Migraine Pourquoi les nouveaux traitements ne sont pas remboursés

Migraine

Pourquoi les nouveaux traitements ne sont pas remboursés

Publié le : 21/05/2022 

Disponibles depuis 1 an, les nouveaux traitements de la migraine ne sont toujours pas remboursés. En cause, l’évaluation des autorités sanitaires, qui limite les prix pouvant être demandés par les fabricants.

 

Érénumab, galcanézumab, frémanézumab. Ces noms imprononçables représentent un nouvel espoir pour les personnes souffrant de migraine : celui de nouveaux traitements efficaces contre leurs maux de tête. La Haute Autorité de santé (HAS) a récemment réévalué le dossier de l’un d’entre eux (érénumab/Aimovig). Elle le juge plus efficace qu’elle ne l’avait fait auparavant (1). Et pourtant, il n’est toujours pas remboursé par l’assurance maladie.

Sur le plan de l’efficacité, le verdict des autorités sanitaires est clair. Ces nouveaux antimigraineux ont un réel potentiel chez les personnes souffrant de migraines chroniques et sévères, et ne présentant pas d’atteinte cardiovasculaire (infarctus, AVC, maladie coronarienne, etc.). Mais pas question de les prescrire d’emblée : ils sont réservés aux patients qui ont déjà testé 2 traitements préventifs reconnus, sans succès. La prescription, elle, est restreinte aux médecins spécialistes de la migraine.

Une question de prix

Mais on ignore si ces nouveaux antimigraineux font mieux que ceux déjà disponibles. Aucune étude n’a comparé leur efficacité au topiramate (Epitomax) ou aux bêta-bloquants (métoprolol/Lopressor, propranolol/Avlocardyl). La HAS a donc tranché : en l’état actuel des connaissances, les traitements injectables n’apportent pas de bénéfice supplémentaire. C’est cette étape qui bloque le remboursement.

Dans ce type de situation, le comité qui fixe le prix des médicaments (CEPS) a une règle simple : le fabricant ne peut pas demander un tarif plus élevé que le traitement de référence le moins cher. Ici, c’est le topiramate, vendu aux alentours de 10 € la boîte. Les antimigraineux injectables, eux, sont vendus entre 245 et 270 € selon les pharmacies. La situation est donc bloquée, puisque les fabricants refusent d’abaisser autant leurs tarifs. En attendant, ce sont les patients qui en paient le prix fort.

(1) Avis de la Haute Autorité de santé : https://www.has-sante.fr/jcms/p_3330875/fr/aimovig-erenumab-migraine

Audrey Vaugrente