iPhone 6 Un achat en sucre

iPhone 6

Un achat en sucre

Publié le : 09/10/2014 

L’affaire est cocasse. Quelques jours après le lancement de l’iPhone 6, Julien passe commande chez l’opérateur Sosh (filiale d’Orange). Impatient de recevoir son nouveau smartphone – modèle gris anthracite avec 64 Go de mémoire interne – cet habitant de Seine-et-Marne jubile. Mais lorsqu’il ouvre son paquet, ce qu’il découvre le laisse sans voix. À l’intérieur point d’iPhone, mais un paquet de sucres en morceaux ! Un autre consommateur aurait connu la même mésaventure, mais lui a eu droit à une boîte de lait de coco. Orange a ouvert une enquête. 

 

Une facture de 759 € pour une boîte de sucres en morceaux Daddy de 500 grammes, c’est un peu fort de café. Et pourtant, à ce jour, Julien n’a eu le droit à rien d’autre. Évidemment, cette boîte de sucre ne correspond pas à ce qu’il avait commandé. Mi-septembre, cet ingénieur informatique de 28 ans craque pour le nouvel iPhone 6 d’Apple. Le modèle gris anthracite, avec 64 Go de stockage interne. Il opte pour un paiement en quatre fois sans frais chez Sosh et une formule sans engagement à 19,99 €. Lorsqu’il reçoit son paquet, quelques jours plus tard, son excitation cède rapidement la place à la déception lorsqu’il découvre la boîte de sucre. « Le paquet était parfaitement fermé, et il contenait bien ma carte SIM. L’échange a forcément eu lieu avant de sceller le carton », analyse Julien. Autrement dit, à l’entrepôt qui gère la logistique pour le compte d’Orange.

Plusieurs cas recensés

L’opérateur reconnaît le problème, et évoque même avoir identifié non pas un, mais « quelques » cas. « Une enquête est en cours, affirme une porte-parole de l’opérateur. On ne sait pas encore à quel maillon de la chaîne logistique a eu lieu la subtilisation. L’entrepôt de Kuehne+Nagel (le prestataire logistique d’Orange, ndlr) est ultra sécurisé, il y a des caméras partout, les salariés ne peuvent même pas entrer avec leur propre téléphone… Mais aucun système de sécurité n’est parfaitement infaillible… » Une chose est sûre : le malfrat est consciencieux. Dans le cas de Julien, mais aussi celui d’un autre consommateur volé, la boîte de sucre de 500 grammes a été allégée de quelques morceaux, pour approcher le poids final de celui de l’iPhone 6 dans sa boîte avec ses accessoires (414 grammes). À cours de sucre, c’est, dans un troisième cas, une boîte de lait de coco qui a servi de leurre.

Balance
Avec quelques morceaux en moins, une boîte de sucres et l’iPhone en boîte affichent sensiblement le même poids.

iPhone bloqué en France, pas à l’étranger

Mais quel pourrait bien être l’intérêt des usurpateurs ? Les smartphones, comme tous les autres téléphones mobiles, sont identifiables grâce à leur numéro IMEI, une sorte de numéro d’immatriculation unique. L’opérateur sait parfaitement quel appareil il a envoyé à son client ; avec ce numéro, en cas de vol il peut procéder à distance au blocage de l’appareil afin qu’il ne soit plus utilisable sur les réseaux mobiles français. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé aux iPhone 6 volés ces derniers jours. Seulement voilà, l’appareil reste utilisable sur les réseaux mobiles étrangers. De plus, le blocage IMEI n’est pas non plus parfaitement infaillible. De l’aveu même d’Orange, le craquer n’est pas impossible. Une recherche rapide dans Google permet d’ailleurs de s’en convaincre. Les voleurs pourront donc vendre tranquillement les smartphones sur des sites de vente entre particuliers comme Leboncoin.fr. « Certains n’hésiteront pas à passer une annonce même si l’iPhone est encore bloqué, ce genre d’arnaques est fréquent », prévient le commissaire de Noisiel (Seine-et-Marne), qui a enregistré la plainte de Julien et d’autres.

Orange s’est évidemment engagé à renvoyer au plus vite un iPhone 6 aux consommateurs concernés. L’un d’entre eux l’a d’ailleurs déjà reçu ; mais les autres devront s’armer de patience : certains modèles, principalement ceux avec 64 Go de mémoire, sont en rupture de stock. « Mais ces cas sont évidemment en haut de la liste des destinataires prioritaires », assure Orange. Qui ne compte cependant pas procéder à un dédommagement supplémentaire.