Premiers secours Massage cardiaque : mode d’emploi

Premiers secours

Massage cardiaque : mode d’emploi

Lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque, trois gestes peuvent lui sauver la vie. Dans l’ordre : appeler le 15, masser et défibriller. Le massage cardiaque ou « compression thoracique » est un geste un peu technique, pour lequel il est conseillé de suivre une formation aux premiers secours. Mais il n’est pas si difficile. Même si vous n’avez pas appris, sachez qu’un massage imparfait vaut mieux qu’une absence de massage. En voici les grandes lignes.

 

1. Allongez la personne victime sur le dos, dans un endroit sécurisé et une surface dure, en général le sol.

2. Placez-vous à genoux à ses côtés.

3. Positionnez vos mains : placez-vos mains l’une sur l’autre en crochetant avec les doigts de la main du dessus la main du dessous. Posez-les ainsi au milieu de la poitrine.

massage cardiaque - position main sur la poitrine
L’appui des mains doit se faire au milieu du thorax, dans la zone inférieure du sternum et bien au milieu (pas sur les côtes).

4. Tendez les bras et placez-vous au-dessus de la victime.

Massage cardiaque position

5. Appuyez pour comprimer le sternum : il doit s’enfoncer de 5 cm environ. Pour cela, il faut appuyer fort : ne pliez pas les coudes, vous devez utiliser tout le poids du corps et pas seulement les bras.

massage cardiaque - talon main
On appuie avec le talon de la main.

6. Relâchez : laissez la poitrine de la victime remonter, en gardant vos mains en contact.

7. Effectuez ces compressions thoraciques au rythme de 100 par minute – oui, c’est rapide !

8. Massez jusqu’à l’arrivée des secours ou de la mise en place d’un défibrillateur automatique externe (DAE).

Reconnaître un arrêt cardiaque

La personne s’est effondrée et a perdu connaissance. Est-ce un arrêt cardiaque ?

Parlez-lui, stimulez-la, demandez-lui de vous serrer la main par exemple. Une victime d’arrêt cardiaque ne réagit pas.

Écoutez sa respiration. Une victime d’arrêt cardiaque ne respire plus ou sa respiration est bruyante, désordonnée : ses mouvements respiratoires sont lents, laborieux, inefficaces et bruyants (appelés « gasps »).