Volkswagen Polo 1.2 TSI 90 BlueMotion Technology

Volkswagen Polo 1.2 TSI 90 BlueMotion Technology

5 portes - Essence - 90 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en février 2014

Mis à jour le : 14/03/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Vitesse du chauffage ;
  • Prix.

La nouvelle Volkswagen Polo 2014 est un relookage de la 5e version de la citadine allemande commercialisée en 2009, mais elle ne change pas fondamentalement vue de l'extérieur, et conserve le même style que sa devancière. Nous découvrons un nouveau bouclier arrière, des optiques légèrement modifiées et quelques changements à l'intérieur. C'est du côté mécanique que viennent les nouveautés, avec de nouveaux moteurs particulièrement propres, qui ne comptent pas moins de 7 versions à essence et 2 moteurs Diesels. Notre version 5 portes 1.2 TSI 90 BMT (BlueMotion Technology) fonctionnant au sans-plomb est annoncée avec un taux d'émission de CO2 de seulement 107 g/km et une consommation en cycle mixte de 4,7 l/100 km. Elle est disponible à partir du niveau de finition Confortline.

La Polo restylée en 2014 est très similaire à sa devancière. Du moins de l'extérieur.

Moins chère, mieux équipée, mieux finie et plus performante, la nouvelle Polo est très intéressante par rapport à celle qu’elle remplace. Elle coûte toutefois généralement plus cher que la concurrence mais embarque plus d’équipements technologiques.

Sur la route, la Polo s'est montrée très stable et sûre, et le niveau de confort permet d'envisager de longs trajets mais pas à plus de 4 personnes. Le moteur 1.2 TSI BMT possède des performances correctes et se montre relativement sobre. Sa boîte de vitesses aurait toutefois mérité un 6e rapport, ce qui aurait permis d'économiser un peu de sans-plomb tout en rendant le niveau sonore intérieur un peu plus faible.

Carrosserie, coffre, habitacle

Carrosserie, accès à bord

La ligne de la nouvelle Polo ne change guère par rapport à celle de la version précédente. L'arrière possède un nouveau pare-chocs alors que l'avant adopte sur toute la gamme un bouclier avec insert chromé qui ressemble à celui qui était réservé auparavant aux versions BlueMotion, CrossPolo et BlueGT. Notons aussi l'apparition d'une nouvelle couleur, le bleu uni.

La carrosserie est construite proprement, sans toutefois atteindre la qualité de la Golf. Le compartiment moteur est presque entièrement cloisonné et le soubassement caréné est aérodynamique. La Polo n'est cependant pas assez bien protégée des aléas de la ville : les portières n'ont pas de protections et les tabliers avant et arrière sont peints et donc sensibles aux rayures. Et comme ils sont d'un seul tenant, leur remplacement s'annonce coûteux.

Un détail agaçant : le remplacement de l'ampoule avant gauche est quasiment infaisable sans passer au garage car la batterie est installée juste derrière l'optique.

L'accès aux places est satisfaisant et plus aisé que pour la majorité des concurrentes. À l'avant, le seuil des portes est bas et pas trop large alors que les sièges se situent à une hauteur correcte. À l'arrière, le passage est suffisamment large et la banquette est confortablement haute.

L'accès aux places se fait aisément, à l'avant comme à l'arrière.

Capacité, autonomie

La Polo emporte aisément 4 personnes, avec une 5e place d'appoint à l'arrière. La charge utile de 470 kg est correcte et le toit peut supporter 75 kg de bagages. Cependant, il n'y a pas de barres de toit. Le petit réservoir de 45 l confère une bonne autonomie de 870 km.

En cas de crevaison, il n'y a qu'un kit de réparation à disposition, la roue de secours galette en acier n'étant livrée de série que pour quelques niveaux de finition, et l'option coûte 55 €.

Habitacle

Le nouvel intérieur de la Polo est très bien fini, sa planche de bord possède des matériaux très bien rembourrés et très agréables au toucher (sauf en finition Trendline) et les matériaux utilisés sont de bonne qualité dans leur majorité. On retrouve ici le savoir-faire du constructeur et « l’univers Golf ». Les commandes restylées et les nouveaux programmes « d’infotainment » (information et divertissement) utilisables depuis le grand écran tactile apportent une touche de modernité à l'ensemble.

L’habitabilité est plutôt bonne pour une citadine : avec ses 3,97 m, la Polo se situe entre la Peugeot 108 (3,47 m) et la Renault Clio 4 (4,06 m). Mais si la nouvelle Polo a pris quelques centimètres, le volume habitable ne change pas car c’est exclusivement la partie avant qui s’est allongée. Les occupants avant se sentent néanmoins très à l'aise : même s'ils mesurent 1m90, ils disposent encore d'une bonne garde au toit. L'arrière est naturellement moins aéré et il vaut mieux éviter de parcourir de longs trajets avec une 5e personne installée au milieu. À deux personnes, le volume est suffisant pour se sentir à l'aise, et il y a suffisamment de place pour les jambes de personnes mesurant 1m80 (sièges avant réglés pour 1m85).

Notons que l’habitacle manque de rangements, avec une petite boîte à gants non éclairée et des bacs de portières relativement restreints. L'accoudoir central avant apporte un compartiment de rangement supplémentaire mais il n'est pas livré de série pour toutes les finitions.

Porte-gobelet arrière escamotable (3).

Poste de conduite

Comparé à la précédente Polo, le poste de conduite est devenu un peu plus intuitif, notamment au niveau de la navigation et de l'utilisation de la radio. La console centrale possède désormais 9 touches de fonctions au lieu de 7. Le panneau de commande de la climatisation (3) a été revu mais il est toujours placé trop bas. Le système d'infotainment est complètement nouveau et d'une bonne ergonomie.

Le cockpit est ergonomique et la prise en main rapide.

Console centrale avec grand écran tactile bien en vue.

Les nouveautés portent aussi sur le panneau d'instruments qui gagne un peu en lisibilité et en netteté d’affichage ; toutefois, l’indicateur de changement de vitesse, situé en haut à droite de l’écran central, est peu visible et l’œil du conducteur ne tombe pas instinctivement dessus. Son utilité en pâtit.

Les instruments sont bien contrastés.

Les commandes au volant, qui hébergent le régulateur de vitesse adaptatif (1), ont été rendues un peu plus ergonomiques, mais elles restent petites et trop nombreuses. Le volant, repris de la Golf, change de forme pour une meilleure préhension. Le nouvel écran couleur tactile multimédia de grande taille (2) est très agréable à utiliser, il est situé à une hauteur idéale, bien dans le champ de vision.

La Polo inaugure une technologie qui a le vent en poupe au niveau du multimédia : le MirrorLink (1). Il s’agit d'afficher le contenu de son téléphone une fois qu'il est connecté via un câble USB, et de le gérer ensuite avec les commandes du véhicule, qu’elles soient vocales ou tactiles. Une fonction pratique qui permet d’écouter sa musique ou d’utiliser les applications du téléphone en toute sécurité et de façon très intuitive (vérifiez préalablement la compatibilité avec votre smartphone).

Les commandes principales sont assez ergonomiques, les pédales idéalement placées, mais le levier de vitesses est un peu bas. Notons enfin que les témoins de phares et de feux antibrouillard (3), situés directement sur leur commande, sont difficiles à lire.

Champ de vision, éclairage

La posture du conducteur lui permet de bénéficier d'un bon champ de vision, à part vers l'arrière en diagonale à cause du gros montant. En outre, la forme de l'arrière du véhicule permet d'avoir une bonne maîtrise de l'encombrement et une visibilité satisfaisante sur les obstacles proches. Ainsi la caméra de recul (1) n'est-elle presque pas nécessaire. De série ou en option, la Polo peut aussi être équipée de l'aide au stationnement avant/arrière avec signaux sonores en cas d'obstacle.

La vue arrière en diagonale est médiocre.

Les appuis-tête arrière étant rétractables, ils ne gênent pas la visibilité. Par contre, les larges montants arrière empiètent sur la vue diagonale, malgré la présence de la petite partie vitrée. La forme du capot avant permet d'avoir une vue bien dégagée sur la zone de la chaussée se trouvant à proximité immédiate.

Les rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement (2) sont plutôt efficaces et celui du conducteur couvre l'angle mort. Le rétroviseur intérieur est au contraire un peu trop petit.

L'éclairage fonctionne avec des ampoules à halogène dont l'efficacité est satisfaisante. Notons que le système bi-xénon n'est proposé, en option, que pour les versions Cross Polo et BlueGT.

Les projecteurs antibrouillard avant (3) sont équipés d'un éclairage statique d'intersection.

Le pack « Visibilité » (2) comprend l'allumage automatique des feux, l'éclairage d'accompagnement, un capteur de pluie avec essuie-glace automatique et un rétroviseur intérieur avec réglage jour/nuit automatique.

Coffre

L'ouverture du coffre est haute et moyennement large, avec une barre de seuil assez haute, à 68 cm du sol, alors que le plancher se trouve 18 cm plus bas lorsque le plancher est en position basse (sinon, 7 cm) : le déchargement ne sera donc pas une tâche particulièrement facile. Le coffre est peu profond ce qui facilite l'accès à tout le chargement, mais il est aussi assez bas et étroit. L'éclairage, avec une seule ampoule, est faible.

Le volume du coffre se situe dans la moyenne des citadines, avec 240 l mesurés (375 l jusqu'au toit) et 530 l une fois la banquette arrière rabattue (915 l jusqu'au toit). En configuration « normale », nous sommes donc en dessous des 260 l que nous avons mesurés pour la Peugeot 208, ou des 285 l de la Renault Clio.

Le volume du coffre est correct, sans plus.

Avec le plancher modulable en position haute, nous perdons 70 l de volume mais gagnons un espace de rangement pour les petits objets.

L'escamotage de la banquette arrière (asymétrique) se fait en rabattant d'abord l'assise, puis les dossiers, ce qui procure un plancher plat. L'opération est assez fastidieuse mais au moins il n'est pas nécessaire de retirer les appuis-tête arrière.

Coffre avec banquette rabattue. À droite, l'assise a été basculée ce qui rend le plancher plat.

Confort

Suspensions et châssis

Le châssis présente un bon équilibre entre la suspension et l'amortissement. Les longues bosses sont admirablement absorbées, même si le véhicule est chargé, mais tel n'est pas le cas des petites bosses isolées ou des joints de chaussée dont le franchissement est nettement ressenti dans la cabine. Cela étant, un mauvais revêtement ne provoque pas de vibrations, et une route pavée ne cause pas trop de désagrément. Dans les virages, l'inclinaison est raisonnable. Pour la conduite en ville, le véhicule est particulièrement confortable.

Le châssis  « Sport Select » disponible en option pour certains niveaux de finition est équipé d'un système d’amortisseurs à réglage électronique qui le rend plus raide (si l'on sélectionne la touche « Sport »), mais moins qu'un châssis sport classique. La carrosserie est alors abaissée de 15 mm.

Sièges

Les sièges avant sont réglables en hauteur mais pas en inclinaison et ne possèdent pas de réglage lombaire. En option, ils peuvent être chauffants (1). Hauts et avec un dossier bien dessiné, ils offrent un support latéral bien ferme. Le support lombaire est en revanche moyen. L'assise ergonomique procure un bon support des jambes mais elle mériterait d'être un peu plus longue.

Les places arrière sont d'un confort correct mais manquent de maintien latéral au niveau de l'assise (qui est un peu courte) et du dossier.

Bruit

Le moteur et le vent sont perçus en permanence mais pas de manière gênante. Les bruits de roulement sont correctement atténués mais eux aussi toujours présents. À 130 km/h, nous mesurons 69,7 dB(A) dans la cabine.

Chauffage et ventilation

La Polo peut être équipée de la climatisation manuelle « Climatic » ou automatique « Climatronic » avec filtre à charbon actif, selon le niveau de finition. Notre véhicule possède cette seconde version. La vitesse de montée en température est plutôt lente, à l'avant comme à l'arrière, mais le système permet d'atteindre des températures confortables. Le réglage de la température est commun à toutes les places, et la distribution de l'air est distincte pour 3 niveau : haut, milieu, bas.

Moteur et transmission

Le petit moteur à essence possède des performances correctes et fait preuve d'une bonne souplesse. En poussant les rapports, l'accélération de 60 à 100 km/h se fait en un temps raisonnable de 6,8 s. Le moteur se montre assez peu bruyant et ne transmet pas de vibrations, sauf peut-être à haut régime.

Les rapports de la boîte manuelle à 5 vitesses s'enclenchent avec précision et en douceur, alors que la faible course du levier permet des passages rapides et agréables. La Polo est équipée d'un indicateur de passage de vitesse, de l'assistance au démarrage en côte et d'un système Stop & Start efficace : le moteur redémarre dès que l'on embraye et procure immédiatement une bonne accélération.

Les 5 rapports de boîte s'enchaînent plus ou moins bien mais la présence d'une 6e vitesse aurait été appréciable, en rapprochant les rapports successifs et en diminuant le régime à vitesse élevée qui s'établit à 3100 tr/min à 130 km/h. Notons aussi que si la marche arrière est bien protégée contre tout passage involontaire, elle n'est pas synchronisée donc il faut attendre que le véhicule soit complètement arrêté avant de l'enclencher, au risque de faire subir aux engrenages de la boîte de sévères et bruyantes souffrances.

Comportement routier

Tenue de route, direction

La tenue de roule est excellente, de même que la stabilité directionnelle, et dans toute situation, le conducteur se sent en sécurité. La Polo passe le test d'évitement d'obstacle sans aucun souci. En situation limite d'accroche, l'ESC agit rapidement et avec efficacité, évitant toute amorce de dérapage. En outre, la Polo est équipée d'un système de contrôle de traction et le châssis Sport Select (optionnel) inclut un blocage électronique de différentiel, système qui détecte et corrige les effets d'un déséquilibre d'adhérence entre les deux roues du même train.

La nouvelle direction de la Polo est un peu plus informative et précise que la précédente version ; surtout à vitesse élevée. La réaction aux coups de volant depuis le neutre est vive tout en assurant une accroche latérale uniforme. Pour des angles de braquage élevés, la direction reste informative et précise. Sa grande démultiplication rend la Polo facile à manœuvrer ; toutefois le diamètre de braquage de 10,7 m pourrait être plus réduit.

Freinage

Le comportement de la Polo au freinage est sans faille : réactif, sans effet d'échauffement et modulable avec précision, il ne dégrade pas l'équilibre même dans les virages. Il ne faut que 36,8 m pour stopper la voiture roulant à 100 km/h sur route sèche (test réalisé avec des pneus Dunlop SP Sport Maxx en 215/45 R16 86H).

Sécurité

L'équipement de sécurité livré de série dès l'entrée de gamme est d'une grande richesse. Il comprend les airbags avant classiques (frontal, latéral), un rideau de tête avant, l'alerte de perte de pression des pneus, le correcteur électronique de trajectoire ESP, un dispositif de freinage anti-multicollision (freinage automatique du véhicule après un premier choc), le système  « Fatigue Detection » (dispositif de détection de fatigue du conducteur)... De plus, la Polo dispose, en option (1), d'un système de freinage d'urgence autonome et d'un régulateur de vitesse adaptatif. Un seul regret : le rideau de tête pour les places arrière n'est proposé qu'en option.

Testée en 2009 par l'Euro NCAP, la Polo obtenait 5 étoiles sur 5 avec :
- 90% pour la protection des occupants adultes ;
- 86% pour la protection des enfants ;
- 41% pour la protection des piétons ;
- 71% pour l'aide à la sécurité.

Ce résultat reste applicable à la nouvelle Polo 2014.

Environnement

L'appellation BlueMotion Technology signifie que la Volkswagen Polo 1.2 TSI 90 ch est équipée du Start & Stop, d'un système de récupération de l'énergie de freinage et d'une boîte de vitesses aux rapports optimisés, le tout étant destiné à réduire les émissions de CO2. Nos mesures indiquent que la consommation de carburant est effectivement raisonnable, avec 5,2 l/100 km en moyenne (contre 4,7 annoncés) et 6 l/100 km en ville, mais le taux de CO2/km émis est un peu loin des 107 g/km annoncés puisque selon notre cycle, il s'élève à 121 g/km. Au final, la Polo 1.2 TSI BMT 90 reste un véhicule plutôt sobre. Côté pollution, les mesures indiquent que cette version de la Polo est particulièrement propre, même sur parcours autoroutier.

Notes

(1) En option ou non disponible, selon le niveau de finition.

(2) De série, en option ou non disponible, selon le niveau de finition.

(3) De série ou en option, selon le niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité