Rénovation énergétique Une vaste escroquerie au tribunal

Rénovation énergétique

Une vaste escroquerie au tribunal

Publié le : 04/03/2023 

La société BDPA Rénovation a démarché les propriétaires de maisons individuelles dans plusieurs départements avec des arguments très trompeurs pour leur vendre des travaux de rénovation et d’isolation. Les dirigeants ont été placés en garde à vue, leur procès se tiendra en juillet.

 

Avec ses 8 agences qui ciblaient les propriétaires de maisons individuelles d'un certain âge, la société BDPA Rénovation a écumé durant plusieurs années les départements de Haute-Vienne, de Dordogne, de l’Allier, du Lot, de la Gironde, du Loir-et-Cher et de l’Eure-et-Loir. Elle y démarchait les ménages à domicile en se présentant comme un « organisme de contrôle de l’amélioration de l’habitat ». Mais en réalité elle tentait de vendre des travaux de rénovation et d’isolation. Ses commerciaux qui ciblaient les propriétaires âgés présentaient des documents mensongers et n’hésitaient pas à affirmer que les travaux étaient une obligation.

Le parquet de Limoges a ouvert une enquête en septembre 2021 pour escroquerie en bande organisée, abus de faiblesse, pratiques commerciales trompeuses et agressives, et a communiqué tout récemment sur cette escroquerie. 227 victimes ont déposé plainte pour des manœuvres répétées, trompeuses, agressives, pour un montant de 1,726 million d’euros. À l’issue de leur garde à vue le 23 février 2023, les directeurs d'agences des départements dans lesquels ils sévissaient ont été placés sous contrôle judiciaire.

Le procès des 8 prévenus se tiendra en juillet prochain pour « escroquerie en bande organisée, pratique commerciale trompeuse ou agressive, abus de biens sociaux » et même « direction d’une société malgré une interdiction judiciaire, trois des huit dirigeants mis en cause disposant d’un casier judiciaire ». En attendant, la saisie de biens et d’argent sur leurs comptes bancaires s’élève à 80 935 €, c’est peu face à l’ampleur de l’arnaque qui porte sur près de 2 millions d’euros.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)