Sécurité sociale étudiante Le régime général, c’est maintenant !

Sécurité sociale étudiante

Le régime général, c’est maintenant !

Environ 1,8 million d’étudiants vont migrer vers le régime général d’assurance maladie à partir de la rentrée 2018. Ce qu’il faut savoir.

 

Première inscription comme étudiant(e)

C’est le cas le plus simple, il n’y a rien à faire. Vous êtes considéré comme assuré autonome et le rattachement à l’assurance maladie reste le même que l’année précédente. En général, il s’agit du régime des parents (régime général, agricole, etc.). Si vous travaillez, le rattachement peut aussi être celui lié à l’emploi. Pour mémoire, suite à la simplification des règles d’affiliation (protection universelle maladie), à partir de 18 ans, la qualité d’assuré social (par opposition à celle d’ayant droit) est automatiquement accordée. Elle l’est sur demande dès 16 ans. Quelle que soit la situation, la cotisation annuelle obligatoire, soit 217 € en 2017, est supprimée.

Poursuite d’études en 2018-2019

Le basculement de la Sécurité sociale étudiante au régime général étant alors en cours, les étudiants inscrits pour l’année universitaire 2017-2018 ont dû s’affilier à un organisme de Sécurité sociale étudiant. Pour 2018-2019, l’inscription auprès de la mutuelle étudiante de l’année passée se prolonge sans aucune démarche à effectuer. Là encore, la cotisation obligatoire est supprimée. Pour ces étudiants, la période de transition s’achèvera au 1er septembre 2019. À cette date, précise l’assurance maladie, « tous les étudiants précédemment rattachés à une mutuelle étudiante pour leur Sécurité sociale seront automatiquement rattachés à la Caisse primaire d’assurance maladie de leur lieu d’habitation ».

Et la couverture complémentaire ?

L’assurance maladie ne couvrant pas la totalité du coût des soins, loin de là, une couverture complémentaire est souvent nécessaire. Il n’y a aucune obligation de choisir dans l’éventail proposé par les mutuelles étudiantes. En fonction des besoins (optique et dentaire, notamment), la mutuelle professionnelle des parents ou toute autre assurance proposée sur le marché est envisageable. Sous conditions de ressources et d’âge, l’accès à une complémentaire gratuite (CMU-C) ou à l’aide à la complémentaire santé (ACS) peut être accordé.

Les démarches en fin d’études

Vous venez de terminer vos études supérieures ? Il faut quitter le régime étudiant. Pour cela, contactez la Caisse primaire d’assurance maladie de votre domicile.

Lire aussi

 

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane