Désodorisants et sprays assainissants

Les substances naturelles, moins polluantes ?

Publié le : 28/10/2014 

Dans les désodorisants et sprays assainissants, les substances naturelles seraient moins polluantes que les molécules de la chimie industrielle. Qu’en est-il réellement ?

 

C’est l’argument choc des fabricants et des ardents défenseurs des sprays assainissants ou purifiants composés d’huiles essentielles. Les composés organiques volatils (COV) que leurs produits émettent ne seraient pas comparables aux COV de la chimie de synthèse, puisqu’ils proviennent d’essences végétales.

Ce propos est largement relayé, mais c’est malheureusement une contrevérité scientifique. Au moment de l’utilisation, qu’il soit d’origine naturelle ou industrielle, un COV a toujours les mêmes effets sur la santé. Le fait qu’il ait été émis par un produit industriel ou par un produit issu des plantes n’a strictement aucune importance. S’il s’agit de la même substance, ses effets sur la santé sont identiques, quelle que soit son origine.

Prenons par exemple le limonène et le linalol. Ces terpènes sont très présents dans les émissions des sprays assainissants ou purifiants, mais on les trouve aussi souvent dans les désodorisants chimiques à des teneurs plus faibles. Qu’ils soient synthétiques ou naturels, ils ont exactement les mêmes propriétés sanitaires.

Il existe bien une réelle différence, seulement elle ne concerne que le processus de fabrication. Son impact sur l’environnement est, en règle générale, moindre quand il s’agit d’un produit naturel.

Spray et aérosol, quelles différences ?

On fait souvent la confusion entre les sprays, qu’on appelle aussi vaporisateurs, et les aérosols, qu’on désigne parfois sous le terme de bombe aérosol. Il est vrai que les deux pulvérisent, mais la ressemblance s’arrête là.

L’aérosol :

  • fonctionne avec un gaz propulseur ;

  • pulvérise tant qu’on appuie, en libérant du produit ainsi que du gaz propulseur.

Le spray :

  • ne contient pas de gaz propulseur ;

  • envoie une dose bien définie de produit à chaque pression.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)