Arrêt sur image pour Essonne Diffusion

Arrêt sur image pour Essonne Diffusion

Publié le : 25/01/2018 

Spécialisée dans la vente de matériel audiovisuel par démarchage, la société a été condamnée pour ses pratiques commerciales peu reluisantes.

 

L’UFC-Que Choisir des Deux-Sèvres s’est constituée partie civile dans une affaire qui opposait des consommateurs à Essonne Diffusion, société de démarchage qui vend du matériel audiovisuel. L’association locale avait été saisie à six reprises, entre 2012 et 2015, dans le cadre de traitements de litiges avec cette entreprise, très présente dans la ville de Niort. Essonne Diffusion a accumulé les escroqueries : ventes de téléviseurs ou home cinémas de marque Loewe deux à trois fois plus chers que ce que propose réellement le fabricant, souscription de crédits qualifiés trompeusement de « forfaits », ou encore présentation du démarchage comme un recensement des habitants de la commune de résidence concernant la TNT HD 3D. La société a, de plus, choisi en priorité des personnes en situation de précarité ou dans un état de santé fragile (dépression, Alzheimer, hospitalisation récente…). Le tribunal correctionnel de Nanterre (92), dont dépend la société, condamne cette dernière à 100 000 € d’amende pour pratiques commerciales trompeuses et abus de faiblesse. Son représentant légal est condamné à un an de prison avec sursis, 50 000 € d’amende et deux ans d’interdiction d’exercer son activité professionnelle. La société et son représentant légal, qui font appel des décisions, devront verser près de 78 000 € à 16 parties civiles, dont l’UFC-Que Choisir des Deux-Sèvres.