Citroën C3 Picasso VTi 120

Citroën C3 Picasso VTi 120

5 portes - Essence - 120 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en janvier 2013

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Consommation.

Le Citroën C3 Picasso, commercialisé pour la première fois en 2008, a été restylé début 2013 mais n'a pas changé fondamentalement. Ce petit monospace est proposé en 5 motorisations dont 3 diesels. Seul le diesel e-HDi 90 est muni du Stop & Start. C'est dommage pour un véhicule destiné à la ville et surprenant que ce soit un moteur Diesel qui ait ce privilège. Notre essai concerne la version VTi 120 qui développe 120 ch ; c'est la plus puissante des 2 versions à essence disponibles, l'autre étant le VTi 95. Elle est équipée d'une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports. Proposé en 3 niveaux de finition (Attraction, Confort et Exclusive) et quelques séries limitées, le C3 Picasso est bien équipé pour les deux plus hauts niveaux, mais certains packs optionnels apporteront un confort d'utilisation certain.

Compact, le monospace C3 Picasso n'en est pas moins spacieux.

Le C3 Picasso 120 VTi n'est pas proposé en entrée de gamme « Attraction ». Il dispose donc d'un équipement assez complet mais nous conseillons tout de même l'achat du pack Voyages (360 euros) composé de nombreux aménagements dans l'habitacle et le coffre. Il est surprenant de constater que l'ESP n'est proposé qu'en option même pour le haut de gamme. Cette option à 360 euros est fortement recommandée même si son utilité n'est avérée qu'en situation d'urgence.

Malgré sa faible longueur (4,1 m), le C3 Picasso offre un habitacle très spacieux à l'avant, et satisfaisant à l'arrière, ainsi qu'un coffre volumineux. L'accès à bord est aisé grâce aux dimensions généreuses des portes. Côté mécanique, le moteur à essence 1.6 de 120 ch n'est suffisamment performant que si l'on monte beaucoup dans les tours par minute, ce qui provoque un bruit de moteur important dans la cabine. La souplesse fait également défaut dans les régimes moyens et bas. La boîte de vitesses manque un peu de précision mais elle est douce et agréable. Les sauts entre les rapports sont importants. Une 6e vitesse aurait été bienvenue afin de mieux les répartir et de réduire le régime moteur sur autoroute. Enfin, si les émissions de rejets polluants sont faibles, la consommation moyenne de 6,8 l/100 km (et 155 g/km de CO2) est un peu élevée.

Carrosserie, coffre, habitacle

Carrosserie, accès à bord

La carrosserie est de qualité satisfaisante, avec seulement quelques points à améliorer comme certaines grosses soudures peu élégantes, le soubassement non caréné (source de turbulences énergivores et de bruit) et le compartiment moteur non cloisonné donc exposé aux salissures. Les jupes avant et arrière sont des éléments peints sensibles aux rayures qui risquent d'être rapidement endommagés. Les feux antibrouillard sont eux aussi trop exposés de par leur position. Les portières sont en revanche bien à l'abri des petits chocs grâce à de solides éléments de protection. Portes, capot et hayon s'ouvrent et se ferment en douceur avec un agréable bruit sourd.

Équipé des barres de toit longitudinales (2), le toit peut transporter jusqu'à 60 kg de bagages.

L'accès à l'habitacle et la descente du véhicule sont très aisés, à l'avant comme à l'arrière, y compris à la place du milieu. Ceci grâce à la bonne hauteur des sièges, aux grandes portes verticales et aux seuils de portes plutôt bas. En outre, chaque place dispose d'une poignée de toit. Le verrouillage centralisé des ouvrants se fait avec une télécommande très pratique mais dont les touches sont difficiles à distinguer dans l'obscurité. L'éclairage d'accompagnement équipe le C3 Picasso de série ; il est automatique ou manuel selon le niveau de finition. Les seuils de portes sont également éclairés (1)(2).

L'accès à bord est très aisé grâce à la hauteur des sièges et les vastes ouvertures.

Habitacle

L'intérieur séduit immédiatement grâce à la planche de bord multicolore et aux éléments en alu et chromés. Les pièces en plastique qui s'ajustent parfaitement sont solidement fixées et n'émettent aucune vibration quand le véhicule circule, même sur mauvaise route. La qualité de fabrication des sièges est remarquable et les housses sont élégantes.

À l'avant, l'habitacle offre une bonne sensation d'espace. En position arrière, les sièges peuvent accueillir des personnes de 1m90, et la garde au toit est encore importante. La largeur de l'habitacle arrière est grande pour une citadine. L'espace y est correct, permettant de loger les jambes de personnes de 1m85 (sièges avant réglés pour la même taille), et la garde au toit est toujours bonne. Toutefois, 3 passagers se sentiront un peu serrés. Le toit panoramique optionnel renforce la sensation d'espace. Il peut être occulté en cas de trop forte luminosité.

Côté modularité, la banquette arrière est rabattable de manière asymétrique et chaque partie peut être réglée longitudinalement (sur 15 cm) et en inclinaison (dossier) de manière indépendante. Une prise 12V est installée à l'avant, et à l'arrière pour la finition Exclusive. La boîte à gants réfrigérée est de grande taille mais elle n'est éclairée qu'avec le contact. En optant pour le pack Voyage, les espaces de rangement et les équipements divers sont nombreux. Ils comprennent un tiroir sous le siège du conducteur, des compartiments sous le plancher arrière, une trappe à ski et une tablette arrière centrale avec porte-gobelets, des tablettes aviation et quelques accessoires dans le coffre. Toujours avec le pack Voyage, le dossier du siège du passager avant peut se rabattre sur l'assise, transformant le siège en tablette, ce qui dégage aussi le passage pour le chargement d'objets très longs depuis le coffre.

L'éclairage intérieur comprend des liseuses pour les places avant. Les places arrière en sont équipées avec le pack Voyage.

Poste de conduite

Le cockpit est intuitif et facile à prendre en main. Les commandes sont ergonomiques et bien placées, le volant est réglable en hauteur et en profondeur. Au premier abord, les pédales sont un peu hautes mais l'on s'y fait rapidement. Le levier de vitesses, lui aussi placé plutôt en hauteur, est facilement localisable et agréable à utiliser. Les commandes de la radio et du chauffage sont bien placées et simples à utiliser, malgré des pictogrammes un peu petits. La radio peut aussi être commandée depuis une manette placée derrière le volant. La plupart des commandes sont éclairées et facilement accessibles, mais celles des réglages des sièges font exception. Projecteurs et essuie-glaces sont à allumage automatique (1)(2).

L'instrumentation de bord plutôt complète comprend un compte-tours numérique, un écran multifonctions et un ordinateur de bord, un indicateur de température extérieure et une alarme en cas de surchauffe du moteur, mais il n'y a pas d'indicateur de température du liquide de refroidissement. Le contraste des instruments principaux est médiocre, et nous avons moyennement apprécié leur position car ils sont déportés vers la droite. L'indicateur de clignotant est même hors du champ de vision du conducteur.

Le système de navigation eMyWay est optionnel et parfois non proposé (selon le niveau de finition).

Le poste de conduite est simple et ergonomique mais les instruments principaux déportés vers la droite ne font pas l'unanimité.

Champ de vision, éclairage

Grâce à sa position légèrement relevée, le conducteur bénéficie d'un bon champ de vision sur le trafic. De plus, la forme du C3 Picasso lui permet de localiser aisément les extrémités de la carrosserie. Pour les manœuvres en marche arrière, une aide au stationnement sonore est disponible (2) et une caméra de recul optionnelle peut même équiper le haut de gamme Exclusive et certaines séries limitées. Notons toutefois que de nuit, sa performance n'est que moyenne. Le champ de vision à 360° est satisfaisant, notamment grâce aux grands rétroviseurs extérieurs. Ceux-ci sont réglables électriquement de série, rabattables électriquement et dégivrants (1) (2). Par contre, ils ne possèdent pas de miroir d'angle mort. Le rétroviseur intérieur ne fournit au contraire qu'un champ de vision restreint.

Les performances de l'éclairage halogène livré de série sont plutôt médiocres alors que malheureusement, l'éclairage xénon n'est pas disponible. Des projecteurs antibrouillard avant avec éclairage statique d’intersection sont installés si le véhicule est équipé de l'ESP, qui est optionnel. L'éclairage diurne à LED est quant à lui livré de série (1).

La visibilité sur le trafic est bonne, mais les montants arrière sont un peu gênants.

Coffre

L'accès au coffre est particulièrement aisé car l'ouverture est vaste, le seuil est bas (66 cm) et le plancher est complètement plat et continu, y compris au niveau de la barre de seuil où il n'y a aucun décrochement, et lorsque les sièges arrière sont rabattus. La forme cubique, avec un hayon vertical, est également optimale puisqu'elle permet d'utiliser le volume à 100%. Celui-ci est d'ailleurs très bon, avec 345 l de chargement mesurés jusqu'au bas des parties vitrées avec les sièges en butée arrière (configuration par défaut) ; il passe à 715 l avec les sièges rabattus et à 1300 l si l'on charge jusqu'au toit. Très commode : en option (1), l'éclairage est constitué d'une torche qui se recharge lorsqu'elle est placée dans son logement.
Par contre, les aménagements sont rares. On ne dispose que d'un filet côté droit qui transforme un petit volume en espace de rangement (1), d'anneaux d'arrimage et d'un double plancher (le plancher est à deux positions) qui permet de loger quelques objets. La banquette arrière asymétrique peut se rabattre partiellement ce qui permet d'augmenter le volume de chargement tout en conservant 1 ou 2 places à l'arrière. Avec la trappe à ski et le dossier du siège du passager avant rabattable sur l'assise, tous deux en option (1), on peut charger des objets très longs.

Le coffre très volumineux possède un plancher discontinu depuis le seuil, même avec la banquette rabattue. Trappe à ski et filet de rangement font partie du pack Voyage.

Confort

Suspensions et châssis

La suspension plutôt douce offre un très bon confort. Le véhicule réagit un peu lors du franchissement de longues bosses et absorbe bien les ondulations et le franchissement des routes pavées. Les petites bosses sont absorbées correctement. Le niveau de confort se fait toutefois au détriment de la stabilité directionnelle.

Sièges

Les sièges avant possèdent des mousses confortables. Ils assurent un bon maintien, notamment dans les virages. Assise et dossier pourraient toutefois être un peu plus longs pour les personnes de grande taille. Le siège du conducteur réglable en hauteur dispose d'une bonne plage de réglage et chacun pourra trouver une position de conduite relaxante. Le confort des places arrière aux dossiers inclinables est également d'un bon niveau à condition que les passagers ne soient pas trop grands. L'assise y procure un support des jambes satisfaisant. Par contre le manque de relief des mousses a pour conséquence un support latéral médiocre dans les virages.

Bruit

L'habitacle est bien insonorisé. Bien qu'il soit audible en permanence, le bruit du moteur n'est jamais trop fort, sauf quand on fait monter le régime, notamment au moment des dépassements. Le niveau sonore mesuré à 130 km/h est bas, avec 68 dB(A).

Chauffage et ventilation

La climatisation livrée de série est manuelle ou automatique bizone, selon le niveau de finition. Notre véhicule possède la seconde version. En outre, le C3 Picasso possède de série un filtre à pollen, et selon le niveau de finition, un filtre à charbons actifs qui stoppe les odeurs et la pollution. Selon nos mesures, la vitesse de montée en température de l'habitacle est simplement correcte, à l'avant comme à l'arrière.

Moteur et transmission

Le moteur à essence 120 VTi de 1,6 l offre des performances modestes mais suffisantes pour une utilisation normale. Pour assurer de bonnes accélérations, il faut monter haut en régime. Les deux plus hauts rapports (4e et 5e) manquent en effet de souplesse. Les vibrations transmises dans la cabine sont faibles sauf au moment des accélérations musclées et au-delà de 4000 tr/min.

La boîte de vitesses est douce et permet des passages rapides mais elle manque un peu de précision. La démultiplication des rapports de boîte est répartie harmonieusement mais le saut entre les vitesses successives est important, d'où la nécessité de faire monter le régime assez haut. En outre, une 6e vitesse aurait pu équiper le 120 VTi, ce qui aurait permis de rouler sur autoroute à un régime raisonnable, alors que ce dernier est de 3750 tr/min avec la boîte 5 vitesses.

Le passage de la marche arrière s'accompagne généralement de bruits peu flatteurs et ce rapport dont l'engagement est plutôt mal protégé risque d'être confondu avec une 6e vitesse si l'on n'est pas habitué.

La boîte possède un indicateur de passage de vitesses mais le moteur n'a pas de système Stop & Start.

Comportement routier

Tenue de route, direction

Le C3 Picasso possède une tenue de route sûre. Le châssis reste docile et agile lors des brusques changements de file ou de direction, et il s'incline peu. Il arrive cependant que le véhicule dévie de sa trajectoire en présence de turbulences, par exemple lors de dépassements. En situation limite d'accroche dans les virages pris à grande vitesse ou lors d'évitements d'obstacles, l'ESP (optionnel) intervient efficacement, après une amorce de sous-virage précoce mais facile à contrôler. Précision et réactivité de la direction sont satisfaisantes mais celle-ci est peu informative. Bien assistée, elle permet des manœuvres sans efforts avec un diamètre de braquage de 11 m, un peu grand pour une citadine.

Freinage

Notre véhicule est équipé de pneumatiques optionnels de 17" mais le montage standard se fait en 16" (et 15" pour la finition Attraction). À 100 km/h sur route sèche, le C3 Picasso freine court (36,4 m) et sans perte d'efficacité lors de freinages répétés. La modulation du freinage est bonne.

Sécurité

L'équipement de sécurité est complet mais il est à noter que l'ESP n'est pas installé de série sauf pour quelques motorisations dont le 120 VTi BMV5 ne fait pas partie. Il est toutefois proposé en option. En outre, l'équipement de sécurité livré de série pour le niveau de finition Attraction est limité (finition non proposée dans la motorisation testée). Pour les autres niveaux de finition, le C3 Picasso est équipé du pack Sécurité : en plus des airbags frontaux et latéraux classiques, ce pack contient des airbags rideaux latéraux, un régulateur-limiteur de vitesse, et un témoin de non-bouclage de ceinture de sécurité à la place du passager avant. En revanche, le témoin de non-bouclage de ceinture de sécurité aux places arrière reste optionnel (dans le pack Voyage).

Toutes les versions sont équipées de l'allumage automatique des feux de détresse en cas de freinage brusque.

En cas de crevaison, on ne dispose au mieux que d'une roue de secours de type galette optionnelle, sauf pour certaines éditions limitées où elle est de série.

Testé en 2009 par l'Euro NCAP, le C3 Picasso obtient le score de 4 étoiles sur 5, avec :
- 81 % pour la protection des adultes :
- 76 % pour la protection des enfants ;
- 43 % pour la protection des piétons ;
- 40 % pour l'aide à la sécurité.

Ces résultats s'appliquent au nouveau Picasso restylé en 2013. Dans le détail :

Protection des adultes

Malgré son airbag, le conducteur est allé percuter le volant lors du choc frontal. Dommage, car la protection basse (bassin, jambes, genoux et tibias) est très correcte. En impact latéral, le plus petit des Picasso décroche le score maximal. En revanche, contre le poteau, l’enfoncement des côtes du conducteur est assez prononcé. Et la protection contre le coup du lapin est mauvaise, la faute à un siège et un appuie-tête peu performants.

Protection des enfants

Si l’aîné de 3 ans est totalement à l’abri des blessures, le plus petit, installé face à la route, s’en sort un peu moins bien. En outre, nos experts reprochent au C3 Picasso de ne pas indiquer assez clairement l’état de l’airbag passager (qui peut être désactivé pour installer un enfant à l’avant dos à la route) ainsi que l’emplacement des fixations Isofix.

Piétons

Si le petit Picasso possède l’un des boucliers les moins agressifs pour les jambes des piétons, son capot, court, est redoutable pour les têtes et n’offre quasiment aucune protection.

Sécurité assistée

L’ESP n’étant pas un équipement standard, le Citroën C3 Picasso perd ici de précieux points. Et il en perd d’autres en ne proposant pas de série l’avertisseur d’oubli de ceinture aux places arrière. En revanche, le limiteur de vitesse est présent sur la quasi-totalité des exemplaires vendus.

Environnement

La consommation mesurée est un cran trop élevée. Démuni du Stop & Start, le 120 VTi engloutit 8,6 l/100 km de sans plomb en ville. C'est sur route qu'il est le moins gourmand, avec 5,8 l/100 km, mais sur autoroute, la consommation remonte à 7,8 l/100 km. Conséquence, le taux d'émission de CO2 est assez élevé : nous avons mesuré 155 g/km en moyenne (pour 149 g/km annoncés).

Les rejets polluants sont par contre très faibles.

Notes

(1) Non disponible ou en option en niveau de finition Attraction, qui n'est pas proposé en 120 VTi.

(2) Série ou option, selon le niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité