Garantie des produits (infographie) Vous et les extensions de garantie

Garantie des produits (infographie)

Vous et les extensions de garantie

Publié le : 23/11/2016 

« Souhaitez-vous garantir votre produit ? » Cette question est un incontournable de l’acte d’achat en magasin. Plus de 80 % de nos lecteurs l’ont entendue lors de leur dernière acquisition d’un appareil électronique ou électroménager. Et plus d’un tiers s’est laissé tenter par ces contrats. 2 160 abonnés à notre newsletter nous ont fait part de leur expérience : prix de l’extension, arguments des vendeurs, produits le plus souvent concernés… Décryptage des résultats de cette consultation.

 
infographie-vous-et-extensions-garantie

Le taux de souscription

La part des achats assortis d’une souscription d’extension de garantie est en chute libre. De 61 % en 2010, elle est passée à 50 % en 2013 puis 35 % en 2016. Elle varie en fonction de l’âge des acheteurs (30 % des 18-39 ans ont souscrit une extension, contre 40 % des plus de 65 ans), mais surtout en fonction des produits. Outre les lave-linge (44 % d’achats assortis d’une extension) et les téléviseurs (41 %), les plaques de cuisson (45 %) et les fours (42 %) sont les achats les plus souvent couverts. C’est plus rare pour les aspirateurs (20 %) ou les imprimantes (16 %). On observe logiquement que le taux de souscription augmente avec la valeur du produit, mais aussi pour les achats en électroménager.

 

La durée de l’extension de garantie

La majorité (62 %) des extensions de garantie souscrites par nos lecteurs durent 3 ans, en plus de la garantie initiale. Seuls 15 % des répondants ont opté pour une durée plus longue, et autant pour une durée de 2 ans. 3 % indiquent ne pas connaître la durée de cette extension. Ces garanties prolongent la garantie légale de conformité, qui permet la réparation ou le remplacement d’un appareil tombé en panne dans les 2 ans suivant sa livraison ou son achat. Attention, certains fabricants proposent une garantie plus longue que la garantie légale : 3 ans, 5 ans, voire plus. Dans ce cas, les extensions de garantie risquent de faire double emploi. Que Choisir a observé que certains revendeurs n’hésitaient pas à passer sous silence les garanties plus longues proposées par les fabricants, pour vendre leurs extensions au prix fort. Une pratique déjà constatée lors de notre enquête mystère réalisée chez les distributeurs il y a quelques mois.

 

Le plaidoyer des vendeurs

83 % de nos lecteurs se sont vu conseiller l’achat d’une extension de garantie par leur vendeur. Leurs arguments sont de plusieurs sortes comme le prouve notre caméra cachée réalisée dans plusieurs magasins. Le plus fréquemment (29 % des achats), ils insistent sur les modalités de l’extension : l’échange à neuf ou le remboursement du produit en panne, le dépannage plus rapide en cas de panne, etc. Ils sont aussi nombreux (21 %) à tenter d’inquiéter l’acheteur, en expliquant que l’appareil est fragile, souvent en panne, et que les pannes surviennent fréquemment à la fin de la durée légale de garantie. Autre argument souvent utilisé : le coût du produit, qui nécessiterait de se couvrir. Preuve du pouvoir de persuasion des vendeurs, la souscription se fait presque deux fois plus souvent en magasin (42 % des achats) que sur Internet (22 %).

 

Le prix de l’extension de garantie

La souscription à une extension de garantie est loin d’être anodine pour le portefeuille du consommateur. Nos lecteurs ont déboursé, en sus, l’équivalent de 14 à 24 % du prix du produit sur ces contrats. Proportionnellement, l’extension de garantie pour un aspirateur est la plus chère (69 €, soit 24 % du prix moyen d’achat, qui se situe à 260 €). Pour certains produits onéreux, comme les téléviseurs, les ordinateurs ou les lave-vaisselle, les prix s’envolent et dépassent la centaine d’euros (18 à 19 % du prix du produit). Notons que 13 % des consommateurs ayant répondu à notre enquête ne connaissent pas le prix de l’extension de garantie qu’ils ont souscrite. Ce défaut d’information peut provenir des remises souvent consenties par les vendeurs, pour qui il est plus intéressant de vendre l’extension que le produit lui-même. « Le vendeur m’a imposé l’extension contre une remise équivalente sur le lave-vaisselle acheté le même jour » ; « Elle ne revient qu'à 10 € avec la remise de l'ordinateur », « L’extension est gratuite grâce à une remise sur le prix de vente ». Ces témoignages de nos lecteurs montrent une chose : si vous voulez vous laisser tenter, négociez !

Grégory Caret

Observatoire de la consommation

gregorycaret