Chaises hautes Comment choisir une chaise pour bébé

Chaises hautes

Comment choisir une chaise pour bébé

Achat incontournable à l’arrivée d’un enfant dans la famille, la chaise haute doit répondre à de nombreux critères : fonctionnalité, design, facilité de nettoyage et de stockage, durabilité… Cet outil de puériculture, qui sera mis à rude épreuve, doit être parfait ! Et puisqu’elle accueillera bébé dès ses premiers mois de vie, la chaise haute doit être complètement sûre.

 
Test Que Choisir : Chaises hautes pour bébé

Le design

La tendance du marché est aux couleurs unies ou aux motifs discrets. Fini les nounours et autres personnages enfantins, les parents recherchent aujourd’hui des chaises assorties au mobilier du salon, faciles à vivre (nettoyage, rangement…) et durables. Les chaises hautes présentent divers designs : on trouve des modèles en bois, en plastique pliable avec assise rembourrée et pieds en métal, ainsi que de nouveaux modèles au design épuré mais varié. Les prix quant à eux font le grand écart : des chaises hautes sont vendues à moins de 20 €, quand d’autres peuvent dépasser les 200 €. La différence de prix correspond en général à la modularité du produit.

La modularité et l’évolutivité

Traditionnellement, les chaises hautes sont destinées aux enfants âgés de 6 mois minimum. Il faut en effet qu’ils puissent se tenir assis. Les chaises hautes les plus évolutives s’adaptent à la croissance de bébé et peuvent s’utiliser pendant de longues années. La polyvalence s’évalue par la présence d’un dossier inclinable, d’un harnais avec plusieurs positions, d’une tablette amovible et ajustable, d’une hauteur de l’assise réglable, etc. La Bloom Fresco, par exemple, peut être utilisée dès la naissance en position couchée, comme un transat, et ensuite servir de chaise haute (grâce à un rehausseur, un harnais, un arceau de protection et une tablette) à partir de 6 mois. La Brevi Slex Evo promet, elle, une utilisation de la naissance jusqu’à l’âge adulte (pas de limite de poids). La Chicco Polly Magic, de son côté, est utilisable jusqu’à 3 ans environ (15 kg), tandis que la Chicco Polly Progres5 pourra servir de tabouret aux enfants jusqu’à 30 kg.

La facilité d’usage

La facilité de réglage de la chaise haute (hauteur, tablette, inclinaison), mais aussi d’installation de l’enfant (l’asseoir, l’attacher et l’enlever de la chaise), le déplacement de la chaise mais aussi son stockage sont des éléments à prendre en compte. Leur poids est très variable (de 3 à 13 kg pour les modèles de notre comparatif), la présence de roues peut donc être bienvenue. Certaines restent toutefois difficiles à manier malgré les roues. La plupart des modèles ne se plient pas, quand la chaise Joie Mimzy Snacker a la particularité de se plier d’une seule main. Autre aspect important au quotidien : le nettoyage. Une tablette amovible le rendra plus aisé, alors que les recoins et éventuelles pliures du coussin compliqueront la tâche.

La sécurité

Selon la base de données européenne sur les blessures (European Injury Data Base), les chaises hautes sont responsables chaque année dans les 28 États membres de 7 700 accidents impliquant des enfants âgés de 0 à 4 ans, suffisamment graves pour nécessiter une visite aux urgences. En 2013, une étude américaine avait montré que deux tiers des chutes ont lieu alors que l’enfant tente de grimper sur sa chaise haute, ou s’y tenait debout. Attention donc à bien choisir des chaises respectant la norme applicable aux chaises hautes (NF EN 14988) et à rester vigilant en toutes circonstances. Lors de nos tests en laboratoire, nous avons relevé plusieurs non-conformités à la norme existante. Certaines sont mineures (marques non actualisées ou police trop petite...), mais d’autres sont plus gênantes, comme la présence d’ouvertures où peuvent se coincer les doigts ou une instabilité dans certaines positions.

Se prémunir contre l’accident

Même sanglé dans sa chaise haute, l’enfant doit rester sous la surveillance d’un adulte et des mesures de sécurité simples limitent les risques.

  • Toujours utiliser le harnais de sécurité. Choisissez un modèle avec un système d’attache à 3 ou 5 points, avec une sangle d'entrejambe. De trop nombreux parents pensent que la tablette peut suffire à maintenir l’enfant en sécurité : ce n’est pas son rôle.
  • Employer la chaise haute seulement pour les repas. Apprenez à l’enfant que sa chaise ne sert qu’à manger, pas à jouer. Et interdisez-lui de l’escalader, car elle risque de basculer.
  • Laisser de l’espace. Si la chaise est trop proche d’une table ou d’un mur, l’enfant peut la faire basculer en tapant des pieds. De même, les tout-petits étant naturellement curieux, évitez de laisser des objets à portée de bras, au risque que votre bébé gigote en tentant de les attraper.
  • S’assurer de la stabilité. Les modèles larges sont en général plus stables. Si votre modèle est équipé de roues, vérifiez qu’elles sont bloquées efficacement par des freins.
  • Soyez vigilant. Outre les risques d’étouffement, un enfant sans surveillance sera plus tenté de s’échapper de sa chaise.
  • Vérifiez les rappels de produits. Entre 2008 et 2013, les chaises hautes ont fait l’objet de 43 rappels, souligne l’Alliance européenne pour la sécurité de l’enfant. Les raisons étaient variées : risques d’étouffement liés à des pièces amovibles ou cassables, stabilité insuffisante de la chaise, efficacité insuffisante du harnais, etc.
Test Que Choisir : Chaises hautes pour bébé