Ford Kuga

Les nouveaux moteurs du Kuga

Publié le : 16/04/2015 

Après des changements radicaux en 2013 (nouveau châssis, nouvel intérieur, nouvelle mise au point pour les trains roulants, nouveaux systèmes d’aide à la conduite et moteurs plus économiques), le Ford Kuga reçoit désormais une gamme de moteurs complètement modifiés et conformes à la norme antipollution Euro 6. Quelques équipements font aussi leur apparition sur le SUV de Ford mais rien ne change côté esthétique. Ni en matière d’ergonomie, malheureusement.

 

Ford Kuga

En 2014, le moteur Diesel 2,0 litres TDCi a équipé plus de 80 % des Kuga vendus sur les principaux marchés européens. C’est donc logiquement que ce type de bloc se trouve mieux représenté dans le catalogue du constructeur : trois variantes contre seulement deux en essence. Dans le détail, le 2.0 TDCi de 115 ch passe à 120 ch (avec réduction des émissions de CO2 à 122 g/km au lieu de 139) ; celui de 140 ch voit sa puissance grimper à 150 ch (122 g de CO2/km au lieu de 139 en deux roues motrices et 135 au lieu de 149 en 4x4) et la version la plus puissante atteint 180 ch (contre 163 ch antérieurement). À noter que ce moteur, issu d’une collaboration entre Ford et PSA Peugeot Citroën, peut d’ailleurs se retrouver sous le capot de certains véhicules de marques françaises, et notamment sur la nouvelle Peugeot 508.

Ford propose également un nouveau bloc essence 1,5 litre EcoBoost décliné en une version de 150 ch qui affiche des émissions de CO2 de 143 g/km (soit - 7 % par rapport au précédent moteur 1,6 litre EcoBoost qui était à 154 g/km) et une autre, qui devrait être marginale sur le marché français, de 182 ch (à 171 g de CO2/km). Les baisses de consommation et d’émissions de CO2 de tous ces moteurs sont, partiellement, dues à la généralisation du système Stop & Start.

 

Qualité de vie à bord

intérieur du Kuga
À l'intérieur du Kuga, rien ne change, pas même l'ergonomie qui reste perfectible.

Ford profite de ce changement de moteur pour adopter, en option, de nouveaux équipements. On trouve ainsi au catalogue le système Ford Synk avec AppLink, qui permet au conducteur d’activer les applications de son smartphone grâce à des commandes vocales. Un dispositif que nous avions déjà pris en main sur la nouvelle Ford Mondeo et qui nous avait séduits. Le Kuga reçoit aussi un régulateur de vitesse adaptatif incluant l’alerte anticollision, qui alerte le conducteur lorsqu’il s’approche trop près du véhicule devant lui et assure le freinage automatique du véhicule à basse vitesse. Par contre, nous regrettons qu’il n’y ait aucune modification en termes d’ergonomie. La console centrale et le système de navigation restent confus et complexes à gérer. Un défaut que nous avions déjà souligné lors de notre prise en main de 2013.

 

Au volant

Nous avons pu prendre le volant d’une version 2.0 TDCi de 120 ch équipée d’une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Nous avons tout de suite apprécié le silence de fonctionnement du moteur qui est alors quasi imperceptible au ralenti. Et même lorsqu’on accélère franchement pour s’insérer dans le trafic ou dépasser un autre véhicule, il reste relativement silencieux. Certes, lorsqu’on s’approche du régime maxi, le bruit devient plus présent mais cette situation reste exceptionnelle. Le moteur n’émet pas non plus de vibrations et s’avère ainsi très agréable à utiliser, faisant presque oublier qu’il faille mettre du gazole dans le réservoir. Et bien que ce soit le plus petit moteur Diesel proposé, sa puissance est suffisante et permet de gérer toutes les situations (dépassements, rouler en charge, route de montagne…) sans mauvaise surprise.

Question consommation, ce nouveau bloc s’est également montré performant. Sur les quelque 200 km que nous avons parcourus, sur autoroutes et routes nationales, la consommation moyenne affichée était de 6,1 l/100 km. Une valeur tout à fait raisonnable pour ce type de véhicule.

Côté bruit, nous avons également noté une diminution des bruits de roulement par rapport au précédent modèle. Pour le reste, le comportement global, la maniabilité et le freinage, tout est inchangé. Le Kuga est agréable à conduire et permet de voyager dans de bonnes conditions.

moteur
Le nouveau moteur 2.0 TDCi de 120 ch est aussi agréable que sobre.

Le Ford Kuga en résumé

Avec ses nouveaux moteurs, le Ford Kuga gagne en agrément de conduite et en coût à l’utilisation grâce à des consommations réduites. Sur le segment des SUV, il est, de ce côté, très bien armé pour affronter le Hyundai Santa Fe, le Honda CR-V ou même le Toyota Rav4.

Question prix, il est aussi bien placé et, à équipement équivalent, se trouve souvent le plus intéressant. C’est le cas de la version 2.0 TDCi 120 ch Titanium (finition haut de gamme) proposée à 29 350 € qui est plus abordable qu’un Hyundai Santa Fe 2.0 CRDi Initia vendu 31 700 € ou qu’un Honda CR-V 1.6 iDTEC Elegance commercialisé à 30 150 €. Seule véritable ombre au tableau : ses défauts d’ergonomie agaçants comme les commandes de gestion de la radio et de la navigation mal placées, la complexité de programmation de certains équipements (régulateur de vitesse) ou encore l’affichage central du tableau de bord assez complexe et surchargé.

 

Les +

Moteur agréable

Consommation

Finition

Équipement complet

 

Les –

Ergonomie

Programmation et écran du GPS

Espaces de rangement restreints

Yves Martin