Oscaro.com Pas de faillite, mais toujours des soucis

Oscaro.com

Pas de faillite, mais toujours des soucis

Publié le : 25/09/2018 

La rumeur court depuis quelque temps. Le site Oscaro.com serait en faillite. Si cette allégation est fausse, il n’en demeure pas moins que les témoignages d’utilisateurs mécontents du site de vente de pièces automobiles restent nombreux.

 

Oscaro.com risque-t-il la sortie de piste ? Toujours est-il que des messages partagés depuis quelques jours sur les réseaux sociaux laissent entendre que le site Internet spécialisé dans la vente de pièces détachées automobiles serait en faillite. Pas vraiment de quoi rassurer les clients qui attendraient de recevoir leur amortisseur ni inciter ceux qui ont besoin de pneumatiques à passer commande. « Cette information est complètement fausse », nous a assuré par téléphone Pierre-Noël Luiggi, le directeur général d’Oscaro, qui dénonce des allégations orchestrées par des concurrents mécontents.

Mais si nous n’avons trouvé aucune trace d’une quelconque cessation de paiement ni de la moindre procédure de sauvegarde, ce n’est pas pour autant qu’Oscaro respire la santé. À en croire le site Internet du magazine En-contact, spécialisé en relations clients, le vendeur devrait plusieurs centaines de milliers d’euros à des partenaires. Certains d’entre eux auraient même récemment obtenu en justice le remboursement de leur créance. Des accusations que tempère Pierre-Noël Luiggi : « il s’agit de litiges commerciaux classiques qui ne remettent pas du tout en cause la santé financière de l’entreprise ». Le comportement d’Oscaro vis-à-vis de certains de ses clients n’est pas fait non plus pour nous rassurer. Sur notre forum, un certain nombre d’entre eux se plaignent de délais de livraison à rallonge ou dénoncent les difficultés qu’ils ont rencontrées pour se faire rembourser des articles qui ne leur ont même pas été envoyés. « Si l’on se rapporte aux 10 000 commandes passées chaque jour, le nombre de litiges est infime », se justifie là encore M. Luiggi.

Seule l’annonce d’une augmentation de 30 millions d’euros de son capital, intervenue mardi dernier, semble rassurante. Surtout que Pierre-Noël Luiggi nous l’a promis : cet argent servira avant tout à « améliorer l’expérience client ». Une étape indispensable selon lui avant de passer à la vitesse supérieure sur le marché déjà dynamique des pièces auto sur Internet. On ne demande qu’à voir.