Poule pondeuse, poulet, porc, bœuf

Notre avis sur les différents modes d’élevage

Publié le : 18/04/2016 

Selon les étiquettes, les conditions de production sont radicalement différentes. Décryptage et appréciation des différents modes d'élevage et de leurs appellations : bio, fermier, élevé en plein air, élevé en liberté, Label Rouge, AOP, AOC ou encore IGP.

 

Les poules pondeuses

Mauvais
L’œuf standard. Il a beau s’appeler « œuf de nos villages » ou s’afficher « gros et extra-frais », il est issu de l’élevage en batterie. Les poules pondeuses vivent dans des cages superposées, à raison de 13 poules/m2 ; elles peuvent tout juste battre des ailes. Les bâtiments en contiennent souvent 70 000, et jusqu’à 300 000.

Moyen
L’œuf de plein air. Pas de taille maximale du bâtiment et la vie au sol n’y est pas imposée (9 poules/m2), mais les poules passent leurs journées dehors avec un espace de 4 m2 chacune.

L’œuf Label rouge. 6 000 poules maximum par bâtiment, elles y vivent au sol (9 poules/m2) et elles sont dehors en journée, avec 5 m2 par poule. Leur alimentation compte au minimum 50 % de céréales, l’usage des antibiotiques est réduit.

L’œuf bio. 3 000 poules maximum par bâtiment, elles y vivent au sol (6 poules/m2) et sont dehors en journée, avec un parcours sur 1,2 hectare. Alimentation biologique à 95 % minimum, l’usage d’antibiotiques est limité.

 

Le poulet

Mauvais
Le poulet standard. Il est élevé en hors-sol, avec une concentration de 17 à 22 poulets/m2 dans un bâtiment qui peut en compter plus de 40 000. Abattage entre 35 et 40 jours.

Le poulet fermier Label rouge. 11 poulets/m2 dans le bâtiment qui peut en compter 4 400, et un espace en extérieur de 2 m2 par poulet quand il est étiqueté « plein air », un parcours illimité quand il est étiqueté « en liberté ». L’alimentation compte au moins 75 % de céréales. Races rustiques, croissance lente avec abattage à 81 jours.

Le poulet fermier bio. 10 poulets/m2 dans le bâtiment qui peut en compter 4 800, et un parcours extérieur dans la journée, avec 4 m2 par poulet. Alimentation biologique, 1 seul traitement antibiotique possible. Races rustiques, croissance lente avec abattage à 81 jours.

À noter. Les différents modes d’élevage sont identiques pour les autres volailles, canards, dindes ou pintades, avec une adaptation de l’alimentation et du nombre de mètres carrés par animal selon l’espèce.

 

La viande de porc

Le porc standard. S’il est produit en France, il porte le logo VPF, pour viande de porc française. Il est issu de l’élevage hors-sol sur caillebotis. Les cochons vivent sur un sol de béton ajouré qui laisse passer leurs excréments. Avec 0,65 m2 par animal, ils ont peu de place.

Le porc Label rouge. La plupart des animaux sont issus de l’élevage hors-sol sur caillebotis. La différence avec l’élevage standard : ils ont droit à une surface de 1 m2 et l’âge d’abattage est plus élevé.

Moyen
Le porc fermier Label rouge. C’est le cochon sur paille, il a droit à 2,6 m2. Il a de l’espace et peut fouiller dans le sol recouvert de paille, son activité de prédilection. Le terme « fermier » est, en revanche, peu adapté !

Le porc fermier élevé en plein air Label rouge. Accès au plein air à partir de 17 semaines avec 83 m2 par animal en extérieur.

Le porc fermier élevé en liberté Label rouge. Parcours extérieur avec 250 m2 par animal à partir de 17 semaines.

Le porc bio. 2,5 m2 par porc, accès à l’extérieur garanti, en parcours libre ou au minimum en cour paillée. Un seul traitement antibiotique autorisé durant toute la vie de l’animal. Alimentation bio, produite sur l’exploitation à 50 % au moins.

 

La viande de bœuf

Mauvais à bon
Bœuf standard. Bovins en stabulation nourris aux concentrés et qui ne vont jamais au champ ou bovins au pâturage : les conditions d’élevage sont très diverses d’un producteur à l’autre.

Bœuf Label rouge. La viande de bœuf de races laitières n’y a pas droit, le label est réservé aux races à viande. 5 à 7 mois de pâturage minimum par an selon les régions, 2 animaux adultes maxi par hectare. L’élevage intensif en stabulation n’a pas droit au label.

Bœuf bio. Les bovins ont un accès permanent au pâturage et ils reçoivent un complément d’alimentation bio. Alimentation produite au moins à 60 % sur l’exploitation, 2 animaux adultes par hectare maxi. Traitements antibiotiques limités.

 

Les viandes AOP, AOC

Bœuf, agneau, veau ou porc, le cahier des charges garantit un lien très étroit de l’élevage avec son terroir. Des animaux de races locales, une alimentation, des conditions d’élevage traditionnelles et une ­transformation (abattage…) locales. L’AOP et l’AOC sont incompatibles avec l’élevage intensif.

 

Les viandes IGP

Médiocre à moyen
On détermine juste une zone géographique de production, qui peut être vaste. On demande un lien minimal avec ce territoire, par exemple 30 % de maïs denté (variété cultivée dans le Sud-Ouest) dans l’alimentation pour le porc IGP du Sud-Ouest.

 

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)