Casques vélo pour enfants

Casques vélo pour enfants

Le protocole

Publié le : 24/08/2017 

Notre test a porté uniquement sur une série de chutes linéaires et obliques, afin de déterminer le risque de blessure à la tête, en particulier celui de lésion neurologique (élongation des axones) dans des conditions proches du réel. Nous n’avons, dès lors, pas vérifié la conformité à la norme européenne, dans la mesure où le confort et la tenue des casques lors des chocs n’ont fait l’objet d’aucune évaluation.

 
→ Test Que Choisir : Comparatif Casques de vélo pour enfants

Nos essais

Une fausse tête du poids de celle d’un enfant de 6 ans, soit 3,5 kg, a été coiffée d’un casque. Chaque référence a fait l’objet de 6 types d’impacts (3 impacts linéaires et 3 impacts obliques). Chaque configuration d’impact a été répétée 3 fois, ce qui fait 18 impacts par type de casque. L’accélération linéaire maximale a été relevée (la norme fixe un maximum de 250 G), ainsi que l’accélération et la vitesse rotationnelles maximales sur la base desquelles les déformations axonales ont été calculées. Pour les impacts linéaires, le laboratoire a utilisé la même vitesse de chute que la norme. Pour les impacts obliques, la vitesse était légèrement plus élevée mais la composante linéaire restait la même. Seule la force tangentielle augmentait. Toutes les données ont ensuite été transposées grâce à une formule mathématique pour déterminer le risque de blessure grave à la tête.

Nos résultats

Ils mettent en évidence des différences entre des casques qui, théoriquement du moins, répondent tous à la réglementation mais ne protègent pas la tête de la même manière. Nous constatons que, pour toutes les chutes, l’accélération est toujours inférieure à 250 G. On peut donc supposer que tous les casques sont conformes à la norme en ce qui concerne les chocs.

Normes

Que Choisir est plus proche du réel

Tous les fabricants font certifier leurs casques de vélo selon les normes françaises et européennes en vigueur. Mais elles ne sont pas assez complètes.

Le test de référence des normes se contente d’appliquer des chutes sur une trajectoire linéaire, à angle droit sur une enclume plate et sur une bordure. Dans la « vraie vie », les accidents à vélo ne se passent pas comme ça. Les chutes ou les collisions impliquant la tête se produisent la plupart du temps selon un impact oblique entraînant une rotation susceptible de provoquer ou d’aggraver des lésions internes au cerveau. Le laboratoire ICube, de l’Université de Strasbourg, prend en compte cette réalité dans une méthode de test qu’il nous a proposée. L’équipe du Pr Rémy Willinger, spécialisée en recherche biomécanique, utilise, pour mettre les casques à l’épreuve, une méthode développée grâce au soutien de la Fondation Maif. Équipée d’une enclume inclinée, elle applique aux casques non seulement des chutes linéaires, mais aussi des chocs induisant une mise en rotation de la tête. Une fois les paramètres de la chute et du choc enregistrés, les résultats sont traduits en probabilité de traumatisme grave. Car le laboratoire ICube a aussi développé un modèle mathématique de prédiction des lésions neurologiques après avoir étudié 125 accidents documentés ayant occasionné des blessures à la tête. La formule de calcul évalue notamment les risques de coma à partir de l’allongement des axones, qui sont une partie des neurones.

Risques de blessures graves

Avec les vitesses d’impact considérées, notre test montre qu’il y a des risques de blessure grave avec tous les casques mais que certains protègent vraiment très mal. C’est le cas du Scrapper Junior, vendu dans les magasins Go Sport : 92 % de risque de blessure en cas de chute sur la tête ! Son concurrent direct, le Btwin 300, disponible chez Decathlon, se situe, lui, dans le trio de tête. Les casques qui revendiquent la technologie MIPS, un film plastique en doublure de la mousse, sont pour leur part censés justement apporter une protection supplémentaire contre les chocs obliques. À l’arrivée, nous avons constaté que les deux casques qui en sont pourvus, le Giro et l’Abus, s’en sortent assez bien. Pour autant, d’autres casques classiques font mieux.

→ Test Que Choisir : Comparatif Casques de vélo pour enfants 

Fonctionnement du service de comparaison

Les produits et services sont classés selon les résultats obtenus lors de nos tests à partir d’un protocole établi par nos experts. Les résultats sont publiés selon un classement basé sur les qualités intrinsèques des produits et sur celles des prestations de service, sans aucune autre considération. Nous achetons de façon anonyme tous les produits que nous testons, nous n’avons aucun lien avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs des produits et services testés, à l’exception des autorisations données par Bureau Veritas Certification conformément aux règles de La Note Que Choisir. Notre classement est totalement indépendant, aucune relation commerciale avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs ne peut avoir d’impact sur ce dernier. Les prix indiqués et les informations sur la disponibilité des produits mentionnés sur notre site sont fournis à titre indicatif et sont actualisés tous les jours. L’offre de produits et services étant pléthorique, nous ne prétendons pas pouvoir tester l’exhaustivité d’un marché. Nous sélectionnons les produits et services les plus représentatifs d’un segment de marché.

Anne-Sophie Stamane

Gabrielle Théry

Rédactrice technique