous avons testé uniquement les quadricycles « lourds ». Cependant, leur conception ne permet pas d'utiliser le protocole de test Euro NCAP classique pour évaluer leur niveau de protection, et leur utilisation principalement urbaine et périurbaine nous a conduits à adapter la vitesse de collision frontale afin de la rendre plus représentative de la réalité. Elle passe de 64 km/h (pour les véhicules classiques) à 50 km/h pour les quadricycles. La vitesse du choc latéral reste en revanche à 50 km/h. La protection des piétons et des enfants n'est pas évaluée, ni celle contre le coup du lapin. Les résultats des crash tests sont présentés sous forme de mannequins en couleur, comme pour les véhicules classiques, mais ils ne peuvent pas être comparés à ces derniers.

 

Renault Twizy 80

crash test renault

Caractéristiques :

  • 2 places

  • Moteur électrique

  • Poids en ordre de marche (1) : 474 kg

  • Vitesse maximale : 80 km/h

Équipement de sécurité :

  • Airbag conducteur

  • Ceinture de sécurité conducteur à 4 points

  • Ceinture de sécurité passager à 3 points

Résultats :

  • Choc frontal : 6/16

  • Choc latéral : 7/16

Commentaires

La structure du Twizy résiste bien aux deux chocs (frontal et latéral). Le recul de la colonne de direction reste sous contrôle et il est vraisemblable que le véhicule aurait pu résister à un choc frontal plus violent. L'airbag du conducteur et sa ceinture de sécurité à 4 points d'ancrage ont bien rempli leur fonction, retenant correctement le conducteur en choc frontal et le protégeant relativement de la colonne de direction, mais la structure très rigide du véhicule n'a pas encaissé grand-chose de l'énergie cinétique au moment de l'impact. De ce fait, nous enregistrons des forces très élevées au niveau de la nuque du mannequin. La région au niveau de ses jambes contient de nombreuses structures agressives contre lesquelles le mannequin s'est heurté.

En choc latéral, la tête du mannequin est sortie du véhicule, l'exposant à toutes sortes de chocs avec un objet extérieur. Le thorax est dangereusement exposé de par l'absence d'airbag latéral.

 

Club Car Villager 2+2 LSV

crash test club car

Caractéristiques :

  • 4 places

  • Moteur électrique

  • Poids en ordre de marche (1) : 541 kg

  • Vitesse maximale : 40 km/h

Équipement de sécurité :

  • Ceintures de sécurité avant à 3 points

  • Ceintures de sécurité arrière (places dos à la route) ventrales à 2 points

Résultats :

  • Choc frontal : 2/16

  • Choc latéral : 9/16

Commentaires

Destiné à l'origine pour les trajets sur parcours de golf ou pour balade champêtre, le Club Car Villager n'en n'est pas moins homologué pour circuler sur la route. Sa vitesse maximale n'est cependant que de 40 km/h. Pour ce crash test, une collision à 50 km/h contre une barrière déformable simule le choc avec un autre véhicule.

En choc frontal, la structure du Villager se disloque. La colonne de direction recule de presque 1 m, enfonçant littéralement la tête et le thorax du conducteur, qui ne bénéficie de la protection d'aucun airbag. La ceinture de sécurité n'a servi à rien puisque le thorax a encaissé toute l'énergie. Elle n'est pas endommagée, tout comme le montant auquel elle est arrimée. Le basculement du siège avant combiné avec le recul important du tableau de bord aboutissent à un choc violent des tibias, provoquant un mouvement de grande amplitude des genoux vers le haut. La protection de cette zone du corps est jugée inexistante. En choc latéral, il n'y a rien pour protéger le conducteur. Sous l'impact, son siège se détache et accompagne le déplacement de la barrière déformable, avec la partie inférieure du conducteur assise dessus. La tête quant à elle sort du véhicule, s'exposant à un choc potentiel avec un objet quelconque projeté lors de l'impact.

 

Ligier Ixo JS Line

crash test ligier

Caractéristiques :

  • 4 places

  • Moteur thermique de 505 cm3

  • Poids en ordre de marche (1) : 465 kg

  • Vitesse maximale : 70 km/h

Équipement de sécurité :

  • Ceintures de sécurité  à 3 points (avant et arrière)

Résultats :

  • Choc frontal : 2/16

  • Choc latéral : 7,9/16

Commentaires

La structure du véhicule est sévèrement déformée lors du choc frontal, le montant de pare-brise s'étant presque brisé à sa base. Le plancher en fibre de verre qui s'est fendu montre que la limite de résistance est atteinte. Sous le choc, la ceinture de sécurité du conducteur s'est détachée du montant central, laissant la tête et le thorax du mannequin sans moyen de retenue. La tête est allée heurter violemment le volant qui a quant à lui reculé de manière excessive. Le thorax subit une compression importante qui indique un risque très élevé de blessure fatale. Notons aussi que la portion ventrale de la ceinture de sécurité est placée très haut et qu'elle s'enfonce dans l'abdomen du mannequin. Ce phénomène appelé sous-marinage peut être la cause de graves lésions au niveau des organes internes. En choc latéral, la porte du conducteur s'est détachée ; son siège s'est désolidarisé du plancher et a été poussé vers le milieu du véhicule.

 

Tazzari Zero

crash test tazzari

Caractéristiques :

  • 2 places

  • Moteur électrique

  • Poids en ordre de marche (1) : 542 kg

  • Vitesse maximale : 100 km/h

Équipement de sécurité :

  • Ceintures de sécurité à 3 points

Résultats :

  • Choc frontal : 4/16

  • Choc latéral : 8/16

Commentaires

La structure du Tazzari se comporte globalement bien lors des essais. Après le choc frontal, il s'avère qu'elle est toutefois très proche de sa limite de résistance et qu'un choc un peu plus violent aurait provoqué des dégâts beaucoup plus graves.

La batterie du Tazzari se compose de deux parties placées à l'avant et à l'arrière. Lors du choc frontal, la partie avant a été enfoncée dans le plancher. Même si la protection des tibias et des pieds n'est pas évaluée dans ces essais, il ne fait aucun doute que ce phénomène est extrêmement dangereux pour cette zone du corps.

Le véhicule est équipé de 2 ceintures de sécurité à 3 points d'ancrage. Celui du haut, solidaire du montant central, a cédé sous la violence du choc, libérant le thorax du conducteur. Sa tête est venue heurter le volant de manière violente, les mesures indiquant une forte probabilité de blessure mortelle. Lors du choc latéral, la portière du conducteur s'est ouverte, augmentant le risque d'éjection de ce dernier.

 

(1) Poids du véhicule avec le plein de carburant, plus le poids du conducteur.

Lars Ly

Rédacteur technique