Aspirateurs « bidons » Un aspirateur encombrant mais fort utile pour les travaux

Aspirateurs « bidons »

Un aspirateur encombrant mais fort utile pour les travaux

Graviers, feuilles mortes, poussières, eau : les aspirateurs « bidons », au look improbable, qu’on trouve surtout dans les rayons des magasins de bricolage, sont d’une grande utilité quand on se lance dans des travaux importants, car ils supportent bien les poussières fines et sont à leur aise avec les petits gravats. Ils peuvent aussi aider à entretenir un jardin ou une terrasse. Encore faut-il avoir la place de les stocker : ils sont plutôt encombrants !

 

La plupart des modèles actuels comportent des réservoirs ou des sacs de grande capacité, supérieure à 10 litres. Cela semble logique, car les volumes à aspirer sont en général importants. Attention, toutefois : certains aspirateurs sont limités à 8 litres, voire nettement moins.

En fonction de l’usage auquel vous destinez l’appareil, il faudra faire attention à certains détails. Le diamètre du tube et du flexible, par exemple. Pour la poussière fine, un tube et un flexible fins suffiront. Les gravats ou les feuilles, en revanche, seront aspirés plus efficacement avec un tube et un flexible plus larges. L’idéal est bien sûr d’avoir les deux à portée de main. Certaines marques l’ont bien compris, puisque leurs modèles sont livrés avec un jeu de deux tubes et flexibles.

Le poids moyen des « bidons » avoisine celui des aspirateurs traîneaux, mais il y a de grosses différences entre les modèles. Les plus légers pèsent 5 kilos, les plus lourds flirtent avec les 10 kg. Si vous n’avez pas envie de traîner un mastodonte, évitez la cuve inox : certes séduisante, elle est aussi très lourde. Sans compter le vacarme qu’elle produit quand on aspire des graviers.

Si vous utilisez l’aspirateur sur une grande surface ou en extérieur, veillez au rayon d’action de l’aspirateur : privilégiez celui qui vous permettra de vous éloigner au maximum de la prise de courant. Les modèles que nous avons testés sont malheureusement décevants sur ce point.

Côté accessoires, certains sont plutôt chiches. La brosse standard est parfois même très rudimentaire, notamment sur les bidons dotés de larges tubes. Une poignée de transport n’est pas de trop pour ce type d’engin, et s’il est possible de fixer le tube sur le corps de l’appareil, c’est encore mieux : cela facilite à la fois le rangement et les déplacements. Sur les bidons, il n’y a pas d’enrouleur de câble automatique. Soit les fabricants ont prévu des encoches ou une rainure pour loger le câble d’alimentation, soit il faut se débrouiller avec les moyens du bord !

Ceux qui ont la chance d’avoir un jardin apprécieront les « bidons » qui disposent d’une option « soufflerie » : elle permet entre autres de rassembler les feuilles mortes en un seul tas.

Anne-Sophie Stamane

asstamane