Réparation auto (infographie) Vous et les pièces auto sur Internet

Réparation auto (infographie)

Vous et les pièces auto sur Internet

Publié le : 19/04/2017 

Encore marginal il y a quelques années, l’achat de pièces auto sur Internet connaît un essor considérable. Freins, amortisseurs, pièces de moteur, pneus, filtres, essuie-glaces… presque toutes les pièces détachées peuvent désormais se commander en ligne. Plus de 3 000 de nos lecteurs ont partagé leur expérience.

 
pieces-detachees-internet

Le lieu d’achat

Si, avec un total de 79 %, les réseaux traditionnels restent plébiscités par les acheteurs de pièces détachées auto, la filière Internet commence à prendre de l’ampleur avec une part de marché de 21 %. Le choix d’un site repose surtout sur sa renommée (56 %), ses prix plus attractifs et un choix plus important (24 %). Ce sont surtout des personnes qui se disent assez expérimentées qui achètent sur Internet (30 %) alors que les automobilistes qui s’avouent peu expérimentés préfèrent le circuit traditionnel : 85 % d’entre eux se dirigent alors vers un atelier du réseau du constructeur (31 %), un centre-auto (22 %) ou encore un garage indépendant (18 %).

 

L’achat en ligne

Comme pour les achats en ligne en règle générale, la commande de pièce auto sur Internet est principalement motivée par le facteur prix et 77 % des personnes ayant répondu à notre questionnaire trouvent que c’est moins cher. Un argument avancé majoritairement par des acheteurs de 18 à 39 ans et propriétaires de véhicules anciens. Les experts en mécanique y trouvent également leur compte et sont intéressés par l’achat en ligne car ils n’ont pas à se déplacer (43 %), trouvent qu’il y a un large choix (40 %) et que c’est un achat plus facile (27 %) qu’aller dans un magasin « physique ». Et, pour la grande majorité des acheteurs, la démarche n’a pas posé de problème et 95 % d’entre eux ont trouvé facilement leur pièce sur la Toile. À 49 %, ces dernières concernent les freins, amortisseurs et pièces moteur puis arrivent les pneus (48 %), les filtres (43 %) et les essuie-glaces (40 %). Dans une moindre mesure, ce sont les huiles et liquides divers (17 %), à égalité avec les bougies. Viennent ensuite les ampoules et les accessoires divers pour 15 % chacun. Enfin, si le panier moyen des acheteurs s’élève à 167 €, il varie selon l’année du véhicule. Ainsi, pour une voiture de 1998, le montant des achats descend sous les 150 € pour atteindre les 250 € pour une voiture de 2016.

 

La satisfaction

Globalement, l’achat des pièces auto en ligne réalise un score très honorable avec un taux de satisfaction appréciable de 8,4 sur 10. La livraison (délais, état du colis, respect de la commande) atteint même un excellent taux de satisfaction de 9,3/10. Les acheteurs sont aussi très satisfaits, à hauteur de 8,8/10, du prix et de la qualité de la pièce. Après réception, la satisfaction reste élevée sur la pièce elle-même. Ainsi, la qualité est jugée plutôt bonne avec un résultat de 8,8/10 et l’adaptabilité de la pièce sur le véhicule atteint un très bon niveau de satisfaction : 9,1/10. Par contre, si faire appel au service après-vente a été nécessaire, la note tombe à 7,1/10.

Internet : un canal de confiance

Si une majorité s’accorde sur le fait qu’Internet offre des prix compétitifs (75 %) pour un choix de pièces plus large (68 %), une personne sur trois pointe la difficulté de faire son choix en ligne, faute de compétence notamment. En revanche, la crainte d’un déficit de qualité des pièces est peu répandue (17 %). Mieux, seulement 3 % pensent que les pièces auto vendues sur la Toile sont de qualité inférieure. Au final, 79 % font confiance aux différents sites de ventes de pièces.

Pièces détachées sur Internet : ça grogne sur nos forums

Si les répondants à notre enquête se montrent globalement satisfaits de leurs achats de pièces détachées sur Internet, il n’en va pas de même dans certains de nos forums. Ceux consacrés à Oscaro et à Yakarouler concentrent effectivement de nombreuses expériences négatives de clients.

Lire aussi

Grégory Caret

Observatoire de la consommation

gregorycaret