Fers à repasser

Les autres produits de repassage

Publié le : 20/11/2008 

« Soin du linge », « Prêt-à-porter », « Dressman », « Driron »... Les fabricants de fers à repasser tentent de nouveaux concepts de repassage.

 

Soin du linge de Philips : Des innovations cher payées

Ce nouveau système réunit une large table à repasser, un fer vapeur et un défroisseur. La table est dotée d'une fonction soufflerie (pour éviter les marques et les tissus lustrés) et d'une position aspiration (pour repasser d'un geste plusieurs épaisseurs). Le système permet aussi de rafraîchir les vêtements imprégnés de mauvaises odeurs. Notre jury a été séduit. Notice claire, table stable et maniable, bonne glisse et fer agréable à utiliser, détartrage enfantin, rangement pratique même si le tout reste très encombrant. La qualité et la durée du repassage sont comparables à celles des fers à générateur de vapeur. Pour le rafraîchissement d'un pull, on note un léger avantage par rapport au même temps passé à l'air frais. En revanche, le défroissage est long (8 min pour la moitié du dos d'une chemise) et fastidieux. Au final, le Soin du linge Philips GC 9920 est un bon produit mais on peut se demander si le plus apporté justifie que l'on débourse 1 000 euros.

Driron de Brandt : Gadget énergivore et hors de prix

À première vue, on pourrait le prendre pour un réfrigérateur combiné. En fait, c'est un « placard défroissant ». La partie inférieure renferme le mécanisme de fonctionnement ; en haut, on entrepose le linge. Un tiroir est destiné à recevoir les sous-vêtements et deux séries de tringles les autres pièces. Avec une capacité de 5 kg, l'appareil dit pouvoir repasser les textiles mouillés et secs. Les résultats de notre test font déchanter. Le séchage est long (3 h 30 pour 5 kg) et consomme 1 kWh par kg de linge, soit deux fois plus qu'un sèche-linge. Le repassage laisse à désirer : chemise en polyester et coton et pantalon sont juste acceptables tandis que la chemise 100 % coton ressort encore froissée. Si on gagne du temps sur le repassage, on ne s'en affranchit pas. Et comme la préparation peut être longue, le temps de bien installer les différents vêtements, l'intérêt est limité. On peut sans regret éviter de dépenser les 2 400 à 2 600 euros facturés.

Prêt-à-porter de Whirlpool

Dites adieu aux odeurs de tabac et aux faux plis, promet Whirlpool avec son Prêt-à-porter. Cet appareil, qui ressemble à une armoire-penderie souple, soigne vos vêtements sans produit chimique ni détergent grâce à une combinaison de chaleur et de vapeur. Mais attention, cela peut fixer les taches. Il existe trois cycles de fonctionnement (coton, laine/synthétiques et soie) d'une durée de 20 à 40 min chacun. Il suffit de verser l'eau dans le réservoir et c'est parti ! Après usage, l'engin se plie et prend la forme d'une valise rigide (27 x 86 x 31 cm, 10,5 kg) pourvue de roulettes et d'une poignée. Livré avec un cintre et des poids à accrocher au vêtement pour les plis rebelles.

Nous l'avons testé :

- La chemise et le pantalon 100 % coton, la jupe et la veste en laine et polyester ressortent mieux mais des plis subsistent. Même chose pour le chemisier en viscose, qui, bonne nouvelle, ne rétrécit pas.

- Un seul cycle a suffi à sécher un pull (80% laine, 20% polyamide) mais deux ont été nécessaires pour la veste 100% laine, soit près d'une heure.

- On a enfermé pendant 5 h deux exemplaires de la veste et du pull dans un conteneur où s'était consumée une cigarette. Pendant 30 minutes, un lot a été suspendu à l'air libre, l'autre placé dans l'appareil pour traitement. Le gagnant est le Prêt-à-porter (mais on peut aérer plus longtemps les vêtements à l'extérieur).

- Le Prêt-à-porter AWR213 peut défroisser les textiles (toutefois, des plis demeurent selon la nature des fibres), il rafraîchit et désodorise. Repositionné à moins de 200 euros (soit moitié moins que le prix proposé lors de son lancement commercial), faut-il toutefois investir autant (et de 0,05 à 0,10 euro d'électricité par cycle) pour cet article encombrant et qui ne nettoie pas ? Le pressing vaut 5 euros et la ventilation naturelle est gratuite...

Dressman JT 10 500 : Le robot se dégonfle

Le Dressman, de Siemens, se propose de vous décharger de la corvée du repassage des chemises. Ce robot se présente sous la forme d'un mannequin gonflable sur lequel on enfile le vêtement humide. On sélectionne le programme, l'appareil se gonfle et souffle de l'air chaud à l'intérieur. Nos confrères belges de Test-Achats l'ont soumis à diverses épreuves et comparé au fer classique. Or, ce dernier conserve l'avantage. En effet, le Dressman parvient tout au plus à défroisser les vêtements. « Cela peut suffire pour une chemise à porter sous un pull ou un veston, mais pas pour se balader en bras de chemise », concluent nos homologues belges. Il faut environ 1 h 30 pour « repasser » six chemises (2 min pour bien placer le vêtement sur l'appareil, 10 min pour vaquer à vos occupations, 2 minutes pour enlever la chemise). L'idée vaut 699 euros. Plutôt cher pour un service limité, un peu encombrant (119 x 37 x 45 cm, 28 kg) et assez bruyant.

Micaëlla Moran

Gaëlle Landry

Rédactrice technique