Déchets ménagers Beaucoup trop de produits valorisables dans nos poubelles

Déchets ménagers

Beaucoup trop de produits valorisables dans nos poubelles

Publié le : 31/03/2021 
Après celles de 1993 et 2007, l’Agence de la transition écologique (Ademe) publie sa nouvelle étude sur les quantités de déchets ménagers produites. Elle porte sur l’année 2017. Le potentiel de réduction de nos poubelles demeure énorme.
 

Parmi les évolutions marquantes en 10 ans, il faut souligner la quantité d’ordures ménagères dites résiduelles, celles qui vont en incinération ou en décharge. Elle chute de 20 % par rapport à 2007. À l’inverse, les déchets qui partent en déchetterie augmentent du même pourcentage. Il s’agit donc plutôt d’un jeu de vases communicants que d’une vraie diminution des déchets ménagers. D’ailleurs, la production de ces derniers n’a baissé que de 2 % sur la période.

Si la part du papier, du verre et des déchets compostables est en recul dans les ordures ménagères résiduelles, celle des textiles sanitaires et des plastiques augmente. Mais au final, sur les 254 kg par habitant et par an qui finissent stockés dans une décharge ou brûlés dans un incinérateur, près de 80 %, autrement dit 200 kg/habitant/an, pourraient aller vers la valorisation matière, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). 100 kg sont en effet des déchets qui peuvent être compostés ou collectés comme biodéchets, les 100 autres relèvent d’une filière de collecte sélective existante. Il y a donc des marges de manœuvre impressionnantes pour réduire ses déchets ménagers si l’on veut bien s’en donner la peine.

D’autant que certains déchets pourraient même ne pas être produits. Le gaspillage alimentaire représente par exemple 30 kg/hab/an. Il est également possible de recourir à l’eau du robinet plutôt qu’à l’eau en bouteilles pour limiter les déchets plastiques. Le développement de la consigne pour le réemploi des bouteilles en verre, de la vente en vrac, de Stop pub, et les couches lavables figurent parmi les autres pistes envisagées.

Quant aux apports en déchetteries, ils augmentent fortement, avec 223 kg/hab/an. Et concernent tout ce qui va dans les bennes tout-venant, dont 68 % correspond là encore à une filière sélective existante ou à une valorisation matière possible.

Nos déchets en chiffres (en kg par habitant et par an)

  • 254 kg d’ordures ménagères résiduelles
  • 223 kg de déchets déposés en déchetterie
  • 80 kg de collecte sélective, dont :
    • 35 kg de papiers et cartons
    • 30 kg de verre
    • 7,5 kg de plastiques
    • 2,5 kg de métaux
    • 5 kg d’autres matériaux

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)