Pouvoir d’achat Comment réduire sa consommation d’essence ?

Pouvoir d’achat

Comment réduire sa consommation d’essence ?

Publié le : 16/06/2022 

Dès le début de l’invasion russe en Ukraine, les prix des carburants ont fortement augmenté. Dans certaines stations-services, les tarifs à la pompe dépassent les 2 €/litre, non sans conséquence sur le portefeuille des conducteurs. Que Choisir vous livre quelques conseils pour adopter une conduite plus économique.

 

À la pompe, les prix flambent. Si le gouvernement a mis en place une réduction de 18 centimes par litre à chaque passage en caisse, cette aide n’est que temporaire. Sauf reconduction, elle prendra fin le 31 juillet. À l’approche des vacances, adopter une conduite plus économique et écoresponsable peut vous permettre de réduire facilement vos dépenses en carburant, sur le long terme.

Adoptez une conduite plus douce

Privilégiez une conduite anticipative et souple : évitez les grand coups d’accélération et de freinage. Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), une conduite sans à-coups permettrait de réduire la consommation de carburant jusqu’à 20 % par rapport à une conduite plus agressive en ville.

Pour ralentir, pensez à utiliser votre frein moteur et évitez d’appuyer sur la pédale d’embrayage trop tôt. En effet, si vous débrayez et que le moteur tourne au ralenti, celui-ci consomme du carburant.

Réduisez votre vitesse

Les changements de vitesse ont un impact sur la consommation de carburant. Il est préférable, dans la mesure du possible, de maintenir la même allure tout au long du trajet. Par conséquent, évitez les accélérations fortes et fréquentes et oubliez les vitesses trop élevées. Si vous disposez d’un régulateur de vitesse, n’hésitez pas à l’utiliser. Les accélérations sont en effet plus précises que celles effectuées au pied et ainsi moins consommatrices de carburant. 

Faites le calcul !

Et si vous réduisiez votre vitesse de 10 km/h ? Pour un trajet sur autoroute à 120 km/h au lieu de 130 km/h, vous ne perdez que 4 minutes sur 100 km. Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), cela vous permettrait d’économiser entre 3,5 et 4,5 litres de carburant selon le type de véhicule et sa motorisation.

Comparatif de la perte de temps et du gain d’essence selon le nombre de kilomètres parcourus

Distance à parcourir Perte de temps estimée Gain d'essence moyen estimé
100 km 4 min 4 l
200 km 8 min 8 l
300 km 12 min 12 l
400 km 16 min 16 l
500 km 20 min 20 l 
600 km 24 min 24 l
700 km 28 min 28 l
800 km 32 min 32 l 

Coupez le moteur lorsque vous êtes à l’arrêt 

Si votre voiture n’est pas équipée du système stop & start, il est recommandé de couper le moteur à chaque arrêt prolongé. Selon l’Ademe, arrêter puis redémarrer un véhicule consomme moins de carburant que laisser tourner le moteur au ralenti plus de 20 secondes.

Démarrez votre trajet à allure modérée

Lorsque le moteur est froid, la surconsommation de carburant peut être très importante. En ville, elle peut atteindre 45 % sur le premier kilomètre, et jusqu’à 25 % sur le deuxième. La Sécurité routière conseille donc de rouler à allure modérée durant les cinq premiers kilomètres.

Veillez à être sur le rapport de vitesse le plus élevé

Le site Codes Rousseau, spécialiste de la formation au permis de conduire, conseille de se placer sur le rapport de vitesse le plus élevé. Ainsi, en 5e, la consommation d’énergie sera inférieure à celle de la 3e vitesse.

Ne surchargez pas votre voiture

Plus votre voiture sera pleine, plus vous consommerez de carburant. Enlevez ainsi toute charge inutile de votre véhicule.

Par ailleurs, pensez à enlever coffre de toit, galerie, porte-vélos et porte-skis dès lors qu’ils ne vous sont plus utiles. Ces derniers peuvent entraîner une surconsommation de 10 % à 15 %, souligne le site de la Sécurité routière.

Vérifiez la pression des pneus

Selon les calculs de l’Ademe, un sous-gonflage de 0,3 bar peut entraîner une consommation supplémentaire de 1,2 %. Ce taux augmente en fonction de la sous-pression : avec un sous-gonflage de 0,5 bar, la surconsommation peut aller jusqu’à 2,4 %.

Veillez également à utiliser des pneus adaptés à chaque saison.

Conseil

Et si vous vous équipiez de pneus basse consommation ? Ceux-ci peuvent vous faire économiser jusqu’à 5 % de carburant. À l’achat, il faut compter en moyenne entre 70 et 90 € par pneu.

Limitez la climatisation

Abuser de la climatisation augmente la consommation d’essence. Inutile donc de l’allumer au maximum dès le démarrage du véhicule : préférez la fonction « auto » du système. Le compresseur travaillera ainsi de la manière la plus efficace pour atteindre la température souhaitée, sans trop impacter la consommation de carburant. Idéalement, comptez 5 °C en dessous de la température extérieure. 

Selon les climats, les véhicules et les usages, la climatisation pourrait faire augmenter la consommation de carburant de 1 à 7 %, précise l’Ademe. Moins de climatisation, c’est également un geste pour la planète. En effet, selon les chiffres du gouvernement, en baissant la climatisation, vous réduisez de 15 % le CO2 rejeté sur 100 km.

Ouvrir les fenêtres peut par ailleurs se présenter comme une alternative intéressante lors des courts trajets. En revanche, mieux vaut l’éviter sur autoroute : l’air qui s’engouffre dans la voiture fait perdre de l’aérodynamisme et augmente la consommation de carburant. 

Entretenez votre véhicule

Contrôle du moteur, changement d’huile, décrassage de pièces comme le filtre à air… Prenez l’habitude de bien entretenir votre véhicule. Des composants abîmés et un moteur mal entretenu peuvent causer une surconsommation de carburant jusqu’à 25 %, souligne le site de la Sécurité routière.

Comparez le prix des carburants

Les prix à la pompe peuvent varier d’une station à une autre. Grâce à notre carte interactive gratuite, trouvez la station-essence la moins chère près de chez vous pour faire le plein d’économies.

Pensez aux alternatives

Lorsque cela est possible, laissez votre véhicule au garage. Certains trajets peuvent aisément se faire à pied, à vélo – qu’il s’agisse d’un vélo classique ou d’un vélo à assistance électrique (VAE) – ou en transports en commun.

Selon une étude de l’Insee, publiée en avril 2021, 33 % des actifs résidant à moins de 500 m d’une station de tram ou de métro se rendent au travail en voiture. Au total, ils sont 74 % à privilégier la voiture pour aller travailler plutôt que les autres modes de transport.

Anne-Sophie Bedel