Assurance emprunteur Comment se couvrir avec un métier à risques ?

Assurance emprunteur

Comment se couvrir avec un métier à risques ?

Publié le : 17/05/2019 

10 % des actifs exercent une profession peu ou pas couverte par les contrats d’assurance de prêt. Ce n’est pas du côté des contrats bancaires, par définition dédiés aux profils conventionnels, que vous trouverez une solution. Mieux vaut vous tourner vers les assureurs alternatifs.

 

Faut-il le rappeler ? Le but de l’assurance d’un prêt immobilier est de vous couvrir efficacement. Notamment dans le cadre de votre activité professionnelle. Or, c’est assez méconnu, de nombreux métiers dits « à risques » sont peu voire pas du tout couverts par les assureurs. Pourquoi ? Parce qu’ils présentent une probabilité statistique plus forte que la moyenne de générer un sinistre (décès, invalidité, arrêt de travail). Qui est concerné ? Les militaires, les policiers, les pompiers, mais aussi les pilotes de ligne, les chauffeurs routiers, les marins, les professionnels du cirque, les couvreurs, les grutiers, les élagueurs, les reporters de guerre, etc.

 

Votre métier est-il bien couvert ?

C’est en lisant le chapitre « Exclusions » du contrat d’assurance de prêt que vous saurez quels sont les métiers – mais aussi les sports (voir encadré) – non couverts par la compagnie. Il faut le lire très attentivement, car les conséquences sont loin d’être négligeables. La plus radicale : vous heurter à un refus d’assurance ou, moindre mal, à l’application d’une surprime (par exemple le doublement de votre cotisation d’assurance) qui va considérablement augmenter le coût de l’emprunt. « Au moment de vous assurer, ne négligez surtout pas les exclusions du contrat et assurez-vous auprès de votre conseiller que votre profession est bien prise en compte pour être couvert sans surprise au moment du sinistre, conseille Jean-Michel Courtant, directeur du développement chez Macif Mutualité. Soyez précis dans vos réponses, sans vous contenter d’une appréciation vague de votre interlocuteur. » Gare aux situations ambiguës : par exemple, certains contrats vont exclure complètement les pompiers professionnels alors qu’ils couvriront les pompiers volontaires.

 

Tournez-vous vers les offres alternatives

Sans surprise, les contrats « groupe » des banques, construits sur des profils et tarifs normalisés, sont ceux comportant le plus d’exclusions de métiers. Certaines peuvent être « rachetées », mais contre une surprime très élevée. Sur ce terrain, les emprunteurs auront intérêt à se tourner vers les assureurs alternatifs. « Les assureurs alternatifs pratiquent des tarifs individualisés avec moins d’exclusions voire quasiment pas sur les professions dites “à risques”, analyse Jean-Michel Courtant. Leurs contrats sont donc nativement plus ouverts, davantage dans le sur-mesure que l’offre des banques qui est un contrat dit “de groupe” très standardisé. » Sur un marché pléthorique, difficile toutefois pour l’emprunteur de se tourner vers les offres couvrant sa situation.

 

Et si votre situation évolue…

La question de la profession ne doit pas se poser uniquement lors de la souscription du contrat d’assurance. Durant le prêt, votre situation peut évoluer : pensez à en informer votre conseiller ou assureur pour aménager votre contrat. Si vous n’exercez plus votre métier à risque, ce sera l’occasion de faire baisser votre cotisation d’assurance. À défaut d’accord de la compagnie, profitez de l’amendement Bourquin pour la quitter à la date anniversaire.

Vous pratiquez un sport à risques ?

Votre assurance de prêt doit vous couvrir en toutes circonstances, c’est entendu. Pourtant, comme pour certains métiers, les exclusions de pratiques sportives dites « à risques » sont nombreuses. Parmi les plus fréquentes, on compte les sports automobiles ou la plongée sous-marine. La compétition vous expose aussi davantage à un pépin, d’où à nouveau des exclusions. Là aussi, vous trouverez peu de solutions dans les contrats bancaires aux formules standards. Pour obtenir une couverture permanente, y compris pendant une activité sportive supposée dangereuse, étudiez les offres des assureurs alternatifs. Des options peuvent être souscrites dans la plupart des contrats pour vous assurer, avec bien sûr une cotisation majorée.

Frédéric Giquel