C’est pas le pied !

Publié le : 26/10/2010 

Reposant sur un unique pied, les chaises en vente dans les magasins But étaient plutôt originales. Mme G., de Grenoble, en achète quatre au magasin But d’Eybens pour un montant de 236 €. Mais, très vite, l’assise de ces chaises se met à tanguer et à se désolidariser de leur pied. La cliente en informe le magasin But, qui transmet le problème au fabricant. Celui-ci estime n’être pas « responsable des détériorations après six mois d’utilisation ». Mme G. adresse alors un courrier recommandé à But, qui se retranche à nouveau derrière son fournisseur, lequel conclut que « les soudures ont cédé suite à une mauvaise utilisation ». But répond à la cliente que le magasin est prêt, à titre commercial, à prendre en ­charge une partie des frais de réparation. Mme G. consulte l’UFC-Que Choisir de l’Isère, qui rappelle au magasin But qu’il est tenu à la garantie de conformité (art. L. 211-4 du code de la consommation) et à la ­garantie des vices cachés (art. 1641 du code civil) sur ces chaises un peu trop ­fragiles pour s’asseoir. Par retour, But ­admet qu’une ­réparation ne suffira pas et rembourse l’achat des quatre chaises.