Vélo électrique Cinq vélos électriques bon marché pris en main

Vélo électrique

Cinq vélos électriques bon marché pris en main

Publié le : 02/06/2015 

Les vélos électriques d’entrée de gamme, vendus moins de 1 000 €, sont caractérisés par un équipement minimal mais suffisant. L’assistance est dite « tout ou rien », c’est-à-dire qu’elle est délivrée d’emblée à son maximum, par opposition à une assistance proportionnelle, plus confortable. En général, ils sont équipés d’une batterie de type 24 V-8 Ah ou 36 V-9 Ah, suffisante pour un relief modéré et des trajets urbains occasionnels. Pour nous faire une idée plus précise de ces VAE pas chers, nous avons pris en main 5 modèles : le BeBike 500 de Decathlon, le Gitane Organ E-Bike, le Bike Attitude de Go Sport et deux modèles proposés par Feu Vert (Arizona et Piccadilly).

 

Image
BeBike 500 Decathlon, 750 €

Assistance tout ou rien, 3 niveaux d’assistance, six vitesses, moteur roue arrière.

L’absence de suspensions et une selle basique en font un vélo à utiliser de préférence sur des chaussées en bon état. Les autres équipements sont du même tonneau. Rien d’extraordinaire, mais tout est conforme à la réglementation.

L’allumage de la batterie, située sous le porte-bagage, se commande par le bouton marche-arrêt de la console d’assistance. De capacité 24 V-8 Ah, son autonomie n’est pas fantastique, mais le vélo est tonique dans les montées. À condition qu’elles soient de dénivelé modéré. Sans surprise, quand la pente devient raide, l’assistance est à la peine et les jambes sont mises à contribution. Les à-coups, plutôt discrets sur le plat, se font alors sentir. 

Peu bruyante, l’assistance est de type tout ou rien : elle se déclenche d’emblée à son maximum, après deux ou trois coups de pédale. Les trois niveaux qu’elle compte sont à adapter selon le relief et le confort souhaité. De fait, le premier n’a pas grande utilité, il trouve vite ses limites. Les deux autres sont à privilégier pour se sentir à l’aise. Les niveaux se modulent à partir de la console fixée sur le guidon. N’y cherchez aucune sophistication : elle n’affiche ni les kilomètres parcourus, ni la vitesse, seulement le niveau de charge de la batterie. Ce dernier oscillait d’ailleurs bizarrement : tantôt toutes les loupiotes étaient allumées, laissant penser que la batterie était pleine, tantôt une seule lumière faisait craindre la panne imminente. Bonne idée, les feux du vélo se commandent directement à partir de la console.

À noter, les six vitesses ne se passent qu’en roulant, et le cadre est de taille unique. Pied à terre, le vélo n’est pas facile à manipuler quand il faut passer quelques marches, tout le poids (moteur et batterie) étant à l’arrière.

Bon à savoir. Certains magasins Decathlon prêtent les vélos électriques gratuitement pendant trois jours, en échange d’un chèque de caution et de la copie d’une pièce d’identité. Idéal pour évaluer l’autonomie de la batterie.

Les +

  • Prix

  • Tonus

  • Peu d’à-coups dans l’assistance

  • Allumage des feux à partir de la console

Les -

  • Usage occasionnel

  • Indicateur de charge capricieux

  • Pas de kilométrage

  • Relief modéré seulement

  • Confort de conduite rudimentaire

  • Pas d’aide au démarrage

 

Image
Gitane Organ E-Bike, 999 €

Assistance tout ou rien, 3 niveaux d’assistance, 7 vitesses, moteur roue avant.

Son prix fait de ce VAE assemblé en France un concurrent aux vélos d’entrée de gamme Decathlon ou Go Sport. Avec 36 V et 8,8 Ah pour le modèle de base, la batterie affiche une puissance plus élevée, d’où de bonnes sensations de vitesse une fois sur le vélo. Mais cela n’a pas que de bons côtés : les 25 km/h réglementaires étant rapidement atteints, l’assistance se coupe régulièrement, ce qui est très désagréable, surtout en pleine montée ! C’est du moins l’explication que nous a donnée le vendeur quand nous avons soulevé le problème. La conduite nous a paru étriquée. La taille du cadre y était peut-être pour quelque chose, sachant que la marque en propose trois, de 45, 50 et 55 cm.

Par conséquent, ce vélo, qui se veut de conception supérieure à celle des engins de marques distributeurs, est finalement moins confortable à conduire, pour ce qui touche à l’assistance. Du point de vue des équipements, c’est un peu plus abouti. La selle ne bénéficie d’aucun amorti, mais le guidon est doté d’une suspension. Le pilotage s’en trouve légèrement assoupli. Le système de changement de vitesses, par poussoir et manette, est très commode : il demande moins de force et de précision que l’habituelle poignée rotative intégrée au guidon. Il faut tout de même garder à l’esprit qu’il ne s’actionne qu’en pédalant, jamais à l’arrêt. Le freinage est puissant, pleinement efficace. La console, elle, est basique. Elle se contente d’indiquer le niveau de charge de la batterie, et commande la mise en service de l’assistance.

Bon à savoir. Comme la plupart des vélos de marque, ce modèle se vend surtout dans les magasins spécialisés. Un essai gratuit d’environ 30 minutes y est possible. Suffisant pour se faire une idée, mais difficile d’évaluer l’autonomie de la batterie.

Les +

  • Système de changement de vitesses

  • 7 vitesses

  • Freins

  • Puissance

Les -

  • Coupures d’assistance fréquentes

  • Pas d’aide au démarrage

 

Image
Bike Attitude, Go Sport, 750 €

Assistance tout ou rien, 3 niveaux d’assistance, 6 vitesses, moteur roue arrière.

De l’aveu même du vendeur, la batterie 24 V-9 Ah n’est pas faite pour fonctionner tous les jours, et risque de ne pas tenir plus d’un an si elle est soumise à un rythme plus soutenu. Ce vélo d’allure simple, équipé du strict minimum réglementaire, est donc plutôt destiné aux balades du week-end.

Il n’a pas démérité lors de notre prise en main. Une moitié de charge nous a permis de rouler une petite vingtaine de kilomètres, sans mauvaise surprise. L’engin est stable, les freins sont fiables et l’assistance nous a paru à la fois peu bruyante et sans à-coups : le vélo ne donne pas l’impression d’échapper au contrôle du cycliste.

De type tout ou rien, comme sur la plupart des VAE d’entrée de gamme, l’aide se déclenche après deux ou trois coups de pédales : le redémarrage en côte après un feu rouge peut être pénible, il faut penser à rétrograder de façon à repartir en 1re. Attention, les vitesses – il y en a 6 – se passent uniquement en roulant, surtout pas à l’arrêt.

Efficace, presque grisant dans les montées de dénivelé moyen, ce modèle a toutefois montré ses limites dans les côtes plus coriaces. Autre bémol, sans amorti, il s’est révélé « tape-cul » sur les routes pavées. Vélo à la main, nous avons aussi peiné à le manœuvrer, le moteur dans le moyeu de la roue arrière déséquilibrant le vélo.

Quant à la console, elle ressemble comme deux gouttes d’eau à celle qui équipe la concurrence : elle comporte le bouton d’allumage de la batterie, indique le niveau de charge de la batterie, et c’est tout.

Bon à savoir. Pour l’essayer, Go Sport propose la location du modèle pendant une journée pour 30 €, la somme étant déductible du prix d’achat. Une formule intéressante pour juger de l’autonomie de la batterie, mais qui devrait être moins chère.

Les +

  • Prix

  • Assistance agréable et maîtrisée

  • Dynamique

Les -

  • Usage occasionnel seulement

  • Pas d’aide au démarrage

  • Pas de suspensions

 

VAE Arizona et Piccadilly, proposés par les magasins Feu Vert

Le distributeur de pneus et accessoires auto se lance dans le vélo à assistance électrique avec deux modèles à moins de 1 000 €, assemblés en France, à Machecoul (Loire-Atlantique), à partir de pièces d’importation.

 

Image
Arizona, Feu Vert, 999 €

Cinq niveaux d’assistance théoriques, moteur dans la roue arrière.

 Le vélo électrique Arizona se pilote pratiquement comme un VTC sans assistance. Il se révèle stable, sans mauvaise surprise. L’assistance est agréable : très énergique au démarrage, elle décline progressivement quand on approche des 25 km. Ce modèle possède trois plateaux et sept pignons, soit 21 développement en théorie et une douzaine en pratique. C’est suffisant pour n’importe quelle route en France avec un vélo sans assistance. On peut vraiment se demander à quoi servent toutes ces vitesses sur un VAE.

Le niveau minimum prolonge-t-il l’autonomie de la batterie (250 watts, 36 V-9 Ah Lithium-ion sous le porte-bagage, verrouillable annoncée à 50 km) ? Nous n’avons pas poussé l’essai assez loin pour le savoir. Les freins à disque sont efficaces, mais pas davantage que des freins à étriers de bonne qualité. La suspension amortit sans problème une descente de trottoir. Elle est réglable, ce qui permet de la durcir pour un trajet sur route. Le démarrage en montée est vraiment facilité par l’assistance. Il y a une sensation de perte de puissance en arrivant aux abords des 25 km/h un peu frustrante, mais l’ascension des côtes est incomparablement plus facile qu’avec un VTC identique sans assistance. Le vélo pèse 21,3 kg. Le poids à l’arrière fait qu’il faut le saisir par le tube vertical, sinon seule la partie avant décolle.

L’Arizona est globalement un bon vélo pour des déplacements en ville, avec des sacs de course ou un enfant à l’arrière, voire une promenade de quelques dizaines de kilomètres à la campagne. Les équipements sont de qualité correcte. Il passera sans problème des chemins de terre, mais ce n’est pas du tout un VTT. La garde au sol est trop basse, le pédalier et la béquille risquent de cogner. C’est une taille unique, avec un cadre de 183 x 69 x 50 cm, ce qui convient à des utilisateurs mesurant de 160 cm à 185 cm.

Les +

  • Assistance énergique

  • Polyvalence

  • Finitions correctes

  • Équipement de qualité

  • Porte-bagage jusqu’à 25 kg

 

Les -

  • Attaches rapides sur les roues et la selle, qui exposent à des risques de vol en usage urbain

  • Potence réglable en hauteur peu utile (il vaut mieux monter ou baisser le guidon) et qui prend du jeu à l’usage

  • Pneumatiques avec trop de sculptures, qui n’améliorent pas la tenue de route et dégradent le rendement

 

Image
Piccadilly, Feu vert, 899 €

Cinq niveaux d’assistance en théorie, trois vitesses, moteur dans la roue avant

 Position droite, sans barre, le vélo électrique Piccadilly cible une clientèle féminine, mais il conviendra aussi aux hommes que le costume ou le pardessus détourne des vélos sport. La finition est soignée, il est élégant. La batterie (36 V-9 Ah Lithium-ion sous le porte-bagage, verrouillable) et le moteur affichent les mêmes caractéristiques que l’Arizona, mais l’assistance semble plus molle. C’est peut-être lié à ses pneumatiques très larges qui rendent les accélérations moins nettes. Sa taille (180 x 65 x 48 cm) le destine à des utilisateurs mesurant de 155 à 175 cm.

Comme sur l’Arizona, la différence entre les cinq niveaux d’assistance est tout sauf évidente. Le changement de vitesses dans le moyeu de la roue arrière est très fluide. Il est fourni par Sram, un équipementier qui a plutôt bonne réputation dans le monde du cycle.

Les freins à étrier (V-Brake) sont corrects, sans plus, quand le vélo est lancé à bonne allure. On sent l’inertie des 10 kg supplémentaires par rapport à un vélo normal. Rien de dangereux à neuf, mais il ne faudra pas laisser les patins s’user. Les démarrages en montée se font sans effort. À la descente de trottoir, l’absence de suspension est compensée par la taille conséquente des pneumatiques. Le moteur dans la roue avant alourdit la direction, mais ce n’est pas très gênant. Il suffit de quelques minutes pour s’adapter. Plus difficile, trouver une position confortable pour porter ses 21,6 kg quand il s’agit de monter à pieds quelques marches.

Sa sobriété d’équipement en fait un bon vélo de ville. L’écrou antivol à la selle est un bon point. Entre les pneus larges et la selle rembourrée, rien à dire question confort sur de courts trajets. À oublier pour les trajets de plus de 10 km, en revanche. L’impression de flotter, buste droit et nez au vent, même en montée, est plutôt agréable. Les pneus blancs ne le resteront peut-être pas longtemps, mais ils sont esthétiques. Surveillez le cadre. Les vélos sans barre horizontale sont plus sensibles aux chocs répétés et celui-là est lourd. Pas de quoi dramatiser, il est en acier et semble robuste.

Les +

  • Aide au démarrage en côte

  • Simplicité 

  • Élégance

  • Matériel de qualité, dont le porte-bagage de 25 kg

Les -

  • Freinage correct, sans plus

  • Très typé ville, inadapté à des trajets de plus de 10 km

 

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane

Erwan Seznec